Mois : mars 2015 Page 1 sur 16

Fiesta Campera du CTPR Los Molinos de Fontvieille




Arles, signatures

ENFANCE ET TAUROMACHIE

La député écologiste Florence Abeille annonçant demain une proposition de loi dont le but est de limiter la liberté culturelle des mineurs en leur interdisant d’accéder aux arènes, veuillez trouver ci-jointe une note de l’Observatoire National des Cultures Taurines concernant cette nouvelle tentative d’atteinte à la liberté d’expression des aficionados .

Nous sommes persuadés que cette PDL sera sans lendemain, l’État ayant récemment réaffirmé la suprématie de l’autorité parentale des aficionados contre les attaques partisanes dénuées de fondement.

André VIARD
Président de l’Observatoire National des Cultures Taurines

FANDINO

Madrid, dimanche. No hay billetes. De nombreux aficionados français avaient fait le déplacement.
Toros de Partido de Resina; Adolfo Martín 2° et 5º bis; Cebada Gago; José Escolar (ovation à l’arrastre), Victorino Martín (renvoyé aux corrals); et Palha.

Iván Fandiño, seul contre les six, silence, silence, silence, sifflets après avis, silence et silence;

Saluts au quatrième de Javier Ambel, pour la lidia, Jarocho et Víctor Martínez, pour les banderilles.


Photo « Plaza des toros de Las Ventas »

Le torero d’ Orduña a été applaudi à la fin du paseo, il est sorti sous les sifflets -et les coussins, ce qui n’est pas terrible.
Comme dit le dicton: tarde de expectacion tarde de decepcion. Le mieux : le no hay billetes dans les plus grandes arènes d’Europe -24 000 spectateurs ça n’est pas rien!- c’est bon pour la cause… L’ affaire il est vrai avait été bien montée -avec astuce- mais comme dit un autre dicton taurin de bon sens: « el toro pone cada uno en su sitio ». Il ne suffit pas de remplir une arène en vendant un rêve, il faut aussi le justifier, enfin se justifier. Madrid est un juge impitoyable. N’oublions jamais que c’est la « capitale du monde » -du notre en tout cas- comme le disait Hemingway et que pour en sortir victorieux, il faut d’abord beaucoup d’humilité.
Ne tirons pas sur le pianiste tout de même, il a le mérite d’avoir tenté. La vidéo ci-dessous montre qu’il n’a pas été bien servi, mais en faisant les choix ganaderos que lui et son équipe ont fait c’était à prévoir. Le montage a prévalu sur le résultat. Fandiño est aux yeux de tous désormais à sa vraie place. Il y a eu, à son égard, un peu d’emballement inopiné de la part de certains. La passion est aveugle mais elle est le terreau de l’aficion. Alors… il ne faut pas avoir de regrets…
PV



http://www.porelpitonderecho.com/inicio/de-sueno-pesadilla-1657

MADRID, INCIDENTS EN TOUS GENRES

Comme il se doit lors d’un grand événement? car ça en fut un, il y eut plusieurs incidents dimanche à Madrid en marge de l’encerrona de Fandiño:

LA JOURNEE TAURINE DE GARLIN

La Peña Taurine et le Comité des Fêtes de GARLIN (Pyrénées-Atlantiques), ont le plaisir de vous présenter le programme complet de leur 14ème Journée Taurine de Printemps, qui se déroulera le Dimanche 19 AVRIL prochain.
Vous pourrez ainsi découvrir le dossier de presse complet de notre journée taurine, en cliquant directement sur le lien:
http://fr.calameo.com/read/00422978170a06ff30b3a

Tolède : Alvaro Lorenzo quatre oreilles en solo

Tolède, dimanche. 3/4 ‘arènes
Novillos de Garcigrande, Daniel Ruiz, Alcurrucén (3º et 5º), El Torreón et El Freixo.



Álvaro Lorenzo, seul contre six, oreille, ovation après avis, oreille, ovation et salut, oreille, oreille et oreille.

https://publisher.qbrick.com/Embed.aspx?mid=8000DE86

GENEREUX FESTIVAL A ALMENDRALEJO

Plaza de toros de Almendralejo. Samedi. Festival au bénéfice de la Unión de Toreros. Plus de 3/4 d’entrée. Télévisé par Extremadure tv.
Bétail de Garcigrande, Zalduendo, El Pilar, Fuente Ymbro (vuelta al ruedo) Núñez del Cuvillo et Garcigrande ( vuelta al ruedo). Espartaco, deux oreilles;
El Juli, deux oreilles;
José María Manzanares, deux oreilles;
Miguel Ángel Perera, deux oreilles et la queue;
Alejandro Talavante, oreille
Ginés Marín, deux oreilles et la queue.
C’était un jour d’aimable distribution. Il y en a eu pour tout le monde et les ganaderos ont été deux fois primés, cette générosité du palco est dans l’esprit de ce type de festival, agréable car sans pression. L’arrimon de Perera -bien que souvent accroché- aura frappé autant que la maturité -précoce- du jeune Ginés Marin qui se montra à la hauteur de ses illustres partenaires. Espartaco n’est vraiment pas dans le coup, toujours fuera de cacho et peu sur de lui. On redoute le pire pour son retour à Séville. le festival était organisé par la Union des toreros dirigé par Jaun Diego qui veut prmouvoir la tauromachie et le bétail avait été cédé gratuitement par les ganaderos. Que des bonnes intentions.

CASTELLA, UN CONTRE SIX AU PUERTO DE SANTA MARIA

Et ça continue,personne ne veut être en reste: Sébastien Castella combattra six toros en solitaire au Puerto de Santa María. le 16 août prochain. On ne connaît pas encore le choix du bétail. Un nouveau « geste » dans une arène historique en pleine terre taurine qui échappe aux influences sévillanes comme celles de Malaga. Mais cette multiplication de un contre six n’est-elle pas préjudiciable au bout du compte ?



Le communiqué de presse:

AIGNAN, LE RENDEZ-VOUS DES TORISTAS

Page 1 sur 16

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés