Villaseca de la Sagra, mardi, lleno. Dernière de Alfarero de Oro.

Novillos de Monteviejo.  

José Cabrera, silence aux deux; 

Cristóbal Reyes, silence aux deux; 

Francisco Montero, oreille et oreille.

Course très bien présentée, dure et donnant peu de jeu: partant de loin sous le cheval mais se livrant peu par la suite. Exigeante sous la muleta. Se défendant dans l’ensemble, fidèle aux caractéristiques de son encaste en définitive.

Francisco Montero a fait une grosse impression par son entrega et sa façon de connecter avec le public. Il a accueilli son second adversaire par une puerta gayola avec la cape de paseo. Dans l’ensemble ce jeune qui est peu, voir pas connu et qui vient directement du circuit des capeas, éloigné donc des écoles taurines a fait preuve de beaucoup de personnalité. Il devrait plaire… même sil n’a pas été cité dans le palmarès de ce prix prestigieux. Nous verrons par la suite, en France notamment, où il devrait être invité… En attendant, il est à inscrire sur les tablettes des uns ou des autres. Il se comporte comme on l’attend d’un novillero par forcément de manière très orthodoxe mais avec un enthousiasme contagieux. La sévérité du palco à son égard fut un peu injuste.

José Cabrera a brillé à la cape comme aux banderilles c’est son point fort. C’était un peu trop de toro pour notre ami Cristobal Reyes encore vert mais décidé lui aussi, il perdit toute chance de récompense en raison de ses carences à l’épée. Il a du courage et de la personnalité et il ne s’est pas laissé démonter par les difficultés du jour. Que du positif même si au « planchot » il ne marque rien.

Autre point positif ce lleno ou casi lleno qui clôture cette série de novilladas qui ont fait aussi une grosse audience à la télé sur Castilla la Mancha. A qui en douterait, voilà une preuve de plus que la télé ne réduit pas le public au contraire.

PV