PPL réponse Gilles de Gendre

ici donc la réponse de Gilles Legendre, président du groupe LReM adressée à la Fédération des sociétés taurines de France. 

Ce parlementaire a-t-il le sens de l’humour ou se moque-t-il des parents aficionados lorsqu’il écrit  : « Samantha Cazebonne continue de travailler à sa proposition de loi avec méthode dans un dialogue ouvert et franc avec les différents acteurs ».  Travailler avec qui ? La réponse se trouve en partie sur le site de la Flac : « C’est pour nous un honneur qu’elle (S. C.) nous ait choisis pour l’accompagner dans son projet sur lequel Roger LAHANA, secrétaire de la Fédération, a travaillé ».
Lahana ancien vice-président du CRAC Europe, d’où il a été écarté dans des conditions rocambolesques, également membre d’Antidote Europe – un comble pour celui que certains surnommaient le « vivisecteur » – et membre d’honneur des Chats Libres de Nîmes. Il est aussi très lié au « monde » boudhiste. Auteur de romans que certains qualifient de pornographiques sous le pseudo d’Anna Galore. De plus cet individu a fait pratiquer, dans sa société Neorphys (radiée du RCS en 2016), des tests sur animaux pour régler les troubles du désir féminin… On voit tout se suite ses qualités en matière de protection de l’enfance et l’éclairage qu’il a pu donner à la députée.

Un point intéressant – renforçant notre passion – dans la réponse de G. Legendre : « Ma collègue ne souhaite pas remettre en cause la corrida comme héritage culturel » (souligné par nous) précédé plus haut par : « votre attachement légitime à une pratique traditionnelle qui fait partie d’une identité régionale ».

Alors continuons à informer nos parlementaires et autres élus de l’inutilité de cette loi liberticide pour les parents et leurs enfants.

in http://lotaureroge.canalblog.com/archives/2019/11/02/37758341.html?fbclid=IwAR18M7BbcaCYD9xQ07eJqcsZTLpn5M41OCtGJet3fGdlG9skYlBwIjO1v4U

NDLR:

Je vois dans cette réponse de Gilles Legendre -outre les commentaires susdits tout à fait appropriés- des points positifs néanmoins. D’abord la prise en compte de « la corrida comme héritage culturel ». Ensuite, la volonté d’un « dialogue ouvert » qui n’a pas eu lieu jusqu’à maintenant mais dont il faut saisir l’opportunité si elle se présente concrètement car nous sommes des gens tolérants et honnêtes prêts à nous expliquer dans un cadre respectueux. Et enfin la dernière phrase: le groupe se prononcera sur le dépôt du projet de loi « au moment où il le jugera opportun ». C’est une ouverture vers toutes les éventualités: les pires comme les meilleures. On en dira pas plus mais tout le monde aura compris. Restons vigilants donc et mobilisés mais gardons le moral.

Pierre Vidal