http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/les-fauves-bientot-chasses-des-chapiteaux-29-12-2013-3447057.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

C’est une offensive tous azimuts. Les cirques sont dans l’œil du cyclone après les toros et le foie gras et demain l’équitation; il existe même des animalistes pour lutter contre les animaux domestiques. Évidemment, les médias surfent sur la vague et culpabilisent. C’est une part de notre enfance que l’on nous vole: la magie des chapiteaux, les frayeurs du dompteur qui met, confiant, sa tête dans gueule du lion, les tigres souples qui nous frôlent et sautent dans des cerceaux de feux, les éléphants qui dansent sur un pied. Sans doute vaut-il mieux qu’ils demeurent dans la savane exposés aux safaris de milliardaires ou, pire encore, aux massacres clandestins. Les forains ne sont pas en odeur de sainteté , ce sont des fils du vent, ils vivent de peu et amusent nos enfants. Il est si facile de s’en prendre à eux. La poésie du monde réel ne résiste pas au profit généré par le virtuel: vive la gameboy c’est tellement plus sur… l’est-ce vraiment?
Le courant du politiquement correct charrie des eaux contre lesquelles il est difficile de lutter.
PV