Dax, première corrida de la Féria de Septembre

6 toros de Pedraza de Yeltès, fuera de typo, très bien présentés mais justes de forces, de fond, décastés pour

photo Bertrand Caritey

Morenito de Aranda : silence, un avis et salut au tiers

Photo Bertrand Caritey

Thomas Dufau : deux avis et silence, un avis et quelques sifflets au retour au callejon

photo Bertrand Caritey

Gomez del Pilar : un avis et salut, un avis et silence

Salut d’Abraham Neiro et Manolo de Los Reyes après avoir banderillé le cinquième

 

photo Bertrand Caritey

Ovation aux picadors Tito Sandoval au troisième et Nicolas Bertoli au cinquième

Quinze piques, deux chutes

Cuadra Bonijol

Président : Arnaud Imatte

Quasi lleno de COVID

Belle fin d’après-midi d’automne

Très attendus , les toros de Pedraza de Yeltès ont déçu. On n’a retrouvé dans cet encierro aucune des qualités qui ont fait le succès de cette ganaderia dans le Sud-Ouest cette année. Il y avait un mauvais lot à tirer et ce sont les dacquois qui l’ont eu. Rien à dire côté présentation, tous costauds et bien armés, on peut juste leur reprocher d’être pour la plupart hors du type Aldeanueva. Au comportement, ces toros de moins de cinq ans, issus des mêmes sementales que les autres lots du Sud-ouest, ont été plus forts que braves au cheval. Ils ont manqué de forces , de fond et de race à la muleta. Certains cherchant les planches dès le début de faena.

Morenito de Aranda , a comme à Bayonne, fait preuve de courage et de professionnalisme mais ses deux toros ne permettait pas grand chose.

Son premier ne passe pas à gauche. A droite, il répond au cite mais avec la velocité d’une deux chevaux dans une côte . En début de faena , Morenito fait tout pour l’oblger à suivre la muleta. L’ensemble est méritoire mais le toro ne transmet rien. En fin de faena, le torero de Burgos baisse les bras, , toréé de façon plus marginale avant de tuer d’une entière basse mais efficace, silence

Son second est mal piqué . Il prend trois puyazos sans grande conviction. Dès le début de la faena , il cherche à partir aux planches. Avec abnégation, De Aranda arrive à le garder dans sa muleta et au centre. Tout le mérite en revient au torero , le toro manquant totalement de race et de caste. En fin de faena, le Pedraza part aux planches et Morenito doit prendre beaucoup de risque pour tuer un animal collé le long des planches.,salut au tiers.

photo Bertrand Caritey

Thomas Dufau a connu une après-midi difficile. Ses deux toros ne permettaient pas grand chose ou manquaenit totalement de transmission. Parfois mis en diffcultés par ses adversaires, il s’est applqiué mais n’a jamais réusssi à passer la rampe. Il s’est mis une partie du public à dos en tuant mal.

photo Bertrand Caritey

Gomez del Pilar est venu pour triompher. Il a accueilli ses deux toros à Porta Gayola. Il a soigné la mise en suerte et le déroulement des tercios de piques.

Avec son premier, juste de forces et qui ne transmettait rien, avec sincérité, il s’est appliqué. Il a montré qu’il savait se croiser, lier des muletazos avec une certaine classe. Mais tout cela sonnait un peu creux par la faute d’un toro, lui, ,sans classe et qui est allé rapidement à menos, salut pour récompenser l’envie et la bonne volonté.

Son second , quelconque au cheval, manque de race. Au troisième tiers, il est violent et court de charge. Le torero essaie , s’applique mais, malgré la bonne volonté de Del Pilar, la faena parait bien tant on s’ennuie., silence après une mise à mort laborieuse.

photo Bertrand Caritey

rt