La coordination des associations Taurines de Gironde qui représente une dizaine d’associations d’amateurs de tauromachie en Gironde a pris connaissance que plusieurs députés appartenant au groupe parlementaire LREM et MoDEM sous la houlette de la députée Samantha Cazebonne, avec le soutien de plusieurs ministres, s’apprêteraient à déposer une proposition de loi afin d’interdire l’accès des corridas aux moins de 16 ans.

Nous ne sommes pas dupes et savons que derrière cette initiative néfaste se cache l’influence des groupuscules anti-taurins, animalistes, et autres végans de tous poils, dont nous avons à supporter en permanence les outrances, les menaces et les insultes, et qui voudraient voir imposer par la contrainte leur manière de penser et de concevoir le rapport homme-animal.

Bien que ce genre d’initiative ait déjà existé dans le passé nous ne sous estimons pas cette atteinte à notre liberté de pensée qui s’attaque ainsi à l’exercice même de la parentalité et à la faculté que nous revendiquons, d’aborder avec nos enfants les notions de bien et de mal, de douleur et de souffrance, de courage et de persévérance, de vie et de mort, et des valeurs qui justifient l’engagement jusqu’au sacrifice suprême. Certes, nous n’ignorons pas que dans notre société « virtualisée » à tous ses étages, y compris dans la sphère politique, il n’est pas bien vu de parler de ces questions pourtant fondamentales, parfois dérangeantes pour les adultes, et que la tauromachie oblige à aborder avec les enfants.

Nous ne sous estimons pas également la puissance destructrice de l’Etat lorsqu’au nom de la « République, une et indivisible » il s’autorise à agir auprès des générations futures pour faire disparaître les traditions locales.

Il nous paraît évident qu’en voulant s’introduire dans la conscience du citoyen et dans son libre arbitre, la République que nous chérissons va bien au delà du contrat social qu’elle s’est fait un devoir de préserver avec pluralité, justesse et équilibre.

Alors que tous les jours, les jeunes générations sont confrontées aux drames et séparations des parents, aux violences conjugales et familiales, à la violence gratuite des jeux vidéos, d’internet, et de la télévision, à la pornographie accessible en un clic, à la drogue en libre circulation et toutes les formes de harcèlements susceptibles  de miner durablement leur personnalité, il nous paraît grotesque de légiférer sur le prétendu traumatisme, jamais démontré par les faits, que constituerait l’accès à un spectacle partagé en famille autour de valeurs et de traditions communes.

En tant que représentants élus de notre département, et quel que soit par ailleurs votre position personnelle sur les spectacles taurins, nous vous demandons de vous opposer à cette initiative, en démontrant ainsi que les minorités culturelles ont encore une place possible au sein de notre République.

En ces périodes de futures échéances électorales, nous serons attentifs à votre positionnement.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs les députés et Sénateurs, l’expression de nos respectueuses salutations.

                                                                                                                                                    La Coordination.