Mois : août 2021 Page 3 sur 19

Illescas, De Justo gagne le mano à mano

Image

Illescas (Toledo) toros de @rehuelga 6º de vuelta

Mano a mano

Miguel Aangel Perera ovation/vuelta/ovation

Emilio de Justo oreille/oreille et deux oreilles

Novilladas du dimanche

Saint-Perdon . Novillos de El Pincha. Adam Samira, ovation et vuelta al ruedo; Manuel Perera, silence et oreille; Cristian Parejo, silence et silence.

Ariza (Zaragoza). Novillada du Circuito del Norte. Novillos de Albarreal. Villita, oreille et deux oreilles; Isaac Fonseca, deux oreilles et ovation; Álvaro Burdiel, silence et deux oreilles.

Pedrajas de San Esteban (Valladolid). Novillos de Raso de Portillo. Pedro Gallego, silence et silence; Cristóbal Ramos ‘Parrita’, silence et silence.

Les autres festejos de ce week-end

Miguelturra (Ciudad Real) – Novillos de Apolinar Soriano Heras pour

Le  rejoneador Alexis Navarro, oreille;

 Carlos Aranda, deux oreilles avec pétition du rabo et forte ovation; 

Manolo Vázquez, ovation et silence.

Orozko (Vizcaya) – Novillos de Fermín Bohórquez,* 

Carlos Olsina, silence et ovation; 

Miguel Aguilar, oreille et oreille; 

Manuel Perera, deux oreilles et oreille

Pedrajas de San Esteban (Valladolid) -. Premier festejo du Certamen Piñón de España. Novillos de Hermanos Boyano de Paz 

Kevin de Luis, silence et palmas; 

Diego García, oreille et oreille.

Aldeanueva del Ebro (La Rioja) – Toros de José Antonio Baigorri El Pincha 

David Gomes, oreille et vuelta al ruedo;  

Pablo Donat, oreille et vuelta al ruedo.

Arenas de San Pedro (Ávila) – Toros de José Escolar Gil,  vuelta al ruedo au cinquième

la rejoneadora Ana Rita, ovation après deux avis et oreille après un avis ; 

Octavio Chacón, oreille et deux oreilles; 

Javier Jiménez, silence après un avis et silence 

Cuéllar (Segovia) – Toros de Hdros. de José Cebada Gago 

Alberto Lamelas, ovation et silence; 

Cristian Escribano, oreille et silence après deux avis ; 

Miguel Ángel Pacheco, silence après un avis et oreille. 

Sacedón (Guadalajara) – Toros et novillos (3ème  et 6ème) de Familia Polo Saiz, vuelta al ruedo au 3ème

 Sánchez Vara, oreille et oreille; 

Javier Castaño, ovation et deux oreilles

et le novillero Víctor Hernández, deux oreilles et deux oreilles

Plaza de toros de Casas Ibáñez (Albacete) Toros de Alcurrucén .

EL JULI, oreille et deux oreilles.

MIGUEL ÁNGEL PERERA, oreille et deux oreilles.

PACO UREÑA, oreille et oreille.

Lleno de COVID

Bellegarde, Marcos Linares gagne le trophée Castella

ml28ph 2

Le Ve Trophée Sébastien Castella à Marco Linares…Beau temps avec vent assez fort, environ 300 personnes. A l’issue du paseo, une minute de silence a été observée à la mémoire des personnalités taurines décédées cette année, en particulier le journaliste Paul Coulomb, son fils Raphael recevant un brindis de la part des deux novilleros. Cet hommage a été suivi de La Marseillaise.

bel28h

Quatre erales, deux de Durand (1 et 4) et deux de La Paluna (2 et 3), le 3 ayant été crédité de la vuelta posthume, mais tous ont eu un comportement intéressant. Il convient de rappeler qu’à l’origine, quatre erales de La Paluna avaient été prévus, mais l’un d’entre eux ayant perdu la vie au campo, l’organisation a préféré équilibrer le sorteo en faisant entrer deux pupilles de Roland Durand (et donc en sortant un autre de La Paluna)…

ml28h

Marcos Linares (oreille et oreille) a souvent fait admirer une torería déjà bien léchée, dans un corte classique, alliant entrega, temple, application et justesse, tant au capote qu’à la muleta. Une sortie positive, assurément, bien en phase avec la réputation qu’il traine déjà pour avoir remporté plusieurs compétitions importantes dans sa catégorie, alors qu’il n’a pas encore dix-sept ans. Impression confortée par sa deuxième prestation devant un exemplaire de la Paluna qui sera crédité de la vuelta.

ml vf28j

Après avoir encore coupé une oreille après avoir fait admirer un bagage prometteur, qui à mon avis aurait pu être deux, le Linarense a invité l’éleveur à l’accompagner dans sa vuelta, un geste qui avait valeur de symbole pour résumer le bon niveau de cette course comme de sa performance.

ap28h 2

Antonio Plazas (saluts et silence) n’en est visiblement pas au même niveau d’avancement, ce qui n’enlève rien à ses mérites, notamment d’avoir voulu exprimer ses ganas lors de sa première faena face à un pupille de la famille Fare, dès l’entame par deux cambios au centre qui en disaient long sur sa vaillance et son envie. Si l’ensemble est resté un brin décousu et marginal, on aura pu tout de même noter plusieurs gestes méritoires, malgré quelques difficultés à transmettre. Avec l’ultime, reçu par capotazos décidés rematés par une larga de rodillas, l’Arlésien aura le plus souvent du mal à enchainer, devant égrener les muletazos un par un. Quelques passages valeureux, même si l’ensemble aurait mérité un rythme plus soutenu. Le novillero a l’air volontaire et pour progresser, il n’y a que le travail. Si Boileau vivait encore, sûr qu’il lui conseillerait de se hâter lentement, de ne pas perdre courage, et de vingt fois sur le métier remettre son ouvrage

Concernant les récompenses, le Ve Trophée Sébastien Castella est allé logiquement à Marcos Linares qui a reçu en outre un capote. Pour sa part, l’Arlésien se verra remettre une muleta.  Quant au bétail, le prix à la meilleure ganadería est allée à La Paluna et celui au meilleur novillo à celui de Durand sorti en dernière position…

Paul Hermé torofiesta.com

Roman Triomphe en Alcalá de Henares

Alcalá de Henares samedi 1ère de feria

Toros de Victorino Martin pour

Rafaelillo ovation et une oreille

Javier Cortes oreille et ovation et

Image

Roman Collado oreille et oreille

Añover de Tajo, la terna en triomphe

Añover de Tajo dimanche final de feria de San Bartolomé 2021

Toros de Fraile de Valdefresno

Pour Fernando Robleño ovation et deux oreilles,

Fran Espada ovation et deux oreilles

Adrien Salenc ovation et deux oreilles

Image

Valcarillo: Diego Bastos gagne la finale andalouse

Valcarillo province de Jaen; grande finale des novillades sans picadors  d’Andalousie avec une plaza de toros pleine.

Salutations et ovation a Eduardo Ordoñez Enrique Romero de Canal Sur et a Ruiz Miguel.

Novillos bien presentes braves  avec caste del Torero ganadería de Lola Domecq

pour

Image

Jesus de Llobregat de Jaen  1 avis et palmas et grande faena pinchazos et 1 oreille

Victor Barroso du Puerto de Santa Maria 2 oreille et vuelta au novillo et grande faena pinchazo et vuelta

Diego Bastos de Sevilla 1 avis, aplausos et grande faena 2 oreilles et la queue; vuelta au toro

Victoire finale de Diego Bastos

Linares: Morante, le torero génial

Plaza de toros de Linares. Seconde corrida  de la Feria de San Agustín

 Toros de Juan Pedro Domecq, vuelta al ruedo au cinquième

 MORANTE DE LA PUEBLA, pitos et deux oreilles et la queue

JOSÉ MARÍA MANZANARES, deux oreilles et ovation

DANIEL CRESPO, silence et silence

Trois quarts d’arène

Tyrosse: un bien bel anniversaire

Tyrosse,  50ème anniversaire du Cercle Taurin Tyrossais,

Novillada non piquée

3 erales de Turquay (1er, 2nd et 3ème) et trois de la Espera pour

Borja Escudero : silence, un avis et une oreille

Clément Hargous : un avis et silence, une oreille

Image
Photo Tierras Taurinas, André Viard

Juanito : deux avis et silence, un avis et une oreille

Les trois novilleros se partagent les 200 euros offerts par l’association des organisateurs du Sud-ouest

Environ : 400 personnes

Soleil et ciel d’été

Très belle journée taurine pour ce 50ème anniversaire du Cercle Taurin Tyrossais.

La matinée commencée par une démonstration de courses landaises (ganaderia Aventura) s’est poursuivie par une tienta.

Deux vaches de la ganaderia La Espera ont été tientées à la pique par Pierre Mailhan et à la muleta par Stéphane Fernandez Méca et Andy Younès.  La première brave au cheval a été excellente à la muleta, ne faisant sa première faute qu’à la 110ème passe ; La seconde, grande vache, brave au cheval a pris plus de 120 muletazos avec une race et une classe exceptionnelle.

Cette tienta confirme le très bon moment que traverse la ganaderia de Jean François Majesté.

L’après-midi, après les traditionnelles agapes gasconnes, s’est déroulé une non piquée très intéressante.

Sont sortis trois erales de Turquay et trois de La Espera.

Les Santa Coloma de Manu Turquay, qui n’avaient probablement pas totalement récupéré du transport, ont manqué de forces. Si cela n’a pas faussé la prestation du second qui manquait de race, cette faiblesse n’a pas permis au troisième novillo noble et avec du fond d’exprimer totalement ses qualités.

Nouvelle très bonne tarde pour la ganaderia La Espera avec deux premiers novillos encastés, nobles et répétant à l’envie, le second avec plus de personnalité. Le dernier, bien toréé par Juanito, est allé à mas, ses qualités prenant le dessus sur ses défauts.

Côté torero, Borja Escudero a séché face au compliqué Turquay qui a ouvert le bal et qui nécessitait un torero plus expérimenté. Il a su, en début de faena,  se mettre au niveau de son La Espera. Il n’a pas complètement exploité, malgré son envie et son application,  toutes les qualités et le potentiel de ce novillo.

Clément Hargous a fait le job face à un Turquay qui manquait de forces et de fond ; Il a touché un très bon toro de La Espera encasté, noble et qui répétait. Après un bon début de faena, il a voulu réduire les terrains et a étouffé un toro, avec beaucoup de caste et de caractère,  qui de partenaire est devenu adversaire.  La faena est allé à menos, dommage car le toro avait beaucoup plus de potentiel que le torero nous en a montré ;

Juanito est un quasi débutant. Avec une certaine élégance, il a mis en évidence les qualités de son Turquay malgré la faiblesse du bicho. Ce fut compliqué avec les aciers ;

Toréant avec cette finesse et cette élégance qui sont naturelles chez lui, il a réussi à améliorer le sixième  désordonné au départ qui a fini avec plus de fixité. Le béarnais a pu alors lier les deux meilleures séries à droite et à gauche de la tarde. Il tue mieux son second que le premier.

rt

Thomas Dufau, avant Bayonne et Dax

Thomas Dufau sera confronté dans les jours qui viennent à deux rendez-vous importants pour lui : Bayonne où il défilera avec cinq autres espoirs pour une confrontation qui promet beaucoup et la semaine suivante à Dax où il sera opposé aux fameux Pedraza de Yeltes qui ont encore fait, à Mimizan, une sortie remarquée. Thomas fête cette année ses dix ans d’alternative et il a derrière lui le palmarès le plus fourni de l’histoire du toreo aquitain. Mais il veut aller plus loin : il a choisi de passer une grande partie de son temps à Sanlucar de Barameda où l’on respire en permanence l’air du toreo porté par les vents de la Marisma et c’est désormais avec le sanluqueño d’adoption Ludovic Lelong « Luisito » qu’il se prépare avec acharnement.

Photo JM Bouscatel

Pourquoi avoir choisi Sanlucar ?

-Il fallait que je sorte de mes habitudes. Sortir du confort, de la famille, des amis. Il faut se plonger entièrement dans ce que tu fais et se concentrer là-dessus. Pourquoi Sanlucar ? Parce que j’ai fait le choix cette année de travailler avec Luisito et comme il vit ici, c’était aussi plus facile que je vienne m’ y entrainer. C’est un vrai plaisir de partager son expérience et son savoir.

Quelle est ta journée type  ici ?

– Je passe beaucoup de temps avec Luisito. On s’entraine ensemble tous les matins. On part courir le matin et ensuite on fait du toreo de salon dans les arènes. Après l’après-midi je rejoins, pour continuer, mon banderillero Abraham Neiro qui vit près d’ici, à Jerez. Ce sont des journées plutôt épuisantes. Je travaille à 200 pour cents. C’est le seul moyen d’avoir des résultats. Les rendez-vous de Dax et Bayonne sont très importants pour moi : deux arènes de première catégorie qui ont beaucoup de répercussion. Ça sera pour moi l’occasion de finir l’année en beauté. Je prends cela avec tranquillité ; il ne faut pas que je me mette trop de pression. Mais je sais que c’est une responsabilité immense. Je veux y obtenir un triomphe important.

Dix ans d’alternative déjà Thomas. Pensais-tu à tes débuts arriver à ce niveau ?

-Tu vises toujours le plus haut. Quand j’ai commencé à toréer, je passais devant les grande arènes parfois, avec mes parents, cela me semblait un rêve inaccessible, mais avec du travail, des sacrifices et de l’abnégation avant tout, tout est réalisable. C’est merveilleux d’avoir vécu tout ce que j’ai vécu. Je n’ai pas atteint encore tous mes objectifs et j’en ai de plus importants encore.

-Tu veux changer ton toreo ?

-Pas du tout ! Au bout de dix ans d’alternative, j’ai trouvé ma façon de toréer, d’être « a gusto ». Luisito m’a fait franchir une marche nouvelle. Quand je parle de nouveaux objectifs ce serait triompher dans de grandes arènes en Espagne et de l’autre côté de l’Atlantique. Une carrière c’est long, il faut savoir la gérer ; être à la hauteur des rendez-vous importants. Les résultats de Bayonne et Dax pourraient me faire passer un cap supplémentaire pour l’année suivante.

Thomas Dufau c’est aussi une vie de famille. Arrives-tu à la concilier avec ta vie professionnelle ? A trente ans fais-tu un bilan global de ta vie ?

-Totalement ! Je n’ai pas l’habitude d’en parler. J’ai toujours dissocié vie professionnelle et familiale. J’ai une petite fille et je vais être papa d’un garçon dans quelques mois. Ce sont des choses de la vie merveilleuses. Ma famille et maintenant ma compagne ont toujours compris ma passion. Je ne m’en apercevais peut-être pas quand j’étais plus jeune et que je n’avais pas de vie de famille… C’est une grande chance d’être accompagné mais aussi d’avoir des proches qui te laissent vivre, comme tu le choisis. Je suis ici seul et mes proches le comprennent. C’est une chance que je perçois bien maintenant avec ma petite fille et ma compagne qui s’en occupe très bien. Ça te laisse beaucoup de tranquillité quand tu parts de chez toi. De me dire que ma famille est bien et tranquille c’est une grande satisfaction pour moi.

Photo JM Bouscatel

Thomas nous quitte et, sur l’albero du Coso del Pino, il va saluer les camarades qui, comme Emilio de Justo , Adrian de Torres, Pablo Aguado, les novilleros El Melli, Eloy Hilario et tant d’autres, s’entrainent, brillants de transpiration sous le soleil ardent,. Comme eux, il répète mille fois les mêmes gestes pour atteindre la perfection.

Acèse du torero.

Itw Pierre Vidal

Bayonne 4/09 3 toros de Valdefresno (José Enrique Fraile) et 3 toros du Conde de Mayalde pour Morenito de ARANDA, Thomas DUFAU, Tomas CAMPOS, Alejandro MARCOS, Jesus  COLOMBO et Diego CARRETERO

Dax 11/09/2021 – Toros de Pedraza de Yeltes pour Morenito de Aranda, Thomas Dufau, Gómez del Pilar

© 2022 Corridasi - Tous droits réservés