https://www.midilibre.fr/2021/04/05/nimes-disparition-de-lecrivain-et-traducteur-antoine-martin-9470066.php

« Né en 1955, l’écrivain et traducteur Antoine Martin, publié notamment par la maison Au diable vauvert, est décédé. 

En 2009, pour « Le Frère de Pérez », Antoine Martin avait été le premier lauréat du prix Hemingway qui récompense chaque année un texte situé dans l’univers de la tauromachie. Né en 1955, écrivain et traducteur, Antoine Martin vient de mourir des suites d’une longue maladie, quelques jours avant la publication de son prochain livre « Hercules 1959 », aux éditions Au diable vauvert.

L'écrivain Antoine Martin.
Photo Midi Libre Gilles Lefrancq

« C’est une très tragique nouvelle », selon son éditrice Marion Mazauric, qui se souvient d’un « traducteur hors pair » et d’un « homme à l’humour fondateur ». L’auteur qui aimait signer ses textes de différents noms maniait avec un sens aigu de l’observation la tendresse et l’ironie, ces moments où la folie pure devient pure poésie. Il avait publié notamment « Fous de feria », puis « Fous de fêtes votives ». À partir de petites anecdotes, évoquées toujours de façon très vivante, il partageait sa passion pour ces temps festifs. « Je porte un regard amusé et amical, sur ce moment où les gens débordent un peu, sortent de l’ordinaire », expliquait l’écrivain au moment de l’adaptation sur scène de Fous de fêtes votives. »