Mois : janvier 2017 Page 1 sur 12

Café Toro du 04 Février

Les autres festejos du week-end

Lenguazaque (Colombia), dimanche 29 janvier 2017. Toros de Juan Bernardo Caicedo, Indulto du premier et vuelta au cinquième
Ramsés, deux oreilles symboliques et silence;
Iván Fandiño, ovation avec salut avec avis et deux oreilles;
Luis Miguel Castrillón, ovation avec salut et pétition et silence.
Entrée: Lleno

San Cristóbal (Venezuela), dimanche 29 janvier 2017. Plaza de toros de Pueblo Nuevo. III corrida de la LIII Feria de San Sebastián. Toros de Campolargo et Hnos. Michelena Viso (1º Indulto du quatrième.
Erick Cortés, silence avec avis et deux oreilles symboliques;
Gregorio Torres « Maravilla », silence avec avis et silence avec deux avis ;
Fabio Castañeda, silence avec avis et silence avec deux avisos.
Entrée: un tiers.
Saluts de Gerson Guerrero, à la brega, Eduardo Gretegol, aux banderilles, et José Quintana, à la pique


Tetepango (Hidalgo, México), dimanche 29 janvier 2017. Toros de Darío González, de buen juego en general. Israel Téllez, silence et deux oreilles; et Lama de Góngora, deux oreilles et ovation. Entrée: Lleno.

Ajalvir (Madrid), dimanche 29 janvier 2017 Quatre toros de Orellana Perdiz et deux novillos de Antonio López Gibaja.
Alberto Álvarez, silence et silence;
Andrés Palacios, silence et silence;
Le novillero Amor Rodríguez, oreille et oreille.
Entrée: Un tiers

Valero de la Sierra (Salamanca), dimanche 29 janvier 2017. Reses de Peña de Francia.
Cayetano, deux oreilles et deux oreilles et rabo.
Entrée: Lleno

MAGESCQ, OUVERTURE DE LA TEMPORADA




FESTIVAL A GIMEAUX

Gimeaux, dimanche 15 mars à 15 heures, festival avec du bétail Pagès-Mailhan pour Serafin Marín, Mathieu Guillon, Manuel Diaz Gomes et le novillero Maxime Solera.

NOUVEAU SUCCES DE SERGIO FLORES

Plaza de toros Monumental de Mérida (Yucatán). Corrida du 88ème Anniversiare. Trois quart.

Toros de Xajay, de bon jeu.

Antonio Nazaré, vuelta al ruedo, silence et oreille
Sergio Flores, oreille, oreille et palmas.

Accident rarissime: le torilero de l’arène a pris quatre coups de corne, il est dans un état qualifié de très grave.

Sergio Flores a été lui aussi touché légèrement à la jambe.

A LA PENA TAURINE DES GAVES


BOGOTA UNE BELLE ENTREE MALGRE LES ANTIS

Plaza de toros de La Santamaría, Bogotá (Colombia). Dimanche. Plus de trois quart d’entrée.

Toros de Las Ventas del Espíritu Santo, bien présentés et nobles en général sauf le quatrième.

Manuel Libardo, silence et silence.
Miguel Ángel Perera, ovation et silence.
Pablo Hermoso de Mendoza, ovation et oreille.

15 minutes de retard au paseo en raison des fouilles policière.

Pablo Hermoso de Mendoza brinda son second toro au responsable de la police.

Nouvelle horde anti-taurine sur le parvis de la Santa Maria cela n’a que peu diminuer un important public (plus de trois quart). Corrida décevante malgré les qualités de l »envoi -si on s’en tient aux trophées- mais succès du cavalier navarrais. On ne l’arrête pas! La seconde corrida de la Bogotana montre le succès de la corrida dans cette métropole.Elle montre aussi que les aficionados -dans un pays très violent- ne se laisse pas intimider.

Juan Bautista, triomphateur 2016

C’est ce samedi que Juan Bautista a recueilli le trophée de l’Union des Clubs Taurins Paul Ricard en tant que triomphateur de la saison 2016 dans le Sud-est de la France. Ce prix vient consacrer l’extraordinaire campagne que le torero d’Arles a réalisé sur le sol français durant l’année dernière, où il a signé des œuvres majeures dans deux des arènes de plus grand prestige du circuit taurin : Arles et Nîmes.

Lors de la dernière campagne, Juan Bautista a coupé 13 oreilles et deux queues entre Arles et Nîmes. Dans l’Amphithéâtre Nîmois, Juan Bautista a ouvert la Porte des Consuls à l’issue des trois corridas qu’il a toréé après avoir coupé quatre oreilles le 14 mai, trois oreilles le 17 septembre et trois et une queue le 18 septembre. Impressionnant.

