Pamplona. Mercredi. Feria de San Fermín. Toros de  Jandilla y Vegahermosa (1er  et 6ème ).

Diego Urdiales, un avis et ovation avec salut, silence    ;

Sebastián Castella en Pamplona – Jacobo Silvestre @enfoquetaurino

Sébastien Castella, silence ; une oreille avec pétition de la seconde; 

Roca Rey, deux avis et silence, silence. 

Entrée: Lleno

Deux bons éléments, dans un ensemble très disparate de présentation comme de comportement: le premier et le troisième surtout, pour ce qui concerne les autres Jandilla, ils ont manqué de caste et de classe à la muleta comme sous le cheval, développement au troisième tiers un genio gênant pour les coletudos et sans rompre jamais.

Diego Urdiales a démontré son concept classique et pur du toreo avec beaucoup de naturel et de toreria. Il a été applaudi avec chaleur par un conclave qui affectionne pourtant une tauromachie plus spectaculaire. Le monde change…

Plus dans le ton de cette feria « sin igual », Castella a fait un gros effort à son second passage et a une fois de plus séduit par son hiératisme, son courage froid, cette façon impressionnante de monter sur l’animal. Faena encimista à ce second animal qu’il inventa, à qui il a coupé la seule oreille de la tarde avec une forte pétition pour la seconde. Sébastien qui n’a pas eu de chance à Madrid est dans un très bon moment.

Ce n’est pas le cas d’Andrés Roca Rey pourtant très attendu au coso de la Misericordia. Il a été sensationnel face à l’excellent toro de Jandilla (troisième dela course) qui lui échut. A la cape d’abord avec un quite époustouflant, à la muleta ensuite avec cette impétuosité qui est sa marque: débutant par des changées au centre puis se lançant dans de longues séries de deux côtés, toujours templées. Mais il y eut un hic! sa douleur à l’épaule se réveilla et il eut beaucoup de difficultés avec l’épée plus encore avec le descabello. Bis repetita face au sixième.

Pourra-t-il revenir vendredi comme prévu ? That is the question…

Pierre Vidal