Jeudi 12 mai 22  5éme de San Isidro. 19 Heures . 16291 spectateurs (dont 150 agités, nous les connaissons quoiqu’il arrive)

6 toros de El TORERO (encaste DOMECQ) 530Kg et plus de 5 ans et demi et plus. un sobrero (5ème) de Montealto.

Gonzalo Caballero 1er contrat depuis 2019 où il fut grièvement blessé dans ces mêmes arènes a salué à l’issue du paseo

Aux banderilles, saluts de Raul Ruiz au troisième et de José Chacon et Fernando Sanchez au quatrième.

Antonio FERRERA silence et silence.

Daniel LUQUE silence et silence.

Gonzalo CABALLERO silence et silence.

En voyant sortir « Jaranero » premier des six on comprit que rien ne serait simple. Il restait à savoir si un possible était envisageable. Armé jusqu’au ciel, bas, mal intentionné ce que certains veulent appeler un toro « serio »,  n’hésita pas beaucoup devant la pique d’Antonio Prieto qui perdit la première manche et eut bien du mal avec la seconde.

La quadrilla fit le job, quand on a prés de soi José Chacon et Fernando Sanchez tout est plus simple.Malgré cela la partie se révéla vite impossible avec un toro plein de violence aveugle de dejotes en tout sens. Et puis ce monstre malveillant s’est rapproché des « tablas » et tout était dit. Une épée suffisante et premier silence.

Nous ne ferons pas durer ce suspense insoutenable : Des silences il y en eut SIX. Et un peu de mouvement quand l’indétrônable Florito appela ses huit cabestres pour changer Tagarnina 5éme du lot contre Virtuoso (qui ne l’était pas du tout) de Montealdo..

Quelques mots sur les diestros :

Antonio FERRERA s’est demandé toute la soirée ce qu’il était venu faire dans cette galère, lui qui n’a pas peur de grand-chose.

Daniel LUQUE a essayé de faire valoir ses immenses qualités, son habileté à toréer même le plus compliqué. Ce soir rien n’était possible.

On reconnaitra beaucoup de courage, de volonté, voire d’obstination à ce jeune Gonzalo Caballero embarqué dans une galère sans avoir les rames.

Demain sera un autre jour. D’ailleurs ce sera VENDREDI 13 et deux figuras seront attendues.

Charles Figini