Bayonne, samedi. Feria del Atlántico. Corrida concours de ganaderías. Plus de 1/2 arène. Toros de Murube, Valdefresno, El Retamar, José Cruz, Los Maños et Pedrés. 

Corrida très agitée avec une présidence contestée à plusieurs reprises (souvent à raison, parfois à tort) Des toros, seuls le Valdfresno , très armé et exigeant, et le Los Maños , noblissime, ont permis aux toreros de s’exprimer. Florès , très volontaire et appliqué, a porté une estocade d’anthologie à un toro dont l’envergure du berceau aurait fait fuir certaine figura adepte de l’estocade périphérique. Adrien Salenc, en progrès depuis son alternative et qui avait besoin de triompher, a touché le meilleur toro du lot. Il a construit une bonne faena avec des temps forts et a bien tué. Il a su retourner le public en sa faveur en associant Florès et le mayoral de Los Maños a son succès.

RT

López Chaves, ovation après avis;

 Sergio Flores, oreille forte pétition de la seconde et double vuelta.

Miguel Ángel Pacheco, silence; 

Juan Ortega ovation;

Adrien Salenc deux oreilles, la seconde protestée;

Dorian Canton: silence.

Vainqueur, Adrien Salenc a partagé son prix avec Sergio Flores ils ont fait une vuelta ensemble avec le mayoral de Los Maños, meilleur toro .

Reportage photos Roland Costedoat

Attention à Sergio Flores!

Par Antonio Arévalo

C’était dès le départ une étrange corrida concours avec six toros de différents élevages pour six toreros ayant pour dénominateur commun de devoir saisir la seule chance qui leur était proposée pour continuer à essayer de se frayer un passage.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 69310129_741985476241417_6324014729731768320_n.jpg.
Pour le plaisir l’estocade de Sergio Florès vue par Matthieu Saubion


La faena la plus importante, celle qui aura marqué profondément le public bayonnais, c’est le Mexicain qui l’a réalisée. Devant un toro de Valdefresno aux cornes démesurées, il s’est imposé dès le départ avec détermination, les idées très claires. Impressionnantes furent ses chicuelinas, elles effrayèrent les spectateurs tellement elles furent serrées et à la fois belles. À la muleta, chaque passe était d’un engagement total et d’une assise, d’une fermeté saisissantes. Même quand le toro rechignait et cherchait à fuir. Faena compacte, de poids, conclue d’une superbe estocade. La pétition des deux oreilles fut unanime et la présidence, sous une énorme bronca, n’en accorda qu’une. Flores fit deux tours de piste sous les acclamations de la foule et un dernier avant de quitter les arènes.
Tout aussi incompréhensible fut l’attribution de deux oreilles à Adrien Salenc, le président sortit les deux mouchoirs après une faena enthousiaste mais bien moins consistante que celle de Flores. Une nouvelle fois, la bronca fut énorme et justifiée. Adrien a été bien à la cape et a tout de suite perçu les qualités du toro de Los Maños. À la muleta, le toro avait la tête haute avant de plonger dans le leurre avec bravoure, continuité et rythme. Salenc a été bouillonnant et probablement sous la pression de devoir triompher à tout prix il manqua de relâchement et de profondeur.
Pour le reste, López Chaves a affronté un toro de Murube de 600 kilos, sans charge et qui le cherchait en permanence. Le torero de Salamanque s’est montré courageux et très professionnel, sans avoir aucune option pour briller. Prestation un peu effacée de Miguel Angel Pacheco, il faut dire aussi que son adversaire de El Retamar était fade et « tardo ». Juan Ortega, devant un toro de José Cruz de près de six ans et assez éteint, a dessiné probablement les plus belles passes de la corrida avec une toreria qui a séduit les aficionados. On a envie de le revoir.
Pour conclure il y eut un Pedrés de plus de 600 kilos, un « tio », pour Dorian Canton dont la seule corrida au compteur était celle de son alternative. Il a été digne, a très bien démarré sa faena, sans perdre la tête et avec une assurance qui l’honore. Par contre, la distance à laquelle il a toréé n’était pas la requise et aurait demandé probablement plus de sitio. Malgré tout, il a fait une bonne impression.
Le mayoral de Los Maños a fait un tour de piste final en compagnie de Flores et de Salenc qui est ensuite sorti «  a hombros ».

Antonio Arévalo

1 toro de Murube, impossible à toréer, trop grand et trop lourd ; un toro de Valdefresno avec de la mobilité, très armé et manso sur la fin ; un toro de El Retamar fade et juste, correct de présentation ; un toro de José Cruz trop âgé, arrêté et manquant de gaz ; un toro de Los Maños, dans le type, excellent à la muleta pour lequel on demanda le tour de piste ; un toro immense de Pedrés, compliqué.

Le matin: Tristan, blessé, gagne la finale des non piquées

Le novillero eut le meilleur lot et, malgré ses logiques carences, il réussit à transmettre son enthousiasme au public. Plus de volonté, de vouloir bien faire qu’autre chose, évidemment il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour pouvoir grandir. Il fut encorné à la mise à mort de son dernier novillo et ne put recevoir le prix.
Alvaro Chinchón a lui aussi montré quelques qualités, du bon goût, mais il n’a pas eu de chance au sorteo et son lot ne lui a pas permis de s’exprimer davantage.

4 novillos de Lartet, de comportement contrasté, les meilleurs second et quatrième.


Alvaro Chinchón vuelta et silence.


Tristan vuelta et blessé.


Blessure au pénis qui l’a empêché de poursuivre la lidia, diagnostic « menos grave ».

AA

Photos du matin Matthieu Saubion