Bilbao, dimanche. 2ème des Corridas Generales. 1/4 d’arène. Pluie violente.

Toros de Victorino Martín.

Image

Curro Díaz, ovation et saluts, ovation et saluts et ovation et saluts pour le troisième combattu pour Emilio De Justo blessé; 

Image

El Cid, oreille et ovation et saluts;

Image

Emilio de Justo, oreille après avis au seul qu’il ait tué. 

Saluts aux banderilles de Juan Carlos Garcia au quatrième.

Une âpre corrida de Victorino sous la pluie battante, bien dans le style bilbaino, cette arène à part où on exige plus qu’ailleurs et qui, comme c’était le cas hier, a des allures guerrières. L’ensemble était d’ailleurs très présenté, armé sévère et surtout le couteau entre les dents. Tous les toros à part le quatrième, sac de sable, avaient leur faena mais ils devaient être consentis et demandaient à chaque instant leurs papiers aux coletudos. Ils furent, tous les trois, à la hauteur de ces circonstances.

Une nouvelle fois Curro Diaz que l’on a tendance à placer dans un corte artistique a montré l’ampleur de sa capacité et sa connaissance d’un encaste réputé difficile. Il batailla, s’engagea et tira le maximum d’un lot compliqué, le quatrième surtout. De plus il tua le dernier qui revenait à Emilio de Justo, ce denier ne pouvant sortir de l’infirmerie. Il le fit avec dignité et loyauté ce dont le public lui sut grès. Il tua ses trois toros d’estoconazos sin puntilla.

C’était la der des der (à Bilbao) d’El Cid qui nous a rappelé quel pedazo de torero il a pu être. Il semble qu’en France on l’ait oublié… puisque pour cette ultime année il n’a été programmé nul part (sauf erreur). Une lidia précise, élégante même à la cape avec le premier, puis des faenas accrochées certes mais où on pu voir cette fameuse main gauche qui tant de fois fit merveille. Il y eut, lors de ses deux passages, d’excellentes séries de naturelles, le torero de Salteras embarquant ses ennemis par le bas provoquant ainsi l’humiliation d’adversaires rétifs, pourtant.

Grande prestation d’Emilio de Justo qui comme il en a l’habitude se livra avec générosité. Sa tauromachie engagée s’appuie sur une technique qui désormais s’affirme ce qui lui permit de bâtir un trasteo complet. Il termina par de belles naturelles pieds joints. C’est à la dernière qu’il fut pris. Il revint pour tuer l’animal en deux fois et coupa un trophée.

Corrida éprouvante pour les toreros mais émouvante pour le public.

Pierre Vidal

Emilio de Justo est blessé sérieusement à l’oreille et il aurait reçu un puntazo au scrotum.

Dernier message d’Emilio sur sa page facebook : « Après contrôle effectué à l’hôpital Basurto de Bilbao, les blessures graves sont exclues. Un temps de repos est recommandé suite aux contusions et à la déchirure de l’oreille gauche. Sans complications, la reprise de l’activité se fera sous peu. Merci à tous pour vos messages ».