Mois : novembre 2019 Page 1 sur 14

Céret de toros, deux corridas

Image
Image

Daniel Luque rompt avec Robert et Jean-François Pilés

Comme on le voit sur ce communiqué de presse, Daniel Luque qui a gagné tous les prix dans le sud-ouest de la France l’an dernier, vient de rompre de manière unilatérale (sans doute) avec ses apoderados Robert Pilés et son fils Jean-François.

Image

Dax, les ganaderias…

La commission de taurine de Dax a présenté les élevages qui seront combattus lors de la temporada prochaine. Trois ganaderias vues l’an dernier seront répétées:

  • Pedraza de Yeltes
  • Santiago Domecq
  • Jandilla

La Commission taurine de Dax a également songé à des ganaderias vues à leur avantage au cours des derniers mois :

  • La Quinta
  • Domingo Hernandez (Garcigrande ?)
  • Torrestrella
  • La Palmosilla (qui fera sa présentation)

Pour ces sept corridas de la temporada dacquoise, Jacques Pène le président de la commission assure n’avoir encore rien arrêté avec quelconque torero. Sébastien Castella, sorti a hombros lors de la dernière Feria de Dax, devrait faire son retour. Il ne pourrait toutefois se faire que pour Toros y salsa. Né à Béziers et matador depuis l’an 2000, le matador a annoncé son intention de toréer en 2020 toutes les corridas de la feria de sa ville, prévue aux mêmes dates que celle de Dax.

La corrida matinale de la feria devrait avoir lieu le samedi 15 août. Les deux premiers matins seraient consacrés au concours de novilladas sans picador. La course de rejon, avec du bétail de Sanchez y Sanchez, sera donnée le dimanche de clôture. La novillada piquée, pour septembre, verra pour la troisième année consécutive du bétail de José Cruz

Tentadero en Sanlucar

La Madeleine se prépare

Réunion plénière de l’afición montoise avec la Commission Taurine, Jean-Baptiste Jalabert et Alain Lartigue
L’organisation de la feria des prochaines fêtes de la Madeleine a déjà commencé. Les aficionados du Plumaçon, membres ou pas des peñas montoises, sont régulièrement informés et consultés sur différents sujets.
Dans cet esprit, vous êtes chaleureusement invités à participer à la réunion plénière de l’afición montoise.Au programme de cette rencontre : Présentation de la nouvelle organisation Ossature de la feria 2020. Échanges avec les membres de la Commission Taurine Extra Municipale et avec les prestataires des arènes du Plumaçon, Jean-Baptiste Jalabert et Alain Lartigue

Jeudi 5 décembre 2019 / 19hSalle Georges Brassens (285 Rue Pierre Benoît* – google maps)
*À noter : la rue Pierre Benoît est fermée pour travaux côté avenue de Sabres
Ateliers thématiques taurins Les peñas taurines montoises et leurs représentants, membres de la Commission Taurine Extra Municipale (CTEM), organisent des ateliers de travail thématiques dont le but est d’améliorer la qualité et le sérieux des spectacles proposés au Plumaçon.Ces ateliers, ouverts à tous les aficionados (dans et hors peñas) ont lieu les mardis à 20h : Le tercio de piques / le 1er mardi du mois. Le déroulement du spectacle (sorteo, annonces…) / le 2e mardi du mois. Sensibilisation et transmission – communication / le 3e mardi du mois. Présidence et Alguazil / le 4e mardi du mois. Le travail réalisé lors de ces ateliers est soumis à l’approbation de la CTEM et des prestataires afin que les propositions et les axes
d’amélioration soient appliqués pour la Madeleine 2020.Infos : representantspenas@hotmail.com
Mont de Marsan, terre coursayre Tous les aficionados de la Course Landaise et tous ceux qui sont pour la survie des traditions locales avait rendez-vous le 23 novembre dernier aux arènes du Plumaçon à l’initiative du collectif pour la survie de la Course Landaise.
L’occasion, pour les 2300 personnes qui ont bravé la pluie, d’exprimer avec force l’attachement à la course landaise face à l’inquiétude quant à son avenir.facebook.com/Collectif-pour-la-survie-de-la-Course-Landaise
Au plaisir de partager ces moments festifs et taurins,La Régie des Fêtes et la Commission Taurine29 novembre 2019
Organisation ­Madeleine
­R­égie des fêtes / Ville de Mont de Marsan
05 58 75 39 08­
­madeleine@montdemarsan.fr
­regiefetes.montdemarsan.frfacebook.com/FetesMadeleine

Communiqué Ecole taurine du pays d’Arles

Pour information:

Après plusieurs reports dus à une météo capricieuse et quoique nous ayons pu partager un joyeux temps festif dimanche dernier, il a été décidé d’organiser les capea et classe pratique prévus

dimanche 24 novembre

le Samedi 30 novembre à 14:00aux arènes Francis Espejo aux corrals du Sonnailler

Nous comptons sur votre présence pour apporter votre soutien aux élèves de l’Ecole Taurine du Pays d’Arles

Torrestrella à Mugron


Pour le 35ème anniversaire de la Peña Taurine Mugronnaise, lundi 13 Avril 2020 dans les arènes de Condrette. C’est un lot de Torrestrella qui a été sélectionné pour la novillada piquée comme nous en ont informé les organisateurs dans un communiqué.

Francis Wolff: Pourquoi cette montée rapide de l’animalisme ?

 -Comment vois-tu évoluer le conflit avec les anti-taurins ?

-Je ne crois pas que la situation de la corrida face aux antis soit pire qu’il y a cinq ans. Aujourd’hui la corrida est en seconde ligne. Les plus attaqués se sont les malheureux éleveurs : les malheureux bouchers, les malheureux fromagers… C’est la viande qui est contestée avec la mode vegan… Tout ce qui a trait aux filières de production animale, viande mais aussi lait, etc. La mode vegan c’est l’aspect pratique d’une philosophie qui est l’antispecisme qui postule que nous sommes tous des êtres sensibles et qui prône l’égalité de tous les être sensibles. Elle ne veut pas faire de sort particulier aux êtres humains.

-Comment un point de vue comme celui-là est-il possible aujourd’hui où il y a tant d’injustices dans le monde ?

– J’ai écrit un livre en 2010 « Notre humanité d’Aristote aux neurosciences ». Je ne veux pas jouer les prophètes mais dans la conclusion de ce livre, bien avant la mode végan,  j’avais annoncé que se développeraient deux mouvements qui sont le post-humanisme et l’animalisme.  Huit ans plus tard je leur ai consacré un ouvrage « Trois utopies du monde contemporain ». L’animalisme n’existait pas il y a dix ans.

-Pourquoi cette montée si rapide de cette idéologie ?

-Pour trois types de raisons que je résumerai grossièrement. Commençons par les raisons politiques… Après l’écroulement des horizons révolutionnaires, des grandes idéologies et des visions du monde qui vont avec, le besoin de justice et de s’identifier à des victimes, crée chez les jeunes générations l’idée que les animaux représentent les dernières victimes ; les plus victimes des victimes.

Il n’y a plus de peuples ni de prolétariat à libérer désormais…

-… Il n’y a plus de femmes à libérer non plus car leur libération est en route. Les « utopies réalisées » comme je les désigne dans mon livre celles des « races » comme celles des             « peuples » ont échoué. La soif de justice, l’identification aux victimes passent désormais par les animaux. Il faut d’ailleurs expliquer ce mouvement de façon positive, ne pas le dénigrer.

-Ainsi les animaux auraient des droits spécifiques, au même titre que les humains… ?

-Nous sommes dans une société de plus en plus individualiste. Une société dans laquelle domine l’idée que nous avons tous des droits. Nous ne sommes plus au temps des aspirations collectives : la classe, le peuple. Tu vois bien les « gilets jaunes » : il s’agit d’un mouvement totalement individualiste. Il n’y a pas de conscience de classe. Rien. Chacun dit : « j’ai des droits ! ».

Francis Wolff in « Francis Wolff Moments de Vérité » Par Pierre Vidal (Editions Gascogne)

Le prochain Café Toros

Juan Bautista reconduit à Arles pour 4 ans

Image

Hier c’était Nîmes pour Simon Casas, aujourd’hui c’est Arles pour Juan Bautista. Un partout balle au centre… Le conseil municipal arlésien réuni en session en a décidé ainsi ce mercredi et cela pour 4 ans. Juan Bautista est aux manettes, directeur de la société Ludi Organisation, avec sa sœur Lola qui en est la présidente, Alain Lartigue et François Cordie. La gestion des arènes de la capitale de la Camargue leur est acquise pour quatre ans.

Hervé Schiavetti le maire de la ville a félicité Juan Bautista pour sa bonne gestion. Il a ajouté qu’il était capable de gérer et de protéger le patrimoine taurin d’Arles et de la Camargue. Le vote a été acquis par 43 pour et deux abstentions.

Juan Bautista a confié à Aplausos: « nous serons à la hauteur de la confiance que la mairie nous a fait, en mettant toutes nos forces pour que Arles continue a être une référence pour la tauromachie française ».

Pour Jean Baptiste  » c’est la fin d’un processus transparent et ouvert qui nous honore beaucoup. »

PV

Communiqué des arènes d’Arles

« L’équipe de Ludi Arles Organisation est honorée de la confiance que lui renouvelle la Ville d’Arles au travers d’un vote à la casi unanimité (43 pour et 2 abstentions) qui a validé le choix de notre société au terme d’une consultation transparente.

Bien gérer les arènes d’Arles en cette période difficile pour la tauromachie exige beaucoup d’efforts, de savoir-faire et énormément de passion. Comme Hervé Schiavetti, maire d’Arles, l’a rappelé avant le vote, dans cette DSP l’accent avait été mis sur la nécessité de porter un projet réaliste et de qualité, afin de garantir la continuité du service public dans de bonnes conditions, tout en incarnant les valeurs patrimoniales d’Arles et de la Camargue.
Nous nous sommes appliqués à répondre point par point à cette demande et notre maîtrise de tous les thèmes imposés par ailleurs a fait la différence.
Toute l’équipe de Ludi Arles Organisation (Jean-Baptiste Jalabert directeur, sa soeur Lola présidente, Alain Lartigue et François Cordier associés) fera son possible pour justifier la confiance renouvelée par la Ville.

Nous abordons cette nouvelle période de quatre ans avec enthousiasme : Arles restera un des référents de la tauromachie en France. »

Page 1 sur 14

© 2022 Corridasi - Tous droits réservés