Matin. Demi-arène. Novillos de Dolores Aguirre bien présentés, manquant en général de forces et de caste.
Borja Álvarez : silence et oreille.
El Roque : silence aux deux.
Guillermo Valencia : silence aux deux.

Après-midi. Arènes presque pleines et ventées. Six novillos de Miura bien présentés et donnant dans l’ensemble un bon jeu.
Pablo Belando : silence et vuelta.
Vicente Soler : oreille et saluts.
Manolo Vanegas : oreille et oreille.

Photo A. Garrés