Mois : juin 2022 Page 3 sur 9

León, carton plein de Roca Rey

Plaza de toros de León. Deuxième de la Feria de San Juan y San Pedro. Près de 3/4 d’entrée. Toros de Hnos. García Jiménez y Olga García Jiménez (2º). 

EL JULI, oreille et palmas.

JOSE MARIA MANZANARES, oreille et ovation.

ROCA REY, deux oreilles et deux oreilles.

Saint-Sever: Luque sur l’Anapurna du toreo

Saint-Sever, dimanche. Arènes Henri Capdeville. Plus de trois quart d’entrée. Seconde de la féria de la Saint Jean.

5 toros de la Ventana del Puerto et un de Puerto de San Lorenzo (3º). 

Daniel Luque, palmas et deux oreilles; 

Thomas Dufau, ovation et saluts et silence après deux avis;

 Juan Leal, ovation et silence après avis.

Les banderilleros Raúl Caricol et Alberto Zayas ont salué au quatrième.

Daniel Luque est sorti en triomphe.

Plutôt bien roulés, défendus plus ou moins généreusement, les Ventana del Puerto ont, dans l’ensemble donné un jeu qui a permis aux toreros de s’exprimer. Le premier qui avait belle allure s’est blessé en piste après la pique, le cinquième fut le plus brave provoquant un « batacazo Â» spectaculaire. L’ensemble fit preuve de noblesse avec une pointe de faiblesse qui ne fut pas gênante si on fait le compte. Au total un lot qui aura plu aux tendidos de ces arènes de Morlane bien garnis malgré l’humidité.

Daniel Luque aura atteint une sorte d’Annapurna du toreo sur ce sable historique Saint-Séverin. Sa seconde faena fera histoire : elle fut sans doute une des meilleurs que le torero de Gerena ait inscrit dans le sud-ouest où pourtant il collectionne les succès. Déçu de la blessure de son premier opposant non changé, -il montra son mécontentement à la présidence-, il y avait en lui une soif de triomphe inextinguible, il revint donc remonté comme une pendule pour son second passage. Personne n’aurait misé un centime, un kopeck, sur ce manso qu’il sut adoucir, retourner et qui fit une faena complète en allant à mas. Plus et mieux c’était impossible : une première série ferme mais bien cadencée avait déjà réglé les difficultés de l’animal. La suite au son du « Concerto d’Aranjuez Â», fut un enchaînement de séries menées par le bas avec douceur sans que jamais la muleta ne soit touchée avec des naturelles de cartel et de la droite (sans épée) particulièrement. Un estoconazo sin puntilla. Il y en eut pour demander le rabo, récompense suprême pour ce passage au Nirvana. A l’invalide premier, Luque prodigua des soins d’infirmier qui lui permirent de tenir debout, ne faisant illusion qu’un court moment. Une entière.

Bien difficile de passer après ce « monstre Â». Dans un geste plein d’humilité qui l’honore Thomas Dufau lui brinda son second toro ; reconnaissance de son talent et marque d’amitié aussi. C’est à son premier passage que Thomas a laissé passer sa chance. Il bâtit un travail appliqué et sérieux, agréable et esthétique sans faute de goût montrant l’expérience acquise au cours de ces années. Un bajonazo condamnable le priva de récompense. Sa seconde faena eut moins d’impact sur le public; il fut long à la mort.

Nous n’avons pas vu le Juan Leal que nous aimons avec son entrega et sa prise de risque habituelles. Dans ses deux faenas il opta pour un toreo classique et appliqué qui ne monta pas aux tendidos. On le retrouva tel qu’en lui-même, à la fin de sa première faena. Il enchaina les circulaires et les molinetes concluant par un final exposé en manoletinas. C’est dans ce style -déprécié à tort par quelquesuns- qu’il exprime le mieux sa personnalité faite de courage et de détermination. Le public suivant d’ailleurs ces ultimes moments de son premier passage avec passion. Mais lui aussi perdit toute récompense en raison de ses carences à l’épée.

Ainsi sortit comme un prince, porté en triomphe sous les vivats d’un public auquel on ne l’a fait pas pourtant, Daniel Luque qui a tutoyé la perfection, ce jour qui restera dans les annales.

Pierre Vidal

Photos: Bertrand Caritey

Le matin: fiesta campera

2 novillos des Frères Gallon

Juanito: une oreille

Manuel Roman: une oreille.

Saint-Sever, émouvant anniversaire

Saint-Sever samedi, arène Henri Capdeville, première de féria. 1/2 arène. Pluie.

On a célébré les 50 ans de la descente des toreros français dans ce même ruedo avec des élèves des écoles taurines françaises qui ont porté le drapeau français qui avait été déployé à cette occasion. Le maire M. Tauzin a fait un discours en piste pour rappeler ce moment et les participants qui avaient participé à ce fait d’arme – avec parmi eux Simon Casas, Richard Milian, Christian Romero et Patrick Varin accompagné de Sébastien Castella- ont fait une vuelta très applaudie.

3 toros des frères Gallon, légers de présentation mais nobles et 3 du Camino de Santiago sérieux et compliqués

Miguel Angel Perera : silence après deux avis et oreille après avis.

Clemente: oreille et ovation.

