Hagetmau, dimanche, novillada de la féria. 1/2 arène.

6 toros de Montealto.

Rafaël Gonzalez: silence après deux avis et silence après avis.

Diego San Roman une oreille et saluts

Diosleguarde: une oreille et silence

Très bien présentée la novillada de Montealto, homogène avec beaucoup de trapio et armée. L’ensemble a eu un comportement prenant : causant trois batacazos, les trois dernier supportant allègrement trois piques. La plupart ont été nobles mais vendant chèrement la peau causant ainsi des soucis aux coletudos. Les plus complets furent le premier et le cinquième très exigeant néanmoins; ovationnés fortement à l’arrastre tous les deux. Un très bon lot.

Rafaël Gonzalez est un torero solide qui ne renâcle pas devant la difficulté. Il l’a montré. Mais il ne passe non plus rampe et son académisme ne porte pas vraiment sur les gradins. Sans déchoir il n’aura pas convaincu, ni fu ni fa comme on dit dans le jargon.

Diego San Roman aura fait grosse impression auprès des aficionados et cela à ses deux passages. Il a montré ses belles qualités à la cape qu’il manie avec sentiment et profondeur. A la muleta le torero de Queretaro ne plie jamais. Il reste croisé et affectionne le toreo en naturelles. A son premier passage le toro se réfugiant aux planches, il sut reprendre les affaires en main et séduire malgré tout le public grâce à un toreo de recours varié et séduisant. le cinquième très exigeant, le déborda par moment mais le mexicain ne plia pas les gaules et finit par réaliser un trasteo émouvant, tuant à recibir au second essai. Il n’ y eut pas de pétition, c’est ainsi…

Manuel Diosleguarde dans le rythme du troisième novillo effectua un travail qui porta sur les gradins. Le jeune homme ne se croise pourtant qu’à l’économie et envoie souvent l’adversaire à l’extérieur. Néanmoins une excellente estocade emporta l’adhésion et lui valut une oreille. Au dernier un tonton qui ne se bougeait que sérieusement sollicité, il abrégea et s’en vut pour en finir.

Après-midi sérieuse, qui aura plu aux toristes et qui aura permis de découvrir les qualités de Diego San Roman, nouvelle star de la catégorie depuis l’arrêt inopiné de Borja Collado.

Pierre Vidal

Photos Roland Costedoat

photo Jl Illhé

A l’issue de la corrida une enveloppe de 300 euros a été attribuée à Diosleguarde pour « le meilleur geste technique » c’est à dire son estocade au troisième toro de la novillada et une oeuvre d’art a récompensé Diego San Roman pour sa faena au second.

Photo JL Illhé

La veille novillada sans picador 1/3 d’arène.

Novillos d’Alma Serena

Solalito 2 oreilles et 1 oreille

Jean Baptiste Lucq: Palmas et palmas

Christian Pajero: silence.