Photo Califa
Plaza de toros de la Real Maestranza de Caballería de Ronda (Málaga). Seconde de la Feria de Pedro Romero. Corrida Goyesque. Lleno de ‘No hay billetes’.
Toros de Juan Pedro Domecq, faibles et décastés dans l’ensemble et bon toro de Domingo Hernandez pour Aguado payé par Morante (mais oui!)
Morante de la Puebla, silencio, oreille après avis et silence.

Pablo Aguado, ovation, oreille, silence et deux oreilles au sobrero de regalo.

Malgré le changement de date et l’absence de Roca Rey le  cartel de « No Hay Billetes  » fut posé une semaine avant l’événement.

Le duel des deux sévillans , s’annonçait comme un passage de témoin dans le mundillo local . Sous une chaleur intense mais protégé par les magnifiques colonnes centenaires, le spectacle commença sous des bons auspices Le maestro de la Puebla nous régalant dés son premier toro des capotazos don il a (avait?) le secret et la technique Malheureusement  qui dès les premières passes s’effondra  et imprima la teinte de l’après-midi 

Toros déscastés , a la limite de se coucher et évidemment sans bravoure. 

Morante et Aguado prénom Pablo  comme le Maestro de Malaga exilé longtemps a Paris et à Vallauris surent, avec du metier et beaucoup d’ esthétique, arracher les Olés du vénérable public assoiffé au sens propre comme au figuré, de ces triomphes habituels dans ce Ruedo

Photo Califa

Malgré les receptions capoteras et artistiques de l’homme aux cigares cubains et qui malheureusement a glissé vers la droite extrême espagnole  le bétail allait de mal en pis et la bronca gronda dans les gradins .

Et alors le petit miracle se produisit au titre symbolique de la passation de témoin : Morante sut faire du Morante et offrit, à Pablo Aguado le sobrero de Domingo Hernandez, lequel fit honneur a son confrère et lui coupa les deux appendices C’était là le pourboire de la soirée qui donna une autre impression et sauva une après-midi qui s’annonçait catastrophique du point de vue du ganado.

Jesus HERNANDEZ SALINAS