Pablo Iglesias, anti-taurin notoire, leader de Podemos, battu dimanche… (photo « El PaIs »



La tauromachie ayant, bien malgré elle, été au centre de la campagne électorale espagnole, les résultats sont à observer à la loupe. On voit dans un premier temps que la formation Podemos a reculé nettement. Démagogique par nature, elle avait fait de sa promesse d’abolir la corrida son cheval de bataille. De l’autre côté le Parti Populaire a toujours soutenu la corrida, il progresse nettement. C’est donc indirectement, un succès pour nous les pro-taurins, sans aucun doute confortés pas ces résultats. Quand aux résultats du parti ouvertement animaliste, Pacma, 300 000 voix,1,3% , ils sont considérables et ils manquent à Podemos qui s’est tiré une balle dans le pied en faisant, sur ce thème prétendument porteur de la surenchère. Car pourquoi voter pour la filiale si la maison mère se présente? Ces 300 000 voix c’est ce qui manque aux gauchistes pour dépasser le PSOE; la leçon valait bien un fromage… On peut aussi envisager une sorte de vote de défiance à l’encontre des partis traditionnels; c’est à la mode en Europe…