El Rafi: une oreille et silence

Photos Bertrand Caritey

Antequera, Calerito vainqueur du trophée des novilleros andalous

Plaza de toros de Antequera (Málaga).- Finale del Circuito de Novilladas de Andalucía.

Novillos de Guadaira, Juan Pedro Domecq y La Palmosilla.

“Calerito”, oreille et pétition de la seconde, deux oreilles et deux oreilles avec pétition de la queue

Christian Parejo, oreille, oreille et oreille avec pétition de la seconde.

Calerito a été proclamé vainqueur du trophée.

La Brède, Juan et Dorian en triomphe

La Brède (Gironde) samedi. 3/4 d’arène. Corrida de la fête de la Rosière. Ciel couvert puis dégagé.

Toros de Fuente Ymbro, le troisième « Legislador Â», n°157, vuelta al ruedo à l’arrastre. 

Curro Díaz, oreille et silence;

 Juan Leal, deux oreilles et ovation,

Dorian Canton, deux oreilles et ovation.

Photos Michel Campistrau

CORRIDA DE LA BRÈDE

Quand le public passé à côté 

par Antonio Arévalo

On le dit plutôt des toreros, quand ils n’ont pas su voir ou se sont montrés en-dessous de leur toros. Mais l’impression ressentie aujourd’hui en tant qu’aficionado est d’avoir vécu une corrida avec un public froid devant le bon toreo et enthousiaste avec le plus festif. Curro Díaz, à son second de Fuente Ymbro, qui n’était pas évident à la cape, relevant souvent la tête, fut maîtrisé du début jusqu’à sa fin à la muleta par le torero de Linares. Faena toute en doigté, en finesse, avec des muletazos qui ailleurs auraient soulevé des olés de reconnaissance, enchaînés les uns après les autres sans pratiquement plus aucun accrochage. Faena longue où parfois Curro se laissait aller mais curieusement, à part quelques rares aficionados aux olés rauques, l’indifférence semblait de mise. Surprenant. Après un pinchazo, la pétition fut très minoritaire. Ce fut pourtant le moment le plus torero d’un après-midi où dans d’autres lieux on serait régalé avec la classe du maestro. 

Curro coupa une oreille à son premier pour une faena de moindre relief, plus irrégulière avec bien entendu de beaux passages et une estocade efficace. 

Juan Leal triompha avec le toreo de proximité qu’on lui connaît sur son premier. Il ravit le public avec un toro noble qui finit un peu étouffé. Son engagement total à l’estocade lui permit de ravir les deux pavillons. Son cinquième fut plus compliqué, faible et avec peu de charge, c’est le torero d’Arles qui procura le spectacle essentiellement avec des passes circulaires qui portèrent sur le public. Mais cette fois-ci l’épée tomba basse. 

Dorian Canton eut le meilleur lot, dont l’excellent troisième qui faisait l’avion sur sa corne droite. Dorian est un torero en progression, froid mais dominateur, parfois un peu rapide, mais qu’il faudra suivre de près et soutenir. 

En matinée novillada non piquée sous la pluie devant près de 200 personnes. 

Deux novillos de La Espera (1 et 4) et deux de Alma Serena (2 et 3), le second fut récompensé d’un tour de piste. 

Juanito silence et vuelta. 

Cristiano Torres silence et silence. 

Las Rozas, De Manuel en triomphe

Plaza de toros de Las Rozas de Puerto Real (Madrid).- Troisième demi finale de la Copa Chenel. Toros de José Vázquez Fernández et Ganadería de Concha y Sierra.

Ángel Téllez, ovation et saluts au tiers.

Marcos, oreille et salut au tiers

Francisco de Manuel, oreille et oreille

Castellón, “racha” de Manzanares

Plaza de toros de Castellón. Deuxième corrida de la Feria de San Juan. Plus de demie entrée.

Toros de Daniel Ruiz, .

EL JULI, silence et deux oreilles;

JOSE MARÍA MANZANARES, deux oreilles et oreille;

ROCA REY, deux oreilles et ovation.

Alicante, Tomas Rufo continue

Plaza de toros de Alicante. Cinquième de la Feria de Hogueras. Moins de deux tiers de plaza.

Toros de Juan Pedro Domecq.

MORANTE DE LA PUEBLA, ovation et ovation.

Alejandro TALAVANTE, oreille et ovation après avis.

TOMÁS RUFO, deux oreilles et oreille après avis.

Saluts des banderilleros Miguelin Murillo au second, Carretero et Fernando Sánchez au sixième.

León, génie de Ventura

Plaza de toros de León.- Samedi première de feria

Toros de Hdros. de Ángel Sánchez y Sánchez y Torrealba (Hnos. Revesado)

Diego Ventura, oreille et deux oreilles

El Fandi, oreille et oreille après avis.

Ginés Marín, qui remplaçait Cayetano, ovation après avis et saluts.

Algeciras

Plaza de toros del Coso de las Palomas, Algeciras (Cádiz). Vendredi. Troisième de abono de la Feria Real. Trois quart d’entrée.

Toros de Santiago Domecq Bohórquez. 

EL JULI, Ovation et ovation et salut du callejon. 

JUAN ORTEGA, silence et oreille. 

ROCA REY, silence et oreille après avis.

Cuadrillas: Saludó en el sexto Javier Ambel tras buenos pares de banderillas.

© 2023 Corridