rej10wz

A Nîmes, en matinée, sortie a hombros de la terna, les Mendoza père et fils et Léa Vicens, par la Porte des Consuls, et pour la clôture, décevante corrida de Victorino…

4/5 d’arène.

rej10p

Six Fermín Bohórquez qui la plupart ont étalé une charge limitée.

phm10k

Oreille puis deux oreilles pour Pablo Hermoso de Mendoza.

rej10h

Deux oreilles et oreille pour Léa Vicens.

gm10b

Oreille puis deux oreilles et la queue pour Guillermo Hermoso de Mendoza qui confirmait son alternative.

rej10a

Matinée entretenue qui a confirmé les belles dispositions de Pablo Hermoso de Mendoza et Léa Vicens, ainsi que du  fils du Centaure d’Estella, manifestement promis à un bel avenir…

Voir la vidéo ICI

(Photos rejoneo : Daniel Chicot)

Tarde. Environ demi-arène, temps ensoleillé. Six toros de Victorino Martín, le deuxième remplacé par un sobrero d’El Torero, la plupart donnant un jeu décevant, compliqué, manquant le plus souvent de forces et/ou de race.

oc10k

Octavio Chacón (saluts et vuelta) ouvrit le bal avec un adversaire prenant deux piques sans style. Brindis à l’assemblée d’une faena donnée face à un opposant qui se retournait vite, le maestro de Prado del Rey signant plusieurs mouvements ajustés, essentiellement à tribord, dont des redondos supérieurs qui firent bouger les étagères. Las, une conclusion par entière au cinquième envoi est venue gâcher l’impact d’un trasteo jusque-là méritoire.

pique10k

Le quatrième, veleto astifino, alla trois fois au cheval, depuis environ trente mètres alors que le lancier l’attendait au-dessous de la présidence ! Belle arrancada applaudie comme il se devait  puis début de faena par doblones bien guidés, avant un premier carton jaune. Octavio ne désista pas  face à un client qui bien que court de charge, lui cherchait des noises. Son recours lui fut bien utile, y compris lors d’un final approché avant trois quarts tendida.

rp10k

Rubén Pinar (silence et saluts) prit d’abord un opposant aux forces apparemment limitées qui fut prié après un premier puyazo de réintégrer les chiqueros. S’ensuivit alors un long intermède dans la mesure où le Victorino refusa d’évacuer la piste, y revenant à quatre reprises faute de franchir le dernier pas. Sortit ensuite pour le remplacer un El Torero qui prit deux piques avant un bon quite de Pepe Moral précédant un second tercio insipide puis un brindis au footballeur Renaud Ripart. La faena qui suivit ne passera pas à la postérité malgré l’application de l’Albaceteño qui à son tour connut une débâcle aux aciers. Le quinto a été applaudi de salida pour sa morphologie, étant ensuite l’auteur d’un tercio de piques désordonné, guère aidé en cela par un piquero maladroit. Au second tercio, saluts d’Ángel Otero et Víctor Manuel Martínez avant brindis au respectable puis doblones en se ployant. Rubén perdit ensuite l’équilibre, se rétablissant in extremis alors que la cornada n’était pas loin ! Il esquissa par la suite quelques muletazos énergiques donnés en valiente, avant d’être violemment repoussé dans ses 18 mètres, pour en finir ensuite une nouvelle fois à la peine, par entière au quatrième envoi.

pm10k

Pepe Moral (silence et bronca) prit en premier lieu un adversaire piqué en deux fois a minima avant un brindis aux médecins puis une faena qui ressembla fort à un drame de la mésentente, le Sévillan ne parvenant jamais à s’accoupler. Demie contraire trasera puis entière. Il mit ensuite fin à une course pour le moins décevante avec un Victorino applaudi à sa sortie qui subit sur les deux assauts. Après un tanteo sans grand effet et visiblement peu enclin à faire trainer les choses, Pepe s’en défit sans avoir trop insisté par une conclusion peu glorieuse – atravesada, pinchazo puis entière -, se retirant sous la bronca.

Mais qu’on avait été loin de la corrida de clôture des Vendanges de la précédente temporada !