Photo JE

                 

Trois années de travail acharné, installé a Sanlucar de Barrameda , De Torres nous a servi une leçon de courage et de professionnalisme dans sa ville de Linares, ville en prise, a une crise économique sans précèdent . Dans une après midi qui se compliqua avec la blessure de Javier Cortés. De Torres pris en main la corrida de la journée (première de la Feria)

Neuf années plus tard l’enfant prodigue donna une leçon de maturité et de toreria dont beaucoup de Matadors du premier rang devraient s’inspirer une faena complète sur son premier taureau aurai valu, s’il n » avait pas raté la mort avec les aciers, le maximum de trophées. Il coupa un appendice et le public demanda avec force le second

Le deuxième toro plus compliqué De Torres sut le manier et lui donna le passeport pour l’au-delà, d’une estocade foudroyante, les deux oreilles ne furent pas volées

Sur son dernier toro le plus compliqué de l’après midi A. De Torres fut blessé et passa a l’infirmerie. Tomas Campos tua ce toro

De Torres sortit à pied devant une foule d aficionados aux cris de Torero, Torero.

Son banderillero de confiance le sanluqueño « pollito » disait a qui voulait l’entendre que ce matador devrait prendre le rang qui lui convient dans l escalafon et conclure des contrats et plus précisément en France et au Mexique. Le travail acharné et l’obstination finit par par payer

Souhaitons-lui le meilleur, pour la prochaine saison.

Jesus Hernandez

Photo JE