Juan Bautista : une oreille, division d’opinion, silence, salut au tiers, deux oreilles
Thomas Dufau : une oreille blessé gravement à la main (rupture des tendons)
Sobresaliente : Jeremy Banti
13 piques, cavalerie Bonijol
Salut de Marco Leal (4ème) et Morenito d’Arles (6ème)
Quasi lleno
Arènes décorées par Loren
Température agréable
Sortie à pied par la grande porte de Juan Bautista
Corrida goyesque mais surtout corrida d’antan avec un lot de Victorino Martin qui nous a rappelé les démons gris qui ont fait la renommée de cet élevage. Agressifs à la pique, mansos avec beaucoup de caste, ils ont fait que danger et émotion présents en piste entretiennent l’intérêt pour les spectateurs présents en nombre sur les gradins.
Le second a gravement blessé Thomas Dufau à la main (rupture des tendons de la main) sur un extraño. Déjà averti à plusieurs reprises le torero landais, malgré son application, n’avait pas trouvé le moyen de canaliser un adversaire dangereux en fin de passe.
L’arlésien Juan Bautista a fait preuve lors de ses cinq faenas d’une très grande technique (et d’une excellente condition physique). Sa meilleure faena a été réalisée face au très intéressant cinquième, faena superbe à gauche hélas mal conclue à l’épée. A retenir aussi les faenas face au complexe premier, au compliqué quatrième et au noble dernier

Th. Reboul
Photo Paul Hermé