Mois : septembre 2019 Page 2 sur 19

Emotions fortes au « Coso del Pino »

Sanlucar de Barrameda, « coso del Pino », novillada mixte, samedi, plus d’un quart d’entrée.

Deux novillos et quatre erales de Chamaco. Le sixième (eral) « Poleteron » de 460 kilos, castaño, n° 24 a été gracié.

Eloy Hilario : une oreille après avis et blessure ; le toro a été tué par le sobresaliente Victor Manuel Rodado (palmas)

Eloy Sanchez : une oreille après deux avis et une oreille après avis ;

German Vidal « El Melli » : une oreille après avis et deux oreilles et la queue symbolique.

Eloy Hillario a été transporté à l’hôpital de Sanlucar pour des examens approfondis. Il a été pris au cours de la faena effectué à son second toro. Il aurait aux dernières nouvelles de nombreuses contusions sans gravité.

Eloy Hilario brinda son premier toro à Emilio de Justo qui assistait à la novillada dans les gradins.

C’était une réunion de famille à laquelle étaient conviés les sanluqueños. Ils ont répondu nombreux, plus d’un millier, pour soutenir les deux espoirs locaux Eloy Hilario et surtout « El Melli » issu d’une dynastie de toreros de plata très aimée dans la cité du Guadalquivir, nouvelle promesse locale. Le jeune valencien Eloy Sanchez était là en terre étrangère : il défendit sa catégorie crânement.

Surprenants, les novillos de Chamaco d’abord pour leur présentation : leur trapio et leur poids qui frôlait parfois les cinq cents kilos. On n’était donc pas là pour s’amuser d’autant que leur jeu fut empreint de sérieux. Ils demandaient beaucoup, même si ils se laissèrent faire pour la plupart, et semèrent la pagaille dans les cuadrillas à plusieurs reprises. Le sixième répétait sans mièvrerie et transmis ses qualités au public qui demanda et obtint sa grâce après accord du ganadero bien qu’il ne fut pas piqué. Bien aussi, le premier et le quatrième nobles avec de la transmission. Un ton en dessous les autres. Le cinquième dangereux. Tous ont fait preuve de mobilité et sont morts bouches fermées.

Courageux, Eloy Hilario, voilà un jeune homme qui a la vocation et qui, malgré toutes les vicissitudes du monde du toro, s’arrime avec courage. C’est un torero complet, bon à la cape brillant dans le tiers de banderilles posées de manière classique, dans les cornes, et qui à la muleta bien qu’encore vert imposa sa loi à deux tíos impressionnants. Le bagage du jeune homme est limité : nous n’étions hier qu’à sa troisième novillada piquée. Malgré cela, il ne perdit jamais les papiers et s’imposa dans des séries courtes et volontaires qui eurent de l’écho. Il tua son premier adversaire d’un estoconazo au troisième voyage. Il se fit prendre par son second toro, excellent exemplaire de Chamaco, en sortant d’une circulaire inversée. Elle ne s’imposait pas mais sans doute Eloy était-il enivré du parfum du succès à portée de main… Inattention ? manque de concentration ?  Il se fit prendre sèchement sans que la corne ne pénètre. Otra vez sera… Eloy !

Emouvant, le très jeune Eloy Sanchez qui ne s’en laissa pas compter malgré le lot imposant et désagréable qu’il eut en partage. Sa décision et ses bonnes manières impressionnèrent un public bon enfant. C’est un très jeune homme finalement bien valencien dans ses manières multipliant les largas de rodillas, les desplantes et avec déjà un bagage qui lui permit de se tirer de situations souvent risquées. Il tua de deux entières mais échoua au descabello.

Élégant, German Vidal « El Melli » a confirmé de belle manière le bien que l’on pensait de lui. Il a une réelle classe qui fait la différence. Il torée avec temple et élégance faisant de sa grande taille un avantage. Il a un concept du toreo typiquement andalou et s’inscrit ainsi dans la tradition locale. On a vu que dans quelques situations difficiles, il ne s’échappe pas non plus et qu’il a du recours lui aussi car il ne fut réellement jamais en difficulté. Il sut gérer parfaitement l’indulto du sixième toro qui ne mollit jamais dans ses charges. Il vit les qualités d’emblée et sut faire monter la mayonnaise comme il se doit.  Melli enchaîna les circulaires inversées par le bas, l’animal suivant le leurre avec vivacité. Il continua à genoux pour une série qui emballa les gradins et il obtint la vie sauve de « Poleteron ». Sortie d’apothéose par la puerta grande du nouvel héros du « Pino ».

Pierre Vidal

photos J.F. et R.S.

Séville dit adieu à El Cid

Sevilla, Feria de San Miguel. quatre toros de Victoriano del Río et deux de Toros de Cortés (3  et 5 ), bien présentés, braves au cheval sauf le 4ème ? le meilleur a été le second .

