Mois : novembre 2015 Page 2 sur 9

PAQUITO



Amis aficionados,

Paquito Leal est parti et son œuvre, oui son œuvre, sera maintes fois commentée dans les prochains jours. C’est un homme de convictions profondes, un rêveur qui a consacré sa vie à la tauromachie. Un travailleur hors pair qui a su, face aux difficultés, face à l’impossible même, mener à terme son projet : L’école taurine D’Arles.
Paquito, avec volonté et persévérance a construit sa vie autour du taureau. De batailles en batailles il est devenu matador de toros. Il a été subalterne de grandes figures de la tauromachie comme José Ortega Cano et Sébastien Castella. Mais c’est comme un incomparable éducateur qu’il a inscrit son nom en lettres d’or dans l’histoire taurine Arlésienne.
Toujours présent en première ligne il n’a eu de cesse de se battre afin de défendre les droits des toreros français
Nous avons été comme tant d’autres ses élevés, il a torée dans nos cuadrillas respectives. Mais bien plus que cela il restera Paquito Leal notre oncle.
C’est lors d’une fiesta campera qui se déroulera en début de temporada que nous prétendons réunir tout le mundillo arlésien pour lui rendre hommage.
Bien sûr Paquito a désiré toréer un dernier novillo. Le dernier d’une carrière exemplaire. Il ne pouvait en être d’une autre manière…
Dans quelques jours sera publié le cartel définitif.
Déjà une longue liste d’amis nous ont fait savoir qu’ils nous accompagneront pour rendre cette journée inoubliable.
Tardieu frères, Frères Gallon, Damien Donzala (Tierra D’oc), Patrick Laugier (Piedras Rojas), Pascal Mailhan (Pages Mailhan), Olivier Fernay (Fernay y sus hijas), Jalabert Freres, Roland Durand, Alain Bonijol, La banda Chicuelo), Alazard et Roux, Ambulances du Moulin, Union des clubs Taurin Ricard, Affichage méditerranéen, Hotel Jules César, La Provence et Actu Toro

Nous sommes certains que cet hommage recevra l’écho mérité.

Juan et Marco Leal

OFFICIEL: PEDRAZA EN ARLES

Communiqué officiel:

Pedraza de Yeltes, première ganaderia triomphatrice des deux dernières temporadas dans le Sud-Ouest, fera sa présentation à Arles pour la Feria de Pâques.

Cette corrida sera aussi celle des débuts de l’élevage dans le Sud-Est.


LA FRAGUA DE JUAN LEAL

La troisième édition de « La Fragua », concours de novilleros organisé par le matador arlésien Juan Leal, se célèbrera les 27 et 28 février prochain à Pontonx-sur-Adour. Cette nouvelle édition comptera sur un prestigieux parrain: le maestro José Ortega Cano.

Ce troisième volet de « La Fragua » est ouvert à quinze novilleros, entre 16 et 21 ans, qui seront sélectionnés par Juan Leal lui même. La première manche se déroulera le samedi 27 février avec deux tentaderos de becerros (matin et après-midi). Les quatre finalistes seront sélectionnés par un jury composé de professionnels taurins et journalistes, et ils participeront à la finale du dimanche 28 février en après-midi, lors d’une novillada non piquée. Le vainqueur combattra le cinquième novillo de l’après-midi et se verra octroyer le III° Trophée de « La Fragua » qui l’accès à diverses novilladas non piquées du sud-ouest. Le dimanche matin aura lieu un tentadero public auquel participeront José Ortega Cano et Juan Leal accompagnés par les élèves de l’école taurine Adour Aficion.

Cette troisième édition de « La Fragua » se veut aussi être un moment de rencontres et d’échanges entre professionnelles et aficionados avec des expositions ainsi que la diffusion du documentaire réalisé par l’Observatoire des Cultures Taurines et présenté par André Viard.

En savoir plus sur
http://www.actutoro.fr/infos/ortega-cano-parrain-de-la-3-fragua-de-juan-leal.html

Café toro avec l’ami Serge

Mont de Marsan

Le samedi 28 novembre à partir de 18h, le Théâtre et les Halles de Mont de Marsan feront revivre le combat entre le torero, véritable héros mythologique et le toro, animal sacré depuis toujours. L’occasion pour tous – aficionados et curieux, entre amis ou en famille, jeunes et toujours jeunes – de découvrir en avant-première le documentaire « tauromachies universelles » mis en œuvre conjointement par l’Observatoire National des Cultures Taurines (ONCT) et l’Union des Villes Taurines de France (UVTF) et qui retrace l’histoire des Tauromachies.
Élaboré dans le cadre du Plan triennal de défense de la tauromachie, le documentaire écrit et réalisé par André Viard raconte l’histoire de la relation entre l’Homme et le Toro sur le pourtour méditerranéen depuis le premier témoignage graphique (Villars en Dordogne, -23 000 ans), jusqu’à aujourd’hui. Ce film d’animation est projeté en avant-première à Mont de Marsan, un des initiateurs du Plan triennal de la défense de la culture taurine porté par l’UVTF.


Photo R. Costedoat



Parallèlement à la projection les spectateurs pourront visiter gratuitement l’exposition bilingue (Français/Espagnol) de 82 panneaux qui porte le même nom que le documentaire.

Ces deux supports sont d’une grande rigueur historique. Le récit des différentes tauromachies primitives est présenté de manière chronologique, tout en renvoyant en permanence vers leurs manifestations contemporaines.Ce double outil permet de prendre pleinement conscience des valeurs éthiques, esthétiques et écologiques de la culture taurine. L’objectif de ce travail est de montrer que la culture taurine est la plus ancienne de toutes celles existant sur la planète. Ultimes dépositaires des cultures millénaires dont la tauromachie contemporaine est issue, toreros et aficionados sont les garants de leur pérennité.

Programme du samedi 28 novembre
– Visite libre de l’exposition aux Halles à partir de 16h
– 18h : présentation et introduction de la soirée par la Ville de Mont de Marsan, l’ UVTF­ et l’ONCT.
– 18h : projection du documentaire de 70 mn au Théâtre
Entrée gratuite sur inscription auprès de la Régie des Fêtes de Mont de Marsan au 05 58 75 39 08 ou par mail regiedesfetes@montdemarsan.fr­­

In memoriam Christian…

VIC, LES GANADERIAS (OFFICIEL)


Bonsoir à Tous,
La comission taurine du club taurin vicois a rrêté les ganaderías pour la feria de pentecôte 2016 :
Samedi 14 mai à 18 h corrida de Baltasar Iban
Dimanche 15 mai à 11 h corrida concours : Quintas hermanos, Los Maños, Hoyo de la Gitana, Flor de Jara, San Martín, Pedres et Pedraza de Yeltes (en attente de confirmation)
Dimanche 15 mai à 18h corrida de Valdellán
Lundi 16 mai à 17 h corida de De Don Victorino Martín Andrés

André Cabannes
Président du Club Taurin Vicois


Très belle proposition dans l’ensemble: originale et variée. On retiendra bien sur le retour des Victorino à Vic c’est un événement. La corrida concours en présence de l’encaste Santa Coloma avec pour la première fois à ce niveau un toro de Los Maños, la ganaderia Aragonaise qui a si bien réussi en novillada; mais tout est intéressant. Valdellan sera la seule ganaderia répétée et les Blatasar, un nom brillant au firmament de la galaxie torista, ouvrira le bal.
PV

Luis Francisco Espla décorera les arènes pour « la Goyesque

Le maestro Luis Francisco Espla décorera les arènes pour « la Goyesque d’Arles” du 10 septembre 2016.
Pour la première fois, c’est un matador qui habillera l’amphithéâtre. Amateur d’art et de musique il a toujours su concilier son immense carrière de torero avec sa passion pour la peinture. On lui doit notamment plusieurs affiches de Férias aussi bien en France qu’en Espagne.
‪#‎FeriaArles‬

RION


Pablo Aguado triomphateur… (Photo Bruno Lasnier)



PABLO AGUADO FRAPPE DE NOUVEAU À LA PORTE

Rion, dimanche matin. Presque plein. Fiesta campera.
Novillos de Luc et Marc Jalabert
Patrick Varin: une oreille,
Juan Bautista: une oreille
Juan del Alamo: deux oreilles
Pablo Aguado: deux oreilles et la queue
Adrien Salenc: deux oreilles


Il avait été le triomphateur l’année dernière à Rions, le novillero andalou a de nouveau conquis les aficionados présents à la clôture de la saison française dans cette délicieuse arène landaise. Avec un public fidèle au festival, pas un seul anti-taurin en vue et une « Marseille » très émouvante, reprise en cœur par tout le public, avant que le spectacle ne démarre. Côté toros, on a été déçu par la prestation des novillos des frères Jalabert, manquant en général de caste, les deux derniers étant les plus potables. Pablo Aguado nous a nouvelle fois séduits avec son toreo relâché à la cape, empreint de « sentimiento », des chicuelinas très ajustées qui ont effrayé une partie des gradins et des naturelles, dont certaines d’une beauté exquise. Pablo a conclu d’une estocade engagée, recevant une queue pour l’ensemble de sa prestation.
Juan del Alamo s’est retrouvé avec un adversaire moins propice, réticent à la charge, mais le torero de Salamanque s’est donné au maximum. Avec patiente, détermination, il s’est imposé à ce toro manquant de caste. Celui de Juan Bautista était impossible, d’une extrême violence des deux côtés, sans la moindre passe. L’Arlésien n’a pu que se montrer digne. Signalons également quelques étincelles, aussi bien à la cape qu’à la muleta de Patrick Varin, avec ces arômes d’un toreo enivrant d’un autre temps. Côte jeunesse, est intervenu Adrien Salenc qui a été aussi bouillonnant comme nous l’attendions, très varié à la cape. Malheureusement cette fougue, cette explosion, s’est diluée au fur et à mesure de la lidia.
Antonio Arévalo

ROCA REY : IL FAIT L’HISTOIRE…

ROCA REY, ÉPICA Y ARTE, TOREO TOTAL

UN ANTES Y DESPUÉS DE ROCA REY ESTE DOMINGO EN ACHO 2015 EN LA HISTORIA DEL PERÚ TAURINO. Un torero que busca el difícil balance entre la épica y el arte y que por lo tanto hermana a todas las vertientes de la Tauromaquia. No es un toreo sin arte, no es un toreo sin épica… ES EL TOREO TOTAL. Bien por la fiesta!

Posté par Tauromaquia Artística sur mardi 24 novembre 2015

© 2020 Corridasi - Tous droits réservés