Mois : novembre 2017

Fiesta campera chez François André

RION : espoirs et maestros

Soirée d’annonce des élevages Toros Y Campo Boujan 2018


Elle aura lieu le samedi 2 décembre à 19:00 – 23:00 au CTB (Club Taurin Biterrois)375 Avenue Joseph Lazare, 34500 Béziers

EL GALO EN SOLITAIRE

xmatkuil, Yucatán (Mexique). Novillos de San Salvador. André Lagravere El Galo, en solitaire: oreille, vuelta, oreille et deux oreilles.

La SPA de Pau au cœur d’un scandale d’euthanasies «massives» d’animaux

https://www.ladepeche.fr/article/2017/05/11/2572650-spa-pau-coeur-scandale-euthanasies-massives-animaux.html

Cet article a été publié par la Dépêche du Midi, hier, dimanche. Nous ne le commenterons pas, il se suffit à lui-même. En espérant que les journaux palois traiteront à leur tour cette affaire embarrassante, afin d’en informer le public local directement concerné. On leur fait confiance, bien sur…

« L’association Animal Cross accuse la SPA de Pau d’avoir euthanasié 1700 chiens et chats entre 2010 et 2013. L’affaire a été portée le 10 mai dernier devant la chambre de discipline de l’ordre national des vétérinaires.

Qu’a-t-il pu bien se passer à la Société de Protection des Animaux de Pau entre 2010 et 2013 ? 1700 animaux ont-ils effectivement été euthanasiés par la SPA des Pyrénées-Atlantiques ? Des actes de maltraitance ont-ils réellement été perpétrés dans ce refuge pour animaux ? C’est en tout cas ce que semble penser Animal Cross, une association de protection des animaux. Plus que simplement le penser, l’association s’est portée partie civile auprès du TGI de Pau et a porté plainte contre la SPA incriminée.

« Entre 2010 et 2013, plus de 1 700 animaux adultes ont été tués à la SPA de Pau. En 2012 et 2013, années pour lesquelles nous avons le plus de détails, la moitié d’entre eux l’ont été avant le délai légal de dix jours. Alors que la SPA, qui faisait à la fois fourrière et refuge, devait être une nouvelle chance pour les animaux, elle était devenue l’antichambre de la mort pour nombre d’entre eux », explique Benoît Thomé, le président d’Animal Cross.

Une situation qui durerait depuis longtemps


L’association dit avoir été « alertée de longue date par des salariés et des témoins ». Cette dernière avait fait intervenir gendarmes et huissiers dès 2014. Après avoir retrouvé 13 cadavres congelés de chiens et de chats, la procédure aboutit à un simple rappel à l’ordre. Une « enquête de gendarmerie qui a été bâclée », s’indigne Thomé. Élément clé de l’enquête, Animal Cross se serait depuis procuré les registres d’entrées et de sorties de la fameuse SPA en 2013. Les chiffres seraient édifiants : 410 animaux auraient été tués pour 1352 admis, soit près d’un tiers.

Autre fait troublant, l’association révèle qu’en croisant les documents, le délai légal n’aurait jamais été respecté. Ils auraient été, pour plus de la moitié d’entre eux, euthanasiés avant le délai légal de huit jours ouvrés. Selon le code rural, les chiens et les chats accueillis dans la fourrière, identifiés ou non, doivent être « gardés dans un délai franc de huit jours ouvrés ». Si, à l’issue de ce délai, l’animal n’a pas été réclamé par son propriétaire, il est considéré comme abandonné, et si le vétérinaire en constate la nécessité, il procède à son euthanasie ».

Asphyxiés à l’éther ?


Autre procédé incriminé par l’association, les soigneurs de la SPA de Pau auraient utilisé de l’éther et des sacs poubelle pour euthanasier les animaux. « Le jour où il n’y a pas de vétérinaire sur place, les animaux sont mis dans un sac-poubelle en vue d’être asphyxiés à l’éther », attestent plusieurs membres du personnel de la SPA. Ces procédés se seraient arrêtés en 2014. Pour l’heure, la vétérinaire qui exerçait à l’époque ainsi que d’autres membres de cette SPA sont en cause dans cette affaire sordide ».

ladepeche.fr

Ndlr On vous épargne la photo, elle est trop triste reportez vous au site de la Dépêche ladepeche.fr

ROBERTO PILES APODERADO DE DANIEL LUQUE

Roberto Piles,b sera le nouvel apoderado de Daniel Luque, l’accord entre le français et le matador de toros de Gerena Daniel Luque est prévu pour la temporada 2018. Piles dirigera, de manière indépendante la carrière de Luque, après avoir mené celles de toreros célèbres comm José Pedro Prados ‘El Fundi’, Antonio Barrera ou Rafaelillo. Disons-le, Luque est un très bon torero qui n’est pas à sa place et nous souhaitons aux deux hommes beaucoup de succès. La rupture avec Angel Lillo, ancien apoderado de Daniel Luque, est une décision personnelle et unilatérale du torero.

UNE NOUVELLE GUERRE



C’est en des termes martiaux que la SPA vient d’annoncer une nouvelle série d’actions. Elles de basent cette fois sur le plan judiciaire et s’appuie sur le nouveau statut de l’animal adopté en 2016 par l’Assemblée Nationale. Le Figaro présente ainsi les intentions de la SPA : « la SPA entre en guerre contre les «tortionnaires des bêtes». L’association a déposé plainte, ce jeudi, à Paris pour «sévices graves et actes de cruauté» envers les taureaux et les chevaux visant les toreros, les organisateurs et les municipalités qui les autorisent ». Dans le collimateur guerrier des émules de Brigitte Bardot : la chasse à courre, les cirques et la corrida.
Toujours selon le Figaro, Eric Gaftarnik, secrétaire général de la SPA a précisé : «La plainte que nous avons déposée concernant la corrida sera suivie d’autres actions judiciaires, comme des citations directes. Dans ce cadre nous attaquerons directement les organisateurs de corridas lorsqu’elles se produiront, à savoir les municipalités, les sociétés organisatrices, les toreros», a-t-il dit précisant «travailler en collaboration avec la Flac» (Fédération des luttes pour l’abolition de la corrida).
Dans un communiqué, le président de l’Observatoire national des cultures taurines (ONCT), André Viard a dénoncé une «opération de communication ridicule» qui a pour objet, selon lui, de «détourner l’attention des problèmes récurrents de la SPA à qui la Cour des comptes ne cesse de demander d’améliorer les conditions d’accueil des animaux qu’elle prend en charge», ainsi que de «rendre sa gestion plus transparente (…) la tauromachie, ou course de taureau est une activité règlementée dans un cadre précis que le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution», ajoute M. Viard. «Moins de 10% des animaux élevés dans les élevages de toros combattent dans les arènes tandis que 65% des animaux domestiques confiés à la SPA sont euthanasiés. Cela représente moins de 1.000 toros et environ 150.000 chiens et chats».
Donc une « guerre » de plus que l’on nous fait non seulement à nous aficionados mais à la société en général. Comme si, engluée dans le terrorisme et la peur de l’autre, elle en avait besoin. Une guerre avec son cortège de violence puisque la SPA veut s’appuyer sur l’opinion publique. Une guerre frontale menée contre ces petits cirques menés très souvent par des familles tziganes –cela n’est pas innoçent- au bord de la fermeture sans que cela ne dérange personne sauf nos enfants ; une guerre menée contre les chasseurs à courre dont le prélèvement est dérisoire et qui perpétuent avec panache une tradition pluri-centenaire et contre la corrida. On ne saurait sous-estimer l’ennemi -il convient désormais de le nommer ainsi, désormais- car il dispose d’énormes moyens financiers et de puissants relais dans les médias acquis à leur cause. La SPA envisage sans doute une de ces guerres « fraiches et joyeuses » comme en 14 quoi… On a vu le résultat ! Une guerre c’est toujours une catastrophe mais cela une conséquence : cela galvanise les énergies et les plans de bataille des agresseurs sont souvent mis en échec par la détermination des agressés.
C’est une société sinistre que l’on veut nous imposer : une société sans chasseur ni cirque, sans toros ni viande -car sans abattoir. Une société où perdurent la misère et l’injustice où il y aurait tant à faire pourtant pour améliorer le sort de l’être humain.
PV

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés