Mois : novembre 2021 Page 5 sur 11

Communiqué ONCT

Peut ĂȘtre une image de texte

Saint Martin de Crau: la Patate d’Or

Peut ĂȘtre un dessin animĂ© de texte qui dit ’Saint Martin de Crau ArĂšnes Louis Thiers PĂȘme Patate d Ou EntrĂ©e Gratuite Samedi 20 novembre CLUBTAURIN 14h 30 SAINT-MARTIN-DE-CRAU PROVENCE Soleil 96.3’

Tercios et tienta du souvenir

Programme

Jeudi 25 novembre : l’espace Pablo Romero
Jeudi Des Artistes 19h30
« Le jeudi souvenir de Nimeño »
Philippe BĂ©ranger, Patrice Bornand et Mateo
Campos lui rendront hommage
Exposition, lectures, guitare
Entrée libre Tapas y Vinos en vente


Samedi 27 novembre : Coordination des Clubs
Taurins de NĂźmes et du Gard

Café Toro 9h30 :
« S’entrainer au temps de Nimeño »
Intervenants Stéphane Fernandez Meca, Denis
Loré et le Centre Français de Tauromachie
12h – 13h Toreo de salon parvis des arĂšnes
13 h Repas convivial au siĂšge
Entrée libre


Dimanche 28 novembre : ArĂšnes de Caissargues
11h : « Tienta du souvenir »
Stéphane Fernandez Méca, Denis Loré et les
élÚves du Centre Français de Tauromachie
2 becerros de PagĂšs Mailhan et de Barcelo
2 vaches camarguaises de Blatiere
Apéritif tapas en piste.
Entrée libre

Le festival de Valence

Image

Communiqué de la FSTF

La FSTF et la pique « française »

Dans un total souci de transparence et respectueuse des rĂšgles, la FSTF est amenĂ©e Ă  prĂ©ciser les rĂ©ponses apportĂ©es lorsque l’UVTF l’a consultĂ©e au sujet de la modification du rĂšglement taurin municipal français :la FSTF a donnĂ© un avis favorable au choix d’une pique efficace et moins traumatisante telle qu’elle Ă©tait prĂ©sentĂ©e,elle a saluĂ© l’identification du montage rĂšglementaire de la pique par un trait de peinture blanche, initiative que la FSTF proposait depuis plus de 10 ans.

Mais aussi elle a demandé que la pique retenue soit définie par ses cotes et caractéristiques figées dans le rÚglement,

Elle a demandĂ© que l’appellation « pique Bonijol » soit modifiĂ©e; Elle a rappelĂ© en effet la nĂ©cessitĂ© que le type de pique dĂ©fini par le rĂšglement permette sa fabrication par tout entrepreneur qui le souhaiterait afin de respecter le droit Ă  la libre concurrence,

Elle a demandĂ© que les piques une fois montĂ©es et contrĂŽlĂ©es soient stockĂ©es sur un ratelier situĂ© dans le couloir jouxtant la piste, Ă  la vue du public et placĂ© sous l’autoritĂ© du dĂ©lĂ©guĂ© aux piques.

Par ailleurs, la FSTF a prĂ©cisĂ© ses attentes vis Ă  vis du principe d’expĂ©rimentations rendues possibles par la nouvelle rĂ©daction . Pour elle tout essai doit ĂȘtre encadrĂ© par un protocole d’expĂ©rimentation Ă©crit et opposable dĂ©finissant son dĂ©roulement, la consultation des parties prenantes et son Ă©valuation

.Elle attend aussi que toute expĂ©rimentation rĂ©alisĂ©e lors d’un spectacle en public soit annoncĂ©e Ă  l’avance. Bien entendu toute initiative de changements en ces matiĂšres ne peut se faire sans le partenariat et l’expertise des vĂ©tĂ©rinaires taurins de l’AVTF, ni sans avoir recueilli l’avis des professionnels, matadors et picadors ainsi que des aficionados.

Une derniĂšre remarque importante, lĂ©gitime et de bon sens Ă©viterait toute ambiguĂŻtĂ© : La FSTF demande que le RĂšglement Taurin Municipal Français soit publiĂ© sur le site de l’UVTF dans sa derniĂšre rĂ©daction votĂ©e, ce qui n’est pas le cas actuellement. Or la publication est un Ă©lĂ©ment de forme essentiel qui contribue Ă  rendre un texte juridiquement opposable.

Communiqué de la FSTF novembre 2021

Ferrera et Casas se séparent

Dans un communiquĂ© Simon Casas et Antonio Ferrera ont dĂ©cidĂ© de mettre une terme Ă  leurs relations professionnelles. Beaucoup de paroles agrĂ©ables autour de cette sĂ©paration : le torero comme l’ex-apoderado assurant que leur intĂ©rĂȘt “pour la tauromachie, l’art et l’histoire” seraient toujours aussi fort et que dans ce sens “les contacts demeureraient comme les collaborations”.

Video. Landes. Antonio Ferrera, le marchand de bonheur

Rion: annulation du week-end taurin des 27 et 28 Novembre

En raison de l’aggravation de la situation sanitaire dans les Landes et des nouvelles directives prĂ©fectorales nous sommes contraints d’annuler le week-end taurin qui Ă©tait prĂ©vu les 27 et 28 novembre 2021.

Course landaise le 27 novembre
Fiesta Campera le 28 novembre

Communiqué

Bayonne: la SPA déboutée

Le tribunal correctionnel de Bayonne vient de rendre sont jugement dans l’affaire de La SPA – SociĂ©tĂ© Protectrice des Animaux : Relaxe de tous les prĂ©venus : Alain Lartigue, Jean -Baptiste Jalabert et Jean-RenĂ© Etchegarray ( Maire de Bayonne). La SPA est ainsi dĂ©boutĂ©e une nouvelle fois. Le tribunal a notamment argumentĂ© sa dĂ©cision en expliquant “l’Ă©vidence Ă  Bayonne de la vivacitĂ© de la tradition tauromachique et la frĂ©quentation des arĂšnes lors des courses de taureaux”. Les notions de tradition et d’exception culturelle en sortent renforcĂ©es !

Histoire de piques.

Histoire de piques.

Si on voit le verre Ă  moitiĂ© plein, la polĂ©mique suscitĂ©e par le courrier envoyĂ© par l’UVTF Ă  Philippe Heyral confirme l’intĂ©rĂȘt que l’Aficion française porte au tercio de piques.

Si on voit le verre Ă  moitiĂ© vide, cela confirme la capacitĂ© du monde taurin Ă  rendre compliquĂ©es les choses et Ă  souvent mettre en Ɠuvre des solutions qui n’ont aucun lien avec les problĂšmes rencontrĂ©s.

Evacuons d’abord la concurrence qui existe entre les deux cuadras françaises. On a la chance d’avoir en France deux empresas de caballos qui tiennent la route. L’une et l’autre ont des qualitĂ©s mais aussi des dĂ©fauts. Globalement elles concourent Ă  la qualitĂ© des tercios de varas dans les arĂšnes françaises. Les deux chefs d’entreprise qui les dirigent ne partiront pas ensemble en vacances aux Seychelles mais c’est leur problĂšme et pas le nĂŽtre. L’Aficion a besoin d’une prestation qui permet d’assurer, en sĂ©curitĂ© pour les diffĂ©rents acteurs qui interviennent dans les arĂšnes, que les tercios de piques remplissent leur fonction et rĂ©pondent aux attentes des spectateurs. 

En retour, les organisateurs sont en devoir de rĂ©tribuer les cuadras pour qu’elles puissent assurer Ă©quilibre financier et investissements nĂ©cessaires. C’est un autre sujet, certes, mais il mĂ©rite aussi d’ĂȘtre dĂ©battu.

En  tout cas, la prĂ©sence de deux cuadras est nĂ©cessaire si on veut Ă©viter les consĂ©quences toujours nĂ©fastes d’une situation monopolistique ou le retour en France des cuadras espagnoles.

Le sujet qui fñche (ou attise un feu qui couve depuis longtemps), c’est le modùle de piques.

On sait que le modĂšle espagnol de piques prĂ©sente un dĂ©faut. Cette puya a une sorte de bourrelet qui en rend plus difficile la pĂ©nĂ©tration dans le cuir du toro. Les piqueros avaient trouvĂ© deux parades, le pompage et le montage Ă  l’envers. Pratiques qui sont condamnables au vu des dĂ©gĂąts qu’elles peuvent provoquer ;

Nos deux empresas de caballos ont rĂ©flĂ©chi et imaginĂ© chacun un modĂšle de piques.  Comme ils connaissent leur mĂ©tier et ont un certain sens pratique, ils ont conçu  chacun leur modĂšle.

Si on les regarde de maniÚre macroscopique, elles sont trÚs semblables. Tronconiques, sans bourrelet, il est évident que leur forme facilite la pénétration.

Bonijol a rajoutĂ© un « poka-yokĂ© Â» (dĂ©trompeur en japonais) qui permet de vĂ©rifier si la pique est montĂ©e Ă  l’endroit. L’idĂ©e est bonne, mĂ©rite d’ĂȘtre gĂ©nĂ©ralisĂ©e mĂȘme si la pique rentrant mieux, les picadors vont bien finir, espĂ©rons le, par comprendre que cela ne sert Ă  rien de monter la pique française Ă  l’envers.

Si on regarde les deux puyas de maniÚre plus microscopique , elles diffÚrent dans le choix des matériaux que ce soit pour la partie tronconique ou bien la partie coupante.

Si on a un peu de rigueur, deux hypothùses s’offrent à nous.

 Soit elles ont le mĂȘme niveau d’efficacitĂ© et l’une et l’autre peuvent ĂȘtre utilisĂ©es  en laissant les cuadras et les organisateurs libres de choisir.

Soit leur efficacitĂ© est  de façon rĂ©elle et significative et on peut imposer un modĂšle.

Mais pour cela, il faut un peu de cette rigueur qui manque tant au monde des toros.

Aujourd’hui chaque cuadra, et leurs fans clubs respectifs, affirme que la sienne est la meilleure.   L’UVTF, que l’on sait pourtant avare de dĂ©cisions tranchĂ©es, a dĂ©cidĂ© d’imposer un modĂšle.

Et c’est lĂ  que le bĂąt blesse ou que la mĂ©thode est discutable mĂȘme contreproductive.

Sur quels critĂšres s’est fait le choix ? Quel est l’avis des professionnels concernĂ©s (toreros, ganaderos et surtout piqueros) ? Quelles mesures et quels plans d’expĂ©rience rigoureux font la dĂ©monstration de la plus grande efficacitĂ© de l’une ou de l’autre.

Le mundillo cultive « l’esprit de finesse Â», mais il est des cas oĂč un peu ‘d’esprit de gĂ©omĂ©trie Â» s’avĂšre nĂ©cessaire

Aujourd’hui aucune dĂ©monstration ne m’a convaincu

J’entends les arguments des deux parties. Je me suis fait une petite opinion mais elle a besoin, au-delĂ  des affinitĂ©s de ce je peux avoir avec l’un ou l’autre ,d’ĂȘtre Ă©tayĂ©e ou contredite par l’avis des professionnels et un vrai protocole d’essais  et un plan d’expĂ©rience rigoureux. Pour moi, il n’y a pas suffisamment de mesures pour choisir un modĂšle ou l’autre sauf Ă  le faire au doigt mouillĂ© ou au feeling.

On peut aussi dire que l’on procĂšde par « essais-erreurs Â» mais au vu du peu de rigueur du monde taurin c’est plus que dangereux.

La dĂ©marche qui me semble la plus rigoureuse est de dĂ©finir au prĂ©alable  (et c’est important) ce qu’est une pique efficace. Ensuite on continue l’expĂ©rimentation avec des relevĂ©s exhaustifs selon le bon vieux modĂšle (qui, quand, quoi, oĂč,
. consĂ©quences) sur une pĂ©riode suffisamment longue pour que cela soit reprĂ©sentatif.

A partir de ces relevés, on pourra en tirer des conclusions.

Il suffit pour cela de dĂ©finir une grille de relevĂ©s et demander Ă  un certain nombre d’aficionados de faire les relevĂ©s nĂ©cessaires. L’analyse des rĂ©sultats, si on veut ĂȘtre efficace, devra se faire en prĂ©sence des deux cuadras, de professionnels et de vĂ©tĂ©rinaires. 

On se rendra peut-ĂȘtre  rendre compte, comme l’oncle de Boris Vian, que ce qui est important en matiĂšre de piques, ce n’est pas que la forme, mais que l’endroit oĂč elle est appliquĂ©e a au moins un peu d’importance.

Ce serait aussi le moment de vĂ©rifier l’impact de la pique sur le comportement du toro (en complĂ©ment des Ă©tudes existantes) et faire le lien entre le fait que le toro saigne ou pas et son comportement au troisiĂšme tiers.

J’entends dĂ©jĂ  les remarques de certains ; « C’est trop compliquĂ© Â». Mais honnĂȘtement, est-il possible de rĂ©soudre un problĂšme compliquĂ© comme celui de la pique et qui dure depuis des annĂ©es par un simple coup de baguette magique.

En résolution de problÚmes ou en amélioration continue, il y a trois écueils à éviter.

Ne pas vouloir  poser avec rigueur le problĂšme parce qu’on a peur de perdre un pouvoir Â»

Croire que sa solution est la meilleure et qu’il n’est pas nĂ©cessaire de le prouver.

Et, parce qu’on a qu’un marteau dans sa boüte à outils, donner une forme de clou à tous les problùmes.

Je suis peut ĂȘtre un rĂȘveur, mais je ne dois pas ĂȘtre le seul. Et mĂȘme si on n’injecte que quelques % de rigueur et de transparence dans le fonctionnement du mundillo, ce sera un petit pas pour les aficionados mais un grand pas pour l’Aficion.

Thierry Reboul

Charlotte Yonnet récompensée

Peut ĂȘtre une image de 7 personnes, animal et plein air
Photo “El Tico”

Le Prix Pierre DaulouĂšde, que dĂ©cerne chaque annĂ©e (s’il y a leu) l’Association Française des VĂ©tĂ©rinaires Taurins afin de rĂ©compenser une personne ou une entitĂ© ayant contribuĂ© Ă  la mise en valeur du Toro de Lidia, a Ă©tĂ© attribuĂ© pour 2021 Ă  Charlotte Yonnet pour son engagement sans faille Ă  pĂ©renniser l’encaste familial, et tout particuliĂšrement pour le magnifique encierro lidiĂ© lors de la corrida du dimanche 3 octobre Ă  Saint-Martin de Crau.(communiquĂ©)

© 2023 Corridasi - Tous droits réservés