Mois : septembre 2015 Page 3 sur 16

SEVILLE



Plaza de toros de La Maestranza, Sevilla. Dimanche. Deuxième de la Feria de San Miguel. Corrida de toros. 1/2 entrée.

Six toros de Alcurrucén.
Esaú Fernández. Ovation après avis et ovation après avis.
Borja Jiménez. Silence et ovation.
Lama de Góngora, Silence et silence.

LORCA, REUSSITE DU SOLO D’URENA

Plaza de toros de Lorca, Murcie. Dimanche. Corrida de toros benéfica. Paco Ureña en solitaire.

Toros de Puerto de San Lorenzo, El Tajo y La Reina, Antonio Bañuelos, José Cruz, José Vázquez et Francisco Galache
Paco Ureña, silence, deux oreilles, ovation, oreille, ovation et deux oreilles et la queue.


Photo Raspa

MADRID



Plaza de toros de Las Ventas. Corrida de toros.

Six toros des Frères Fraile Mazas.
Fabián Barba, palmas et ovation.
Manuel Jesús Pérez Mota, silence et silence.
Miguel Ángel Delgado, ovation et ovation.

Saint Sever, blessure de Thomas Dufau



Juan Bautista : une oreille, division d’opinion, silence, salut au tiers, deux oreilles
Thomas Dufau : une oreille blessé gravement à la main (rupture des tendons)
Sobresaliente : Jeremy Banti
13 piques, cavalerie Bonijol
Salut de Marco Leal (4ème) et Morenito d’Arles (6ème)
Quasi lleno
Arènes décorées par Loren
Température agréable
Sortie à pied par la grande porte de Juan Bautista
Corrida goyesque mais surtout corrida d’antan avec un lot de Victorino Martin qui nous a rappelé les démons gris qui ont fait la renommée de cet élevage. Agressifs à la pique, mansos avec beaucoup de caste, ils ont fait que danger et émotion présents en piste entretiennent l’intérêt pour les spectateurs présents en nombre sur les gradins.
Le second a gravement blessé Thomas Dufau à la main (rupture des tendons de la main) sur un extraño. Déjà averti à plusieurs reprises le torero landais, malgré son application, n’avait pas trouvé le moyen de canaliser un adversaire dangereux en fin de passe.
L’arlésien Juan Bautista a fait preuve lors de ses cinq faenas d’une très grande technique (et d’une excellente condition physique). Sa meilleure faena a été réalisée face au très intéressant cinquième, faena superbe à gauche hélas mal conclue à l’épée. A retenir aussi les faenas face au complexe premier, au compliqué quatrième et au noble dernier

Th. Reboul
Photo Paul Hermé

ARNEDO

POST-FRANQUISME


Manuela Carmena maire de Madrid (photo Cultoro)



La commission culturelle de la ville de Madrid vient de décider de ne pas reconduire la subvention de 60 000 euros qu’elle accordait à l’école taurine de la capitale. Elle a décidé aussi de ne plus affecter la Venta del Batan aux futurs toreros ni à aucun spectacle qui comporterait la présence d’animaux. Pour qu’il n’y ait pas d’ambigüité la commission a annoncé la nouvelle en priorité à un groupuscule animaliste ‘La Tortura no es Cultura’ promut ainsi en interlocuteur privilégié. Le Batan sera fermé dès 2016. Ainsi l’a annoncé Celia Mayer l’adjointe à la culture du parti « Ahora Madrid ».

Cette décision va exactement à l’opposé des récentes déclarations rassurantes de la maire de Madrid Manuela Carmena de la même chapelle -extrême gauche- que son adjointe. Elle avait amadoué les taurins assurant que, même si elle ne partageait pas leurs goûts, elle ne ferait rien contre eux. Comme disait l’autre les promesses n’engagent que ceux qui les croient… Il s’agit d’un mensonge patent en pas moins de quatre jours. Une provocation. Bien sur il serait suicidaire pour un maire de Madrid de se mettre en travers de Las Ventas et de la San Isidro qui font pleuvoir des millions d’euros sur la ville. C’est plus facile de s’en prendre au maillon faible: les jeunes, le futur de la fiesta qui désormais ne seront plus assurés et n’auront plus de lieu pour s’entraîner.

Interdire, mentir, punir la jeunesse et une partie de la population c’est donc la politique d' »Ahora Madrid ». Cela rappelle un passé pas si lointain où un dictateur féroce -qui détestait la corrida- brûlait les livres qui ne lui agréait pas, fermait les théâtres, déprogrammait les expositions. Contre ces atteintes aux libertés, contre cet arbitraire insupportable se sont battus les parents ou les grands parents de ceux qui soutiennent la politique de « Ahora Madrid ». Une bataille sanglante qu’ils ont perdu; une immense tragédie. Que penseraient-ils de cet anti-humanisme ? De cette place donnée aux animaux alors que l’Espagne est en crise et que tant de défis sociaux sont à relever dans la capitale madrilène ? De ces atteintes aux libertés ? De cette ségrégation à l’égard d’une composante importante du peuple systématiquement méprisée?

Désolée de le dire Manuela votre autoritarisme est symptomatique d’une conduite post-franquiste et on peut avoir peur, avec vous aux commandes, pour les libertés publiques en général.
PV

Munera, blessure du banderillero Valentin Arenas

Murena. Corrida concours de ganaderías. Jeudi.
Toros de Víctor y Marín, Partido de Resina, Samuel Flores (3º et 5º) et El Ventorrillo.
Le rejoneador Juan Manuel Munera, oreille et ovation;
Sergio Serrano, oreille et deux oreilles;
José María Arenas, oreille et deux oreilles.
Le banderillero Valentin Arenas a pris un coup de corne de 15 cms.

Algemesí

Algemesí (Valence). Jeudi. Lleno.
Novillos de Cebada Gago, le troisième vuelta al ruedo et un de Guadaira, 2º bis.
Miguel Ángel Silva, silence après avis et silence après avis;


Clemente, pitos et ovation.

Castella coupe la temporada

Sébastien Castella après sa voltereta brutale à Logroño a décidé de mettre un terme à sa temporada européenne. Il renonce donc à ses deux derniers contrats à Vera et Pozoblanco. Il reviendra en Amérique du sud. A Vera il sera remplacé par Manuel Escribano. A Pozoblanco par El Cid.

VOLTERETA SUBIE PAR CASTELLA

 


Hier à Logroño Sébastien Castella a subi une très dure voltereta donnée par le dernier toro. Malgré la violence du choc Sébastien est sorti en triomphe. Pas de conséquence pour le moment. Enhorabuena Maestro

© 2021 Corridasi - Tous droits réservés