Guillaume Bats en compagnie de Pierre Vidal

Chez Casanueva, Guillaume Bats est déterminé. Il sait que l’avenir ne sera pas facile mais il continue à se préparer à des échéances qui doivent lui permettre de progresser et d’aller plus loin. Il se projette dans le futur. Cela passe par Arzacq premier rendez-vous de la temporada :

-Pour nous c’est une très bonne chose d’aller à Arzacq. Il faut se rappeler qu’il y a dix ans, en 201, nous avions débuté dans cette arène. Le premier novillo de la ganaderia Casanueva y avait été lidié en festival. Dix ans après on revient c’est vraiment bien ! L’autre avantage c’est que cela se situe en début de saison cela permet de se montrer et d’amener des novillos un peu plus une plus forts, un peu plus « rématés ». C’est une belle opportunité.

-Rappelons l’origine de ces novillos…

-Ils seront d’origine « El Torreon », de bonnes mères, avec des résultats de cette origine positifs. On est confiant. El Torreon a été créé par Felipe Lafita, c’est un mélange de Juan Pedro Domecq, Torrestrella, Jandilla, Luis Algarra et Salvador Domecq. C’est la propriété du maestro César Rincon. Il nous avait vendu des vaches et un semental en 2013, nous continuons à avoir de bonnes relations avec lui, on s’appelle souvent pour échanger sur les sementals, les vaches et la ganaderia en général. Ce sont ces novillos qui seront à Arzacq au mois de février.

-Comment vois-tu l’avenir de la ganaderia ?

-D’abord cela passe par Arzacq. C’est vrai pour cette temporada mais aussi pour les années à venir. Aujourd’hui les novilladas sans picadors se réduisent comme peau de chagrin. On en vend de moins en moins de novillos en novillada sans picadors malgré de bons résultats puisqu’on a gagné quatre fois le concours de Mont-de-Marsan. On a eu deux vueltas al ruedo à Bayonne en 2018 et en 2019. Les résultats sont là et pourtant on vend très peu. Du coup on s’orienterait vers une novillada piquée.

-Il y a des choses concrètes ?

– C’est prématuré de le dire mais nous avons des touches encourageantes.

– Le défi d’Arzacq avec Jean Louis Darré comment le vois-tu ?

– Nous avons une grande amitié avec Jean Louis. C’est le pionnier dans le sud-ouest. Le seul qui ait franchi le cap de la corrida avec des résultats probants en France comme en Espagne. Pour moi c’est une référence. Si lors de cette petite competencia amicale qui va nous opposer nous pouvions arriver à passer devant ça serait bien.

Itw. Pierre Vidal