 Enrique Ponce, silence et silence ;

El Cid, ovation et oreille;

 José María Manzanares, silence et ovation. 

Entrée: Lleno.

El Cid a été appelé à saluer pour sa dernière corrida à Séville. Le torero de Salteras qui est sorti par la porte du Prince quatre fois a été porté en triomphe à l’issue de cette ultimecorrida à la Real Maestranza.

Arnedo: Francisco Montero à hombros

Arnedo (La Rioja). Zapato de Oro. Novillos de Partido de Resina très bien présentés et de jeux variés. Vuelta al ruedo au sixième.

 Javier Orozco, silence avec un avis et silence avec un avis;

 Daniel Menés, silence avec un avis et blessure; 

Francisco Montero, oreille et oreille.

Salut de Raúl Cervantes  au 3ème , Alfredo Jiménez au  5ème  et Daniel Sánchez et Juan Cantora au 6ème.

Montero a reçu une cornada de 12 cm à l’avant bras en toréant de cape le troisième .

Madrid: mansada du Puerto de San Lorenzo

Madrid, Feria de Otoño. Cinq toros de Puerto de San Lorenzo et un  de La Ventana del Puerto (4º), bien pésentés mais decastés et sans race  

Daniel Luque, ovation et silence

Juan Leal, pitos après deux avis  et silence; 

Juan Ortega, silence après un avis  et silence. 

Entrée: Media plaza.

Salut après avoir banderillé de Raúl Caricol et Jesús Arruga; et Antonio Chacón  

aniel Luque (saluts et silence) ouvrit la séance avec un adversaire qui tenta rapidement se sauter dans le callejón. Après une première pique rectifiée puis une autre en venant de loin, quite de Juan Leal par saltilleras suivi d’une réplique de Luque par véroniques. Saluts de Raúl Caricol et Jesús Arruga au second tercio, puis faena qui vit le maestro de Gerena faire l’effort d’intéresser un bicho qui ne l’était guère. Il soigna le geste, tira quelques muletazos valeureux, notamment à droite, mais l’ensemble alla toutefois a menos à cause d’un toro deslucido qui ne contribua jamais à faire relever la sauce. Le quatrième pesait 650 kilos. Il mesura d’emblée les planches avant un bon capoteo de Luque puis un tercio de piques sans grande histoire suivi d’un bon quite de Juan et d’un brindis à l’assistance. Visiblement bien décidé, il eut ensuite du mal, malgré ses bonnes manières entrevues au début, à donner du rythme et de l’importance à son labeur, le mastodonte baissant trop rapidement de ton et finissant rajado. Trasteo frustrant, hélas, conclu par entière au second envoi.

jl28h

Juan Leal (silence aux deux) démarra avec un client qui ne s’employa guère à sa sortie, Juan Ortega se faisant ensuite applaudir sur un quite à l’issue des deux piques. Gros susto ensuite pour Marco Leal qui se fit repousser violemment au sortir d’une paire de banderilles, finissant piétiné au sol… avant de se relever sans dégâts apparents !

ml28h

Brindis au respectable suivi d’une entame arrodillada au centre du meilleur effet, le Fraile venant de loin puis s’engouffrant dans l’étoffe en pivotant. La suite fut toutefois moins évidente car l’Arlésien dut trouver ensuite des solutions face aux complications, ce qui n’a pas été très évident. Pris à parti par un secteur du public par rapport à son placement, Juan insista sans pouvoir réellement transmettre avant d’en baver avec les aciers une fois le toro collé aux planches. Il ne put réussir le desquite avec un quinto bien pris les deux fois au cheval avant un bon quite par chicuelinas d’Ortega. A la muleta, Juan donna la distance, réussit quelques tandas méritoires, avec violents retours bien aguantés, avant un final rapproché, sans grand succès toutefois malgré son évidente volonté de s’arrimer. Entière trasera.

jo28w

Juan Ortega (silence aux deux) connut lui aussi une après-midi difficile. Après deux piques brouillonnes, Antonio Chacón, qui a frôlé la correctionnelle au second tercio, a été appelé à saluer. A la muleta, Juan rencontra à son tour des difficultés, le toro gardant la tête haute lors de charges irrégulières, se montrant tardo avec une pointe de genio, ce qui malgré les bonnes intentions du Sévillan, provoqua quelques longueurs dans le film. Pinchazo avant entière tombée.  Rien ne s’arrangea avec l’ultime qui apporta à son tour son lot de complications, Ortega instrumentant au passage quelques bons muletazos droitiers, la gauche s’avérant plus incertaine, sans vraiment pouvoir enchainer, le tout se terminant par demie puis descabello dans une ambiance de déception, principalement à cause de ce lot décasté qui offrit bien peu d’options aux coletudos…

Texte et photos Paul Hermé torofiesta.com

Algemesi: novillada mouvementée

Algemesí (Valencia). Novillos de Talavante, bien présentés et donnant du  jeu, vuelta al ruedo au second. 

Miguelito, ovation avec salutet silence; 

Miguel Polope, deux oreilles et silence. 

Entrée: Lleno.

Salut de Sergio Pérez et Rubén García au premier.

Le troisième novillo a été devuelto. En rentrant au toril, il s’est enfui par une « petite porte » et s’est retrouvé dans les rues de la cité . Il a été rattrapé et abattu par les forces de l’ordre

Les autres festejos du 28 Septembre

Soria,   Feria de San Saturio. Toros de La Castilleja,  . 

Joao Moura hijo, silence et ovation; 

Leonardo Hernández, oreille et deux oreilles; 

Mario Pérez Langa, oreille et deux oreilles. 

Entrée: media plaza

Tragacete (Cuenca). quatre toros et un novillo de Juan Albarrán

Javier Antón, oreille et silence; 

Santiago Mújica “El Sargento del Perú”, silence et silence;

et le novillero Sergio López, (débuts en piquée) oreille.

Mayorga (Valladolid). Festival. Reses de El Pilar

Morenito de Aranda, oreille; 

Julio Benítez “El Cordobés”, oreille; 

Juan del Álamo, deux oreilles;

et le novillero Diego García, deux oreilles. 

Entrée:  lleno.

Villarrubia de Santiago (Toledo). Novillos de Laura Velasco. *

Emiliano Gamero, ovation et vuelta al ruedo; 

Óscar Mota, palmas et palmas.

Povoa (Portugal). Astados de Branco Nuncio.

Filipe Gonçalves, vuelta et deux vueltas; 

Moura Caetano, vuelta et vuelta; 

David Gomes, deux vueltas et deux vueltas.

Villamantilla (Madrid). Novillos de Torrenueva

Juan Saavedra, oreille; 

Álvaro Bravo, deux oreilles; 

Javier Cavas, ovation avec pétition.

Simon Casas, une année supplémentaire à Valence

Simon Casas a obtenu une prorogation d’un an dans sa gestion des arènes de Valence. C’est la députation de Valence qui a accordé cette prorogation à la société Simon Casas Production. Ce sera sa onzième temporada consécutive à la tête du coso de Xativa. C’ est la seconde prorogation obtenue par le nîmois.

Arnedo, Aquilino Girón, blessé

Arnedo, vendredi. Demi-arène.

Novillos de José Escolar.

Juan José Carballo : silence et silence.

Aquilino Girón : blessé.

Francisco de Manuel : oreille et silence.

Aqilino Giron aété blessé par son premier toro alors qu’il entrait à matar. Une blessure qui lui a réouvert une cicatrice récente à la cuisse droite. Pronostic menos grave. Voici le parte:  “herida por asta de toro anfractuosa, de bordes irregulares a nivel antero interno del muslo derecho, sobre cicatriz de herida previa de hace 19 días también por asta de toro, que penetra disecando fascia en sentido ascendente de unos 15 centímetros, disecando paquete vascular y músculos adyacentes, sangrado no importante; abrasiones contusivas en cara posterior medial del muslo izquierdo, con importante tumefacción en la interior sin objetivarse fallas musculares, pero precisa revisión posterior para descartar posible varetazo; contusión con hematoma en el ángulo mandibular izquierdo; erosiones en cara, frente y nariz, además, presenta eyección conjuntival en ambos ojos probablemente por entrada de arena, que precisará revisión. Pronóstico: menos

Algemesi

Algemesí (Valence). Vendredi. Lleno.

Novillos de Daniel Ramos, très bien présentés.

 Diego San Román, silence après avis et silence; 

José Fernando Molina, silence et silence après avis.

Séville, grave blessure de « Calerito »

Séville, vendredi. Feria de San Miguel. 1/2 arène.

Novillos de Villamarta, bien presenté mais de mauvais jeu sauf le quatrième.

Rafael González, ovation et saluts et vuelta al ruedo; 

Juan Pedro García “Calerito”, ovation et saluts et silence après avis; 

Antonio Grande, ovation et saluts et silence.

Une minute de silence à la mémoire d’Andrés Luque Gago a été gardée.

« Calerito » a été blessé grièvement au bras et à la clavicule gauche après avoir reçu le cinquième à la porte des chiqueros. Voici le parte: El novillero Juan Pedro García ‘Calerito’ fue intervenido en la enfermería de La Maestranza de una ‘herida inciso-contusa en región axilobraquial izquierda, que afecta el músculo bíceps braquial, sin interesar al paquete vásculo-nervioso’. Pronóstico: ‘Grave‘,

© 2021 Corridasi - Tous droits réservés