Photo AFP

L’inconséquence des réseaux sociaux youtube, vimeo, facebook, Dailymotion est devenue criminelle. C’est sur ces réseaux sociaux que des appels aux meurtres du professeur de Conflans ont été diffusés. Des dizaines de milliers de vue pendant plusieurs jours en toute impunité pour ce qui est à l’origine du crime affreux qui nous affecte tous et qui sape les fondements même de la République en s’attaquant à ses deux piliers : l’éducation nationale et la laïcité. Cet acte odieux nous concerne tous et nous ne pouvons pas rester indifférents à ce travail de destruction qui a pour objectif la démolition de nos valeurs et de notre édifice social. Mais cela ne gêne pas les réseaux sociaux : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/en-direct-hommage-a-samuel-paty-un-dimanche-de-rassemblements-en-france-20201018. et je n’ai pas vu un seul mot de regret ou de contrition de leur part.

Par contre, ces mêmes réseaux sociaux exercent une censure impitoyable à l’égard de tout ce qui appartient à notre culture. C’est le cas de Youtube ou de Dailymotion, notamment, qui font disparaître systématiquement tout ce qui a trait à la tauromachie. Les suppressions d’images, films, vidéos, photographies se multiplient ces derniers jours sur les comptes des uns et des autres et j’en ai reçu de nombreux témoignages. Ces suppressions arbitraires de scènes tauromachiques, souvent anodines ou personnelles, remontent sur plusieurs années ; parfois sur plus de dix ans et sont motivés par le fait qu’elles contreviennent « aux règles de la communauté ».

Une censure qui favorise de facto le séparatisme comme on dit désormais car il ne faut pas parler d’islamisme et qui s’en prend systématiquement à une culture traditionnelle, qui s’inscrit dans la légalité. Il s’agit là d’une illustration concrète de la perversité des thèses de Villani et consorts : on peut donc appeler au crime, à l’intolérance, à la violence et prêcher une prétendue loi religieuse sectaire sur la toile, avec les conséquences que l’on voit, mais il est interdit, et bientôt il sera condamné, de montrer des scènes de spectacles taurins, de cirque ou de chasse.

Nous ne sommes pas les seuls concernés. La revue espagnole Aplausos a vu son compte viméo supprimé récemment sans explication, avec brutalité. On voit ainsi que les réseaux sociaux n’obéissent à aucun réel objectif moral, contrairement à ce qu’ils voudraient nous faire croire. Leur seule règle c’est le nombre de followers comme ils disent. A côté des lobbys islamistes ou antitaurins qui manipulent ces outils avec habileté, nous pesons trop peu pour compter dans cette compétition.

Ainsi ce monde sans règles motivées, géré par l’arbitraire de ceux qui détiennent le pouvoir véritable, les GAFA, part à la dérive. Il va droit dans le mur et on a envie de reprendre la fameuse formule de Maurice Clavel : « Messieurs les censeurs, bonsoir ! »  

Pierre Vidal  

PS Nos condoléances attristées à la famille et aux amis de Samuel et d’une manière générale notre soutien à tous les enseignants traumatisés par cet acte horrible.