Vista Alegre (Bilbao), le désamour public

Le blog https://lafiestamasculta.blogspot.com/ révèle, pour ce qui concerne l’Espagne, des statistiques fort intéressantes.  En 2019, le nombre total des professionnels taurins inscrits au Registre General des Professionnels Taurins a été de 9.993. Parmi eux, 245, 2,5% étaient des femmes. 5.357 possédaient un carnet valide en 2019.

En 2019, il y a eu 761 matadors de toros, 7,6% du total; le nombre de Matadors de novillos avec ou sans picadors a été de 2.672, 26,7%; en catégorie Rejoneadores on trouve 325 professionnels, (3,3%); 2.525 banderilleros et picadors, 25,3% du total sont inscrits. 178 professionnels ont été inscrits comme Toreros comiques et 3.532 Mozos de espada, soit 37,1% du total. Les empresas ganaderas de reses de lidia ont été 1.339 (chiffre légèrement à la hausse). Les écoles taurines : 62 ; en 2015 il y en avait 55.

En 2019, 1.425 spectacles taurins se sont déroulés. Le chiffre représente une baisse de 96 spectacles, soit moins 6,3% globalement. Il y a eu 349 corridas de toros, 24,5% de l’ensemble; 146 festejos de rejones, 10,2%; 222 novilladas avec picadors, 15,6%; 198 festivals, 13,9%; 117 festejos mixtes, 8,2%. Le restant, 27,6%, correspond aux corridas mixtes avec rejones, becerradas, novilladas sans picadors et au toreo comique. On note une hausse du rejoneo de 14,5%, des novilladas avec picadors de 2,3% et des corridas mixtes avec rejoneo  de 41,7%. Les baisses : les novilladas sans picadors, 12,4%, les festivals, 9,6%, et les corridas de toros, en baisse elles aussi de 20 soit 5,4% d’une année sur.

L’Andalousie, Castille et León, Castilla-La Manche et la Communauté de Madrid-, concentrent 77,5% des spectacles taurins de 2019. Le nombre des festejos populares a été de 16.915. 3.138.000 spectateurs ont assisté à un spectacle taurin payant.

Si on compare ces chiffres à l’ensemble des spectacles culturels (source officielle), on note qu’il y a une hausse du taux de visites de musées, 45,8% en face de  40,5%, ou de la lecture, 70,3% au lieu de 65,8%. Hausse aussi du théâtre de 32,1% au lieu de 24,5%, ou des participants à des concerts, 47,3% de la population au lieu de 34,2%.

Moins de spectacles, et surtout moins de spectacles destinés à promouvoir les jeunes -les novilladas sans picadors-, moins de spectateurs alors que les autres activités culturelles sont à la hausse, constitution d’une sorte de réduit géographique situé au sud de la péninsule; la Catalogne emportée, quid de la Navarre, de l’Aragon ou de la Rioja? Regardons les choses en face : tout cela est inquiétant. Si on ajoute à cela une année blanche ou presque (2020) cela n’augure pas bien de l’avenir.

Nous verrons dans un prochain article ce qu’il en est de la France et notamment du sud-ouest.

Pierre Vidal