A Arles, le bilan de Juan Bautista est également excellent, sortant en triomphe à l’issue de l’historique Goyesque, organisée dans les arènes le 10 septembre, après avoir coupé quatre oreilles et une queue.

Juan Bautista a déclaré que ce trophée venait « souligner tout ce que j’avais réalisé en piste et représente la meilleure reconnaissance que les artistes peuvent recevoir à savoir l’affection et l’admiration des aficionados”.

Le torero d’Arles, ému de recevoir ce prix, a confirmé qu’il ferait tout pour que cela ne soit pas le dernier : “Ce n’est pas la première fois que je dis que le meilleur de ma Tauromachie est devant moi. Il y a beaucoup de créativité et énormément de sensation à montrer au public afin que les rêves deviennent réalité”.

FIESTA CAMPERA AVEC TIBO GARCIA

A.G. des Clubs Taurins Paul Ricard au Domaine de Méjanes…



Si l’affluence a été une nouvelle fois impressionnante, avec une grande salle du Domaine de Méjanes pleine à craquer, la principale nouveauté par rapport à l’édition précédente a incontestablement été le retour à la barre de Dominique Perron, le président de l’UCTPR gravement blessé à Bayonne en août 2015…
Un sympathique retour fêté comme il se devait, Dominique Perron prononçant quelques mots de bienvenue en évoquant non sans humour le jambon qui lui avait été offert l’an dernier et dont il a fait bon usage, remerciant les personnalités présentes, à commencer par Michèle Ricard et M. Phiippe Savinel, PDG de la société Ricard.
Il a souligné ensuite la belle vitalité des clubs, avec une sensible augmentation, autant en nombre de clubs que d’adhérents.
Ensuite, le président a invité Mandy Graillon, Reine d’Arles, à venir sur scène pour s’adresser à l’assemblée à l’occasion de sa despedida. Une Reine très à l’aise qui avec beaucoup d’émotion a notamment remercié tous les protagonistes du monde taurin.
Pour le rôle qu’elle a si brillamment tenu au cours des ses années de règne, elle a été distinguée par Dominique Perron qui lui a remis en souvenir un superbe bouquet sous une forte ovation…
Il était alors temps de déclarer ouverte la LVIIe assemblée générale avec d’abord de magnifiques images retraçant dans tous les créneaux la temporada 2016. Avant de passer au rapport financier, je tiens à reproduire ici une phrase du président qui a suscité des applaudissements nourris : « Les membre des CTPR sont des distillateurs de passion et de bonne humeur ! » … Tellement vrai, non ?
Arnaud Fesquet, secrétaire général de l’UCTPR, a présenté le rapport moral en soulignant d’abord que l’Union compte dorénavant 15699 membres pour 369 clubs ! Il a souhaité la bienvenue aux nouveaux clubs, Arnaud précisant qu’ils ont pas mal de demandes d’adhésion à partir desquelles ils font leur sélection selon des critères de qualité. Il a été aussi précisé qu’il va être procédé à la mise à jour du fichier de l’UCTPR en prenant en compte les divers changements intervenus au sein des clubs et que dans les clubs, il serait bon que les jeunes se mettent à la communication, dans un souci de renouvellement progressif des générations…
Il a été ensuite présenté le cartel du Rejón d’Or 2017, avec notamment la présence de Guillermo, le fils de Pablo Hermoso de Mendoza qui se présentera aux côtés de son père, Léa Vicens complétant le cartel. Après l’évocation de ceux qui nous ont quittés, Patrice Mayer est venu présenter le bilan financier dont je vous ferai grâce, sinon pour dire que tous chapitres confondus, il est globalement en légère hausse…
Avec 362 clubs représentés, le quitus était largement atteint pour procéder alors aux différents votes qui tous, selon la méthode Perron très efficace pour faire le décompte des voix, ont été adoptés à l’unanimité ! Après avoir présenté le nouveau délégué Sud-Est Arnaud Frade, qui remplace Bernard Planchon et qui œuvre sur ce secteur aux côtés de l’autre Arnaud, Fesquet, il était temps de passer aux rapports des différentes commissions.
Autour de la table, Bernard Langlade, commission corrida Sud-Ouest, Paul Hermé, corrida Sud-Est, Gérard Suberchicot, course landaise et Jérémy Serrano, course camarguaise, ont présenté leur rapport au cours d’un dialogue orchestré par Christophe Chay.
Paul Hermé www.torofiesta

NDRL. Bravo à l’Union des Clubs taurins Paul Ricard qui réunit maintenant 369 clubs et 15 699 membres. Grace à un esprit de tolérance, d’ouverture, de respect des différences et aussi de modération, c’est, sans conteste l’organisation la plus efficace et la plus représentative du milieu taurin. Comme disait Letizia Bonaparte: « Pourvu que ça doure! »

Page 1 sur 12

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés