Valence, mercredi. Quatrième de Fallas. Un tiers d’entrée

Toros de Alcurrucén.

Álvaro Lorenzo, ovation et saluts après pétition et ovaion et saluts après avis;

Luis David, vuelta al ruedo après étition et ovation et saluts après avis;

Pablo Aguado, oreille et silence. 

Corrida inégale de présentation, diversement et de poids très variable. Elle se montra comme le veut l’encaste: froide à la sortie et peu spectaculaire à sa sortie, manseando sous le cheval, avec une pointe de genio mais maniable par la suite.

Beaucoup de sécurité de la part d’Alvaro Lorenzo qui a montré, à son second passage surtout, son officio et sa maturité. Il assure avec sincérité dans les moments compliqués. Il y en eut car son lot ne fut pas des plus commodes. Pablo Aguado a ses fans: il le doit à ses manières élégantes, son toreo très sévillan exécuté devant le meilleur lot du jour. Visiblement le président fait partie du club: il lui céda une oreille après une épée très basse alors qu’elle n’était demandée que par une petite minorité. De la fraîcheur et de l’originalité chez Luis David dont on ne pourra pas contester la volonté. Il est le prototype de la tauromachie mexicaine, allègre et vaillante: il a donc sa carte à jouer dans la temporada à venir.

Photos J. Buravand