La Newsletter du C.F.T.

Le CFT a tenu son assemblée générale9 janvier 2021
Vent debout face à la vague du harcèlement d’informations dramatisant l’épidémie du Coronavirus, refusant l’esprit dépressif qu’il engendre, le Centre Français de Tauromachie a continué sa mission cap sur le monde d’après.
 
Le samedi 9 janvier 2021, le C.F.T. a tenu donc son assemblée générale statutaire en respectant toutefois toutes les consignes de distanciation règlementaires.


Clovis
 
Les comptes ayant été approuvés,
le tiers sortant ayant été réélu,
nous avons présenté l’activité 2020 avec un certain orgueil, annonçant des résultats qui ont surpris notre assistance car, en effet, malgré les entraves liées aux restrictions gouvernementales, nous sommes parvenus à faire « lidier » AUTANT d’animaux en 2020 qu’en 2019 :

Paolo
112 animaux toréés
dont 31 mises à mort.​
C’est un bilan tout à fait remarquable compte tenu du blackout sur les spectacles taurins.


Noélie


 
Beaucoup de bonnes nouvelles ont fait suite aux déclarations statutaires, le Président a annoncé déjà plusieurs dates de Novilladas Sans Picadors pour la saison nouvelle et Monsieur Frédéric PASTOR a offert aux élèves quinze muletas neuves de la part de Monsieur Jean-Paul FOURNIER, nous remercions vivement la Ville de Nîmes pour ces cadeaux magnifiques.

Nils
Pour compléter le tout, Christian LE SUR a annoncé que « Los Reyes » avaient eux aussi apporté une surprise inattendue : Six vaches attendaient nos plus jeunes élèves dès le lendemain.



Gauthier
​Nous avons bravé le froid mais nous avons donné les premières passes de la Temporada 2021 !

Et Damien a raccompagné les vaches au toril tout en douceur !
DISCOURS DU PRESIDENT :

… Je vais vous faire une confidence, je ne sais pas où j’en suis…
Je me demande pourquoi depuis 38 ans j’enseigne la tauromachie…
 
Lorsque je regarde derrière moi et que je contemple l’Histoire de l’humanité,
je constate que rien n’a beaucoup changé
du point de vue des communications, jusqu’à l’apparition de l’ère industrielle.
 
Quant à l’énergie, la seule sur laquelle pouvaient compter les hommes
était celle de la force de leurs bras et de la traction animale,
cela a duré paisiblement pendant des siècles…
 
Or dès le XVIIIe siècle, les modes de vie ont changé
grâce à la découverte et à l’utilisation de l’électricité, de la vapeur.
 
Cela a été une véritable révolution !
Imaginez, depuis la nuit des temps, rien n’avait trop changé,
les idées se propageaient sur des écrits souvent manuscrits
transportés par des postiers à cheval ou par voie maritime.
 
On a appelé ce changement : la révolution industrielle…révolution, c’était le mot juste !
 
C’est à partir de ce moment que les choses sont allées très vite
et de façon exponentielle :
 
De fantastiques découvertes ont été réalisées,
 en particulier dans les domaines de la physique et de la chimie.
 
On a découvert l’utilisation des ondes radio.
Grâce à l’aviation, entre autres, les transports ont décuplé les échanges
et par la même le transport des idées.
Et ce, jusqu’à maintenant où nous disposons tous de ce formidable « outil » 
qu’est le téléphone cellulaire : – nous avons entre les mains le web :
toute la connaissance mondiale et dans toutes les langues…
 
Aujourd’hui, force est de constater que l’utilisation de ces nouvelles technologies modifie le comportement des individus ;
les informations s’interpénètrent, les idées se télescopent,
les cultures se découvrent les unes les autres, voire se mélangent.
 
C’aurait pu être la meilleure des choses…mais…cela a dégénéré,
débouchant non pas sur un enrichissement,
mais sur une submersion de données,
un magma bouillonnant d’où ne s’échappent trop souvent que des idées superficielles et généralisatrices donc réductrices.
 
Je constate un phénomène d’uniformisation du mode de vie des gens :
– tous nivelés !
mais quand on nivelle, on écrête les sommets,
donc tout cela ne va pas dans le sens de l’épanouissement général !
 
ces nouvelles philosophies à coloration mondialistes
viennent nous anesthésier insidieusement :
Elles voudraient que l’homme n’ait plus de couleur, plus de sexe défini,
plus de religion, plus d’opinion, plus de libre arbitre,
plus d’esprit rebelle et revendicateur,
plus de sens commun, de réflexion,
d’épanouissement de soi, plus d’envie de se dépasser soi-même,
plus de racines, plus d’histoires, plus de traditions.
 
 – c’est la génération Zapping !
 
Vous devez vous demander pourquoi je vous raconte tout cela et où je veux en venir !
 
Et bien, je veux vous parler de nous !
 
Où en sommes-nous, nous les passionnés de Corrida ?
 
Je viens de vous le dire, nous sommes rattrapés par la modernité, et surtout l’insidieuse « pensée unique » qui,
née dans l’esprit de quelques individus hors-sol, devient une vérité indiscutable :
La corrida n’est pas un fait culturel, 
on donne en spectacle la torture gratuite d’un animal d’avance condamné à mort !
 
– À lire le piètre niveau des attaques de nos adversaires, qui, le plus souvent
n’ont pour seul argument que de se réfugier derrière un flot d’injures vulgaires et obscènes,
– À voir les messages de haine, d’insulte sans discernement ni réflexion que nous recevons des anti-corrida,
– On comprend que nous soyons incompris, que le dialogue est impossible et pourtant …
 
Et pourtant, la corrida est si belle, son art est si profond, reconnaissons-le,
– c’est le spectacle vivant le plus intense et le plus émouvant que l’on puisse connaitre,
puisque, non seulement l’artiste risque sa vie,
mais nul ne connait par avance ni le déroulé, ni l’issue de son combat.
C’est ce qui la rend incomparable !
 
Alors, finalement, pourquoi la corrida survit-elle aujourd’hui
dans cette société égoïste où personne ne respecte personne ?
 
Comment la Corrida a-t-elle évolué au cours des siècles ?
 
Je pense que la corrida a traversé les siècles
parce qu’elle est basée sur des vraies valeurs universelles : celles liées au RESPECT
 
C’est précisément au siècle des lumières qu’en l’organisant autour d’un règlement
on a compris qu’on devait transcender la corrida.
Les jeux taurins des rues, où le Toro était finalement massacré par une foule anonyme, restent beaucoup plus difficile à défendre contre les critiques.
 
 
En 2021, la tauromachie fait partie des activités
que nous revendiquons comme culturelles, puisqu’à juste titre
elle est l’émanation de nos usages traditionnels
mais au delà de toutes les règles, c’est : le RESPECT.
 
Voilà pourquoi, au Centre Français de Tauromachie, nous, on continue,
on continue parce qu’on aime ça
et que, comme on veut bien le faire, on s’entraîne, on s’éduque, on apprend.on apprend le RESPECT 
Lorsque nos jeunes élèves viennent s’inscrire chez nous pour la 1ere fois,
ils sont des enfants pleins de rêves,
nous en faisons des adultes formés avec ce que nous appelons
une certaine grandeur d’âme: le RESPECT
 
le RESPECT du toro que nous vènerons …
bien sûr – Le toro est mort d’avance…
mais il arrive que les toros meurent vainqueur !vainqueur lorsque le torero n’est pas parvenu à le dominer.Voilà ce qui suscite en nous le respect. 
lequel des deux a dominé l’autre ? L’homme ou bien le Toro ?
On pourrait méditer sur l’attribution des vueltas al ruedo aux Toros …
– quel est le Toro le plus méritant ?
– le toro trop docile ou le toro trop fougueux ?
 
le RESPECT disais-je ?
 
le respect des Maîtres
le respect du règlement
le respect du président…
même s’il se trompe – changement de tercio – oreilles refusées
le respect du public (qui ne manifeste souvent que quand le règlement n’est pas respecté, quand le toro n’est pas conforme – cornes défectueuses – quand le toro boite ou sort invalide – quand « sa » 1ere oreille est refusée…)
 
Patrick VARIN Juan VILLANUEVA et moi-même
savons très bien que tous les élèves n’atteindront pas le niveau dont ils rêvent.
 
nous en faisons des individus forts dans leurs têtes, sains dans leur corps et leur esprit.
Nous sommes une école de valeurs et de respect.
 
Vous les élèves et vous nos adhérents, il faut que vous soyez des missionnaires-militantsLorsque vous aurez à défendre la corrida, vous devrez utiliserles arguments de valeur universelle de respect que je viens de vous donner.
 
Et alors, le C.F.T. dans cette histoire, me direz-vous ? pues ¡ Seguimos pa’lante !
 
ANNONCE DU CALENDRIER 2021