Patrick de Carolis en compagine du maire sortant Hervé Schiavetti en barrera à Arles.

Nous, les taurins, nous ne sommes pas en dehors du monde et les résultats de ces élections municipales ne peuvent nous laisser indifférent. Ces résultats, ils nous sont très favorables puisque tous les maires des villes importantes où se déroulent des corridas et qui y sont favorables ont été réélus, pour beaucoup au premier tour. C’est le cas, dans le désordre, de Nîmes, Mont-de-Marsan, Dax, Bayonne, Céret, Béziers, Vic-Fézensac, Istres, La Brède, etc. Nos amicales félicitations à eux.

Reste le cas d’Arles avec la victoire éclatante de Patrick de Carolis sur l’équipe sortante. Arles une ville emblématique pour nous les taurins, dont les municipalités successives ont toujours soutenu les traditions provençales et se sont engagés aux côtés de l’empresa actuelle. Que fera le nouveau maire ? Il s’est déclaré en faveur de la corrida… mais c’est au pied du mur que l’on voit le maçon. Disons-le au passage il a été attaqué durement par les anti-taurins. Par ailleurs, pointons que Rémi Gaillard qui, à Montpellier, s’était fait le chantre des anti-corridas, n’a pas été élu. Le bilan est donc particulièrement satisfaisant pour le monde taurin.

Ceci-dit comment interpréter sur le plan national ces résultats ? D’abord il y a une forte abstention : 60% . C’est un chiffre énorme, inquiétant pour ceux qui sont attachés à la démocratie et nous en sommes. On peut dire que le pouvoir, dans ses manœuvres anti-corridas, comme le projet de loi porté par Aurore Bergé et Samantha Cazebonne et appuyé par le grand perdant de ces élection Stanislas Guerini (délégué général LRM), se sera tiré des balles dans le pied marginales certes mais inutiles.

Le vote écologique, quoiqu’on en dise les commentaires ce lundi matin, reste très minoritaire dans un pays où les bureaux de vote ont été largement boudés. On a beau en faire des tonnes dans les médias, cette poussée touche essentiellement les grandes villes Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux habitées de plus en plus par une population plutôt nantie (si on en juge le prix du mètre carré) et jeune; les anciens partant vers la campagne. Ceci dit, ce mouvement écolgique ne peut nous laisser indifférent.

L’aspiration à une vie plus agréable, moins de bruit, de circulation, de pollution est bien naturelle. Il y a entre eux et nous une sorte de hiatus, une incompréhension qui sera difficile à lever mais il faut tenter de le faire. Ainsi nous devons rappeler que la tauromachie c’est la garantie concrète du maintien de la biodiversité et le respect de l’animal et que c’est, tout simplement, le droit à la liberté, à la différence dont ils sont par ailleurs d’ardents défenseurs.

Pierre Vidal