Mois : mai 2017 Page 2 sur 16

ALES AVEC FERIATV

Samedi


Le toro de Cuillé ‘Penedor remporte le prix au meilleur toro du concours. Oreille pour Lopez Chaves.

Dimanche matin


Quatre oreilles pour Manolo Vanegas pour sa dernière novillada.
Dimanche après-midi


Oreille pour Sanchez Vara et Antonio Chacon pour la corrida de Cura de Valverde. Lleno en los tendidos.

Images Agnès Peronnet

MICHELITO A SEGOVIE

Samedi 24 juin: Toros del Marqués de Quintanar pour le rejoneador Andy Cartagena, les matadors Manuel Díaz « El Cordobés » et Francisco Rivera « Paquirri ».

Dimanche 25: Concours goyesque de recortadores.

Jeudi 29: Toros de Loreto Charro pour Sebastián Castella, Alberto López Simón et Michel Lagravere « Michelito ».

Petit à petit l’oiseau fait son nid (proverbe gascon) : le jeune torero franco-mexicain s’impose progressivement. Après Vic-Fézensac, le voici invité dans un cartel de premier plan avec Castella et López Simón. Enhorabuena!

MADRID, LE REJONEO



Plaza de toros de Las Ventas. 18ª de la Feria de San Isidro. Corrida de rejones. Presque plein.

Quatre toros de Capea, un de Carmen Lorenzo et un de San Pelayo. L’ensemble donnant du jeu.

Diego Ventura, oreille, deux oreilles et ovation.
Leonardo Hernández, oreille, ovation et oreille.

Grand succès populaire (près de 22 000 spectateurs) d’une pratique que l’on disait en perte de vitesse. Succès artistique aussi: Diego Ventura est arrivé au sommet face au troisième toro de la tarde. « Roneo », « Cabezado » et surtout « Dolar » se sont distingués face à un toro qui frisait les six cent kilos. Une paire courte a fait lever les tendidos enthousiastes. « remate » (le bien nommé) a terminé l’ouvrage Diego clouant une rose et un rejon de mort efficient. De la très belle ouvrage! Diego est sorti quatorze fois en triomphe de Las Ventas, c’est un record qu’il partage avec El Viti.

Bilan de l’opération Primavera de tienta

C’est après quelques paroles tirées du livre « Recouvre le de Lumière » lues par Jean Marc Soulas en hommage aux 40 ans d’alternative de Nimeno II que s’est terminé dimanche à Clarensac, le programme initié par Nimes Métropole intitulé La Primavera de Tientas.
Mis en scène par l’AFAP ce programme a permis à 4 écoles taurines française d’envoyer leurs jeunes pour parfaire leur apprentissage objectif prioritaire fixé par Nimes Métropole ainsi que de valoriser le bétail français.
Sur les 4 écoles sollicitées ce sont les écoles du CFT (Nimes) et Adour Aficion (Sud Ouest) qui étant à égalité au final se sont vu proposer par le jury de Nimes Metropole de partager l’ultime tienta en guise de récompense.
C’est donc 2 élèves de chacune des deux structures qui ont participé à tienta de Clarensac devant du bétail de Pagés Mailhan: El Pere et Solal pour le CFT et Dorian et Yon pour Adour Aficion.
L’école taurine de Béziers arrivant en troisième position et Arles étant hors concours n’ayant pu présenter 4 élèves lors de leur tienta.

Le bilan quantitatif est valorisant pour les promoteurs de cette action :
* 20 jeunes espoirs ont pu bénéficier de cette opération.
* 20 vaches à la disposition des 4 différentes écoles : Arles – C.F.T. – Béziers – Adour Aficion –
* 5 ganaderias française : F.André – O.Fernay – Turquay – Pourquier – Pagés Mailhan –

Le jury Nimes Métropole désignera rapidement le jeune « vainqueur » de l’ensemble des tientas qui sera directement sélectionné pour les demi finales du Bolsin du mois d’août.

En attendant la troisième édition de ce grand Bolsin,second programme de Nîmes Métropole qui se déroulera les 16, 17et 18 aout prochain, l’aficion locale ainsi que tous les acteurs de la Primavera de Tientas 2017 remercient Nimes Métropole pour son investissement envers la défense des traditions régionales liées à la tauromachie.

(communiqué)

CORDOUE, LEA EN TRIOMPHE

Cordoue. Plaza de toros de Los Califas. Quatrième de la feria de la Salud. Corrida de rejones. Plus d’un quart.

Six toros de Luis Terrón.

Pablo Hermoso de Mendoza, silence et ovation.
João Moura hijo, oreille et ovation.
Lea Vicens, vuelta et deux oreilles.

Les autres festejos de ce dimanche


Sanlúcar de Barrameda (Cádiz). Entrée: Lleno total.

Toros de Zalduendo. Le 5ème , Jorguín, nº 60, de 503 kilos, a été indulté.

Morante de la Puebla, ovation avec pétition et bronca au président et oreille du sobrero de regalo ;
El Juli, deux oreilles et deux oreilles et rabo symboliques;
Roca Rey, oreille et deux oreilles.
Sortie en triomphe du mayoral et du Juli.

Salut aux banderilles de José María Soler .

Cáceres. Feria de San Fernando. Entrée: media plaza

Toros de Charro de Llen, terciados et mansos.
Miguel Ángel Perera, oreille et oreille;
Cayetano, ovation et oreille;
et Emilio de Justo, ovation et oreille.

Salut aux banderilles d’Iván García et Alberto Zayas.
Villamayor de Santiago (Cuenca). Toros de Torrehandilla,
Daniel Luque, deux oreilles et silence; Emilio Huertas, oreille et oreille; et Joaquín Galdós, oreille et oreille.
Entrée: un quart .

La Maestranza (Sevilla). Entrée: Un quart de plaza.

Novillos de Villamarta,

Santana Claros, silence avec aviso et ovation;
Lagartijo, ovation et silence;
et Rodrigo Molina, ovation avec aviso et palmas de despedida.

ALES, MANOLO VANEGAS EN FORME AVANT VIC

Plaza de toros de Alés. Dimanche après-midi. Presque plein.

Toros de Valverde.

Sánchez Vara, oreille et silence.
Octavio Chacón, oreille et silence.
Alberto Lamelas, silence aux deux.près-midi.

Arènes quasiment pleines, beau temps. Six toros du Curé de Valverde irréprochables de présentation, mais au comportement et moral décevants la plupart, plus violents que réellement braves, âpres à la muleta. Mais quand on va à Alès voir des Valverde, il est évident que l’on sait à quoi s’attendre et il ne faut surtout pas s’attendre à six aimables confrontations dans l’alegría et la douceur d’une après-midi marquée par les bonnes manières…

Le premier se fit applaudir à sa sortie avant de prendre trois rations de fer poussées, certes, mais au prix de bien des hésitations à démarrer, notamment au troisième assaut. Le côté spectaculaire de ses charges emporta toutefois l’adhésion populaire avant que Vara ne prenne les choses en mains au second tercio, ce qui lui valut une belle ovation. Brindis à Mme Cuillé puis faena déterminée, mais un brin marginale. Entière tombée. Oreille. Le quatrième sera piqué en trois fois sans réel éclat avant que palos en mains, le maestro de Galapagar ne connaisse des fortunes diverses. Brindée à l’assistance, la faena débuta bien par doblones soignés depuis les planches avant des mouvements énergiques en toréant à la voix pour tenter de s’imposer, ce qu’il ne put faire à cause d’une tentative de recibir en citant de loin qui échoua, avant de placer un bajonazo. Silence.

Antonio Chacón débuta avec un Valverde qui prit deux piques en tapant fort au peto, la seconde sortie fermée, puis début de faena appliquée, la muleta allant lécher le sable. Bonne implication du maestro sur les deux rives qui finit par prendre le dessus sur un opposant qu’il envoya ad patres d’une entière. Oreille. Le quinto, arborant une défense qui provoqua des murmures admiratifs, a démontré que le ramage ne ressemblait pas toujours au plumage ! Après deux rencontres sans style, Octavio brinda à Didier Cabanis une faena certes décidée, mais qui eut du mal à prendre son envol à cause d’un adversaire sans grand répondant qui rechigna à se livrer. Quelques mouvements méritoires toutefois avant entière tendida. Silence.

Alberto Lamelas n’a pas connu une grande tarde, tombant sur deux clients qui le laissèrent sans grande option. Son premier s’est employé au capote, mais guère sous le fer en deux rencontres. Brindis à Mme Cuillé et déroulement inégal d’une partition qui se joua entre mouvements bien tracés et une étoffe trop souvent accrochée. Silence. Le Madrilène ne put réussir le desquite, administrant d’emblée de bons capotazos avant deux piques mettant en exergue la violence du Valverde. Second tercio lamentable de la part d’une cuadrilla étonnamment dépassée, puis brindis à la clientèle d’une faena ben débutée avant que les choses ne se compliquent rapidement, Lamelas faisant néanmoins le boulot face à un toro tardo et quelque peu sournois. Echec avec la ferraille. Silence.


Plaza de toros de Alés. Deuxième de feria. Dimanche matin. 1/2 arène.

Novillos de Cura de Valverde, Cuillé, José Escolar y El Puerto de San Lorenzo, bien présentés.


Manolo Vanegas, único espada, ovation, oreille, ovation et deux oreilles.

Sortie a hombros de Manolo Vanegas pour sa despedida de novillero le matin, oreille pour Sánchez Vara et Chacón l’après-midi…
Pour Manolo Vanegas, cette matinée dominicale était d’importance puisque dans ces arènes du Tempéras où il avait déjà connu le triomphe, il faisait sa despedida de novillero. Et là où d’autres se seraient ménagé pour la circonstance une opposition dite de garantie, le Vénézuélien a tenu à affronter des novillos sérieux, bien présentés et armés, qui ont rendu l’affrontement intéressant pour les aficionados qui garnissaient à a louche la moitié des travées.

Manolo a d’abord été invité à venir recevoir en piste, à l’issue du paseo, plusieurs trophées, puis ouvrit les hostilités avec un Valverde dédaignant son capote avant de prendre deux piques en tardo. Le bicha sema la pagaille au second tercio, puis ne rendit pas la tâche facile au Vénézuélien qui toutefois afficha sa vaillance et sa détermination pour aguanter les gañafones et se sortir du guêpier au terme d’un bel effort. Echec aux aciers. Saluts.

Sortit ensuite le Cuillé auquel il servit d’excellents capotazos. Deux bons puyazos, le second en partant de loin, puis brindis à sa peña et faena agréable avec alternance des ailes et transmission sur les étagères. Manolo prolongea à l’excès puis s’en défit d’une entière au second envoi. Oreille.

L’Escolar Gil, bien dans le type de la maison, permit à Manolo de briller au capote, l’accueillant par larga avant une série de véroniques, puis deux piques sans saveur, ni grande bravoure. Quite applaudi par véroniques rematé par rebolera puis bindis au ciel et au public. Le novillo s’avéra compliqué dès ses premières attaques, Manolo usant de ses recours pour ne pas lâcher prise. Sous la menace d’un novillo qui cherchait les zapatillas, il exécuta quelques séquences méritoires avant de se faire violemment accrocher, sans trop de dégâts, mais avec la nécessité de se voir poser un bandage. Il retourna au combat avec encore plus de ganas face à un adversaire qui se retournait comme un chat dont il se défit par entière trasera d’effet immédiat. Saluts.

Le Puerto de San Lorenzo s’employa au capote en filant droit, puis prit deux piques sans style avant un tercio de banderilles à la charge du jeune diestro qui s’attira une belle ovation. Brindis à un groupe de Vénézuéliens venus en France pour un mois afin de suivre leur compatriote, notamment pour l’alternative vicoise. Excellent entame au fil des planches avant de rendre une copie soignée et variée qui transmit aux tendidos. Final plus rapproché et clôture de la séance par estocodón qui délivra deux pavillons. Avec trois oreilles dans son esportón, Manolo pouvait repartir a hombros. De bon augure pour son alternative, non ?

Paul Hermé (Textes et photos)

La Peña Del Toro Por Los Cuernos

La Peña Del Toro Por Los Cuernos de Biran organise le vendredi 9 juin 2017 à 21H une conférence-débat « Voir la corrida depuis le callejon avec notre responsabilité de chirurgiens d’arènes » qui sera donné par le docteur Jacques Lestrade, président de l’Association Française de Chirurgie Taurine de 2000 à 2003, actuel président d’honneur et le docteur Claude Giraud qui lui a succédé jusqu’en septembre 2016.

La conférence sera d’autant plus intéressante qu’il y sera question -entre autre – des contraintes et de la responsabilité que cela impose pour eux de prendre en charge des blessures parfois très graves, de la difficulté de trouver des successeurs dans la jeune génération étant donné la judiciarisation de notre société et du rôle des différentes instances tauromachiques.
Voilà de quoi permettre un débat passionnant avec les deux intervenants.

Attention : La voirie de Biran étant en pleine réfection, la conférence aura lieu exceptionnellement à la mairie du Brouilh-Mombert (4 km) et sera suivie d’un petit pot d’amitié offert au « Café de l’Union ».

Pour tout renseignement, téléphoner au président Christophe Solin au 05 62 64 68 03 ou au 06 22 89 12 23.

Bien cordialement

Le Bureau

MADRID, SAMEDI



Las Ventas (Madrid). Samedi. Dix-septième corrida de abono. Plus de deux tiers d’arène.
Toros de El Torero.

Joselito Adame, silence, silence;
Francisco José Espada, qui confirmait l’alternative ovation et blessure;
Ginés Marín, silence et silence.

Gines Marin a salué à l’issue du paseo.

Corrida sérieuse mais manquant de trapio et protestée pour sa présentation, le second et le troisième notamment. Dans l’ensemble, elle a manqué de race et s’est montrée souvent faible. Francisco José Espada qui confirmait l’alternative a été sérieusement blessé en entrant à matar pour la seconde de fois. Il ne semble pas qu’il y ait eu cornada mais un traumatisme crânien qui lui a fait perdre conscience. Il a du être emmené à l’hôpital pour des contrôles: pronostic réservé. Gines Marin n’a pas conforté sa position de triomphateur de la féria (momentané) après les deux oreilles coupées l’avant-veille. Il est passé sans peine ni gloire. Très belle prestation de Joselito Adame, seul mexicain invité cette année. Il a montré sa capacité, sa fermeté et son courage à chaque instant, dans un contexte peu favorable au succès. Après la blessure de Espada il dut tuer trois toros et c’est au troisième qu’il coupait enfin une oreille après une mise à mort sans muleta extrêmement spectaculaire. Il réussit cette suerte si risquée mais il fut blessé sérieusement à la crête illiaque droite et atteint de nombreuses contusions. Le numéro un mexicain a donc été extraordinaire. La afena a été méritoire débutée par statuaires, elle s’est poursuivie par des séries liées et templées, des bernardinas concluant son beau travai. Madrid s’est rendu à son courage. Il aura une nouvelle chance dans le cadre de la San Isidro; même si il est le meilleur d’entre eux il est dommage que la capitale espagnole ne s’ouvre pas plus aux toreros du Nouveau Monde qui, on le voit, apportent tant!

http://cultura.elpais.com/cultura/2017/05/27/actualidad/1495916131_613857.html?id_externo_rsoc=FB_CC

Hommage à Nimeño


Hommage d’un groupe d’aficionados à l’occasion des 40 ans de l’alternative de Nimeño

© 2020 Corridasi - Tous droits réservés