Résultat de recherche d'images pour "intervilles images"

L’avenir d’Intervilles on s’en fout ! Que ce jeu soit ressuscité c’est la preuve du manque de créativité de l’audiovisuel de Service Public. “Intervilles” va se réinventer sans les vachettes et ça va très bien fonctionner» nous dit Nagui sur France Inter. « Se réinventer » en clair: c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, c’est en fait ça la recette Naguy. C’est tellement plus facile de réinventer que d’inventer… La réinvention c’est d’exclure les vachettes… La télé de service Public qui fonctionne avec la redevance, a mieux à faire, de notre point de vue…

Excusez-moi, Nagui, sous ses grands airs, ça n’est pas le sympathique Guy Lux ; réellement populaire pour le coup ayant inventé et créé au total plus de cinquante émissions de radio et de télévision dont Intervilles, selon Wilkipedia. Il faisait un duo avenant avec Simone Garnier. Les « vachettes » étaient alors les vedettes de ces affrontements sans prétention et familiaux.

Tout cela n’avait rien à voir avec la Course Landaise et encore moins avec la tauromachie espagnole que nous défendons. Tout le monde savait que les vachettes était bien différentes des Coursières d’un autre gabarit et d’une autre bravoure. Celles qui blessent ou parfois tuent ne sont de très lointaines parentes de ces vachettes capables, au plus, de déchirer un pantalon ou de causer quelques bleus. C’était leur job et elles le faisaient bien.

Le mépris de Nagui à l’égard des aficionados est sans limite « je tremble-t-il » dit-il avec ironie à l’égard de l’Union des Villes Taurines de France qui vient d’appeler – à juste titre- à ne pas participer au jeu, compte tenu de l’exclusion des vachettes. On se demande ce qu’ont fait ces animaux, aimables en définitive, à l’animateur -auto-proclamé- vedette.  

«Une vachette dans une arène a certainement un peu plus de stress que si elle était dans les pâturages ». Nous dit-il ! Que connaît-il du stress animal ? Les scientifiques de différentes disciplines y travaillent sans en avoir apporté une définition définitive. Que seraient les pâturages de ces vachettes s’il n’y avait leur participation au jeu ? Croit-il qu’elles naissent « libres et égales en droit » dans la forêt landaise dans laquelle elles se baladeraient librement ?

Il y a sans doute une bonne part de calcul de la part de Nagui qui s’y connaît en promotion. Il surfe ainsi sur la vague animaliste. Il fait le buzz. Tout cela ne nous concerne pas. Moins en parlera mieux ce sera. Ni combat, ni polémique: indifférence devant tant d’insignifiance. Nous n’y reviendrons plus.

Nous, nous défendons une culture, des valeurs, une vision du monde. Nous défendons un rapport loyal entre un homme et un animal, qui tous les deux jouent leur vie. Nous le faisons avec des règles immuables et cela donne un ensemble magnifique qui élève l’individu qui touche sa sensibilité et son intelligence.

Nous n’avons donc rien à voir avec la énième resucée d’Intervilles ni que faire de la suffisance de Nagui.

Pierre Vidal