Plaza de toros de Las Ventas (Madrid). Mard. Neuvième de la Feria de Otoño. Lleno de ‘No hay billetes’.

Toros de Alcurrucén,  très bien présentés. Le sixième excellent. Le troisième noble mais à menos. Les autres n’ont pas rompu. Le quatrième sans possibilités. 

• MORANTE DE LA PUEBLA, oreille et silence.

• LÓPEZ SIMÓN, ovation et salut et palmas. 

• GINÉS MARÍN, ovation et salut et deux oreilles.

Salut des banderilleros José Chacón et Jesús Arruga au cinquième. 

Image

Ginés Marin a touché le bon lot; le sixième surtout. Faena profonde, artistique, sobre, comme on les aime dans la capitale. Il avait, au troisième toro, répliqué avec cran et talent à un quite por chucuelinas sublime de Morante exécutant le même palo avec une étonnante sureté. C’était un point de marqué. Il est entré ce soir dans le terrain de jeu des figuras avec beaucoup d’aisance. Il a gagné en originalité en vérité surtout nou l’avions noté au cours de cette temporada. Cette maturité trouve ici sa récompense.

Image

Décidé Lopez Simon a reçu dès le début de sa première faena alors qu’il citait au centre de la piste un Alcurrucen qui s’avérera incertain jusqu’au bout. Malgré la violence du choc il revint avec un courage que Madrid salua.

On était venu pour les retrouvailles de Morante et de Madrid. On a pas été déçu, très décidé el de la Puebla eut de très bon moment au toro d’ouverture en allant de menos à mas terminant par une série sensationnelle à gauche. Temple, grâce et fermeté face à un adversaire peu amène qu’il tua d’un estoconazo sensationnel. Son second Alacurrucen ne lui permis pas de remettre le couvert: ces retrouvailles sont une réussite.