La décision est définitive : la corrida n’appartient plus au patrimoine immatériel de la France sur lequel elle était inscrite depuis 2011. Le Conseil d’Etat a rejeté le pourvoi de deux organisations pro-corrida, qui contestaient la décision de la cour administrative de Paris de radier cette pratique de l’inventaire du Patrimoine immatériel de la France.
Ces deux associations devront verser 3 000 euros au CRAC Europe (comité anti-radicalement anti-corrida) et à l’association

L’association des villes taurines et l’Observatoire national des cultures taurines avaient obtenu en 2011 l’inscription de la corrida à l’inventaire du Patrimoine immatériel, une décision infirmée en juin 2015 par la cour administrative.
L’information due à mon ami François Bouineau a été confirmée ce soir par le journal Sud Ouest: http://www.sudouest.fr/2016/07/28/la-corrida-definitivement-radiee-du-patrimoine-immateriel-de-la-france-2450472-727.php

Rassurez-vous cela ne changera rien, du moins à court terme, puisque selon le CRAC lui-même l’inscription ne contient pas de mesures de sauvegardes. C’est pourtant inique et vexatoire, car la tauromachie est bien une pratique qui appartient au patrimoine immatériel de la France au même titre, pour le moins, que « la dentelle au point d’Alençon ou le tracé de la charpente française ». C’est donc une décision discriminatoire disons-le, de ce point de vue, anti-républicaine qui a pour effet de pointer du doigt des populations qui sont attachées justement à ce patrimoine. C’est donc une mesure sans effet et cela ne touche pas notre moral car nous en avons vu d’autres.