Plaza de toros de Jerez de la Frontera (Cádiz). Jeudi. Première corrida de la Feria del Caballo. près de trois quart d’entrée. Toros de Fermín Bohórquez, 

• RUI FERNANDES, silence et oreille.

• SERGIO GALÁN, oreille et ovation.

• DIEGO VENTURA, deux oreilles et deux oreilles

Excellente corrida de Firmin Bohorquez très sérieuse de présentation avec un jeu parfait pour ce type de spectacle: mobile, noble, solide. Le quatrième plus lourd a manqué de mobilité.

Grande démonstration de Diego Ventura au sommet de son art. Il a toréé le premier dans un registre classique, avec un début très campero à la garroche, suerte splendide mais peu vue. Par la suite il sut déplacer le toro avec temple et science pour clouer à l’étrier ses banderilles sans cegrcher d’effets faciles. Un rejon trasero, un descabello parfaitement amené à la muleta où il excelle. Moins de rigueur mais plus d’enthousiasme dans sa seconde faena qui, malgré quelques scories (banderilles hasardeuses), emballa les tendidos par son alegria et sa virtuosité. Un rejon en place et un descabello foudroyant. Comme l’a chanté le cantaor dans sa saeta jaillie des tendidos: « no hay mejor que Diego Ventura ». Il est indispensable à toute grande féria et son éviction de Séville n’a pas de sens. A noter la prestation de « Genroso » de salifda au premier, de « Velasquez » aux banderilles puis de « Guadania » au troisième tiers; parmi une cavalerie au top dans son ensemble. Grande tarde du torero de La Puebla (l’autre !!!)

Clacissisme et sobriété de Sergio Galan. Rui Fernandes un ton en dessous.

PV