Les antis font un test de ce week-end. Nous aussi. Nous verrons quelle face ils montreront : la gentille -comme ils le prétendent- ou celle des insultes, des vitrines brisées ou des voitures dégradées, des taggs; celle de la violence en définitive comme à Rieumes, Rion, Vergèze, etc. La vraie nature des antis se révélera une fois encore -notamment à Alès dont ils veulent faire un symbole- et on verra aussi dans quel sens pencheront les représentants d’ordre: seront-ils laxistes avec les fauteurs de trouble ? ou au contraire fermes dans leurs fonctions de protection de l’ordre républicain pour lesquelles elles sont payées par le contribuable.
Cette présence des antis a pour but d’intimider, de peser sur l’économie de spectacles fragiles comme le sont la plupart des spectacles vivants. Il ne faut pas céder à la peur et au contraire se mobiliser nombreux pour soutenir ceux qui comme à Alès et à Captieux ne renoncent pas malgré les pressions. ne cédons pas à la criante. Ne ^plions pas devant l’intolérance. Soutenons par notre présence les organisateurs d’Alés et de Captieux. Nos seulement il s’agit de l’avenir de notre culture mais c’est aussi de démocratie dont il est question.
Quand la liberté est en danger -c’est bien le cas!- chacun doit prendre ses responsabilités.
PV