photos Nicolas Couffignal

Brocas (matinale) tienta de machos

Quatre toros et un novillo (3ème) de Malabat, bien présentés et donnant du jeu au cheval et à la muleta pour

Christian Escribano : salut, salut

Solalito : silence, salut

Jose Antonio Lavado : salut

Dix sept piques (puya tienta de machos)

Piqueros Laurent Langlois et Juan Manuel Sanguesa

deux cent personnes

Douceur de l’Automne landais

Arènes de la ganaderia Malabat (tarde) : tienta de deux vaches

Six piques

Piqueros Laurent Langlois et Lionel Lohiague

Sont sortis de second Clément Hargoux et des aficionados practicos.

Il pleut et fait froid comme un jour de Toussaint

Animation musicale: Peña Al Violin

L’Atanasio n’est pas à la mode , Les figuras, et même ceux qui ne le sont pas, les boudent. Pour présenter leurs produits en public, les ganaderos, comme ceux de la ganaderia Malabat, doivent s’investir personnellement dans l’organisation de fiestas camperas ou de tientas de machos.

Avec l’aide du Cercle Taurin de Brocas, la famille Fasolo a pu sortir en public quatre toros et un novillo.

Très bien présentés, encastés à l’exception du manso sorti en seconde position, ils ont été intéressants au cheval. Très bien et beaucoup piqués , comme doit l’être l’Atanasio, les bichos sont allés à mas, bouche fermée et permis aux trois toreros de réaliser des faenas intéressantes qui transmettaient beaucoup d’émotion.

On ne s’est jamais ennuyé et le public , nombreux pour ce type de spectacle, est sorti avec le sourire de cette belle matinée taurine.

Christian Escribano après une faena intéressante face à un cinqueño noble et qui est allé à mas, a touché une excellent burraco . Brave en trois rencontres sérieuses, le Malabat très encasté a fait montre de beaucoup de race et de « durabilité » à la muleta. Il a pris quasiment deux faenas puisque Escribano a cédé les trastos à Nino Julian qui a pu se faire plaisir en enchaînant plusieurs séries sur les deux cornes. Escribano est un torero appliqué , élégant qui mérité bien mieux que sa place actuelle à l’escalafon Il s’est mis à la hauteur de son excellent adversaire .On retiendra de sa faena les trois derniers muletazos pleins de sincérité et d’élégance. Escribano a permis au girondin Clément Hargoux de faire plusieurs séries (intéressantes) au premier.

Solalito n’a pas pu faire grand chose avec le manso sorti en seconde position. Le quatrième brave au cheval , a embisté comme un Santa Coloma de la première à la dernière minute. Très noble sur la corne droite, il était plus compliqué sur la corne gauche. Le novillero nîmois a su utiliser la corne droite du toro. Il a eu plus de mal avec l’autre piton.

Le novillero de Malaga , Jose Antonio Lavado a fait une très bonne impression. Il a touché un bon novillo brave au cheval et très noble à la muleta. Sa faena bien construite , élégante et sincère et « bonifiée » par la transmission du bicho a comporté , malgré un petit passage à vide, de très bons moments, à revoir.

Après les traditionnelles agapes gasconnes? Nino Jullian a tientée deux vaches bravitas, nobles mais justes de forces.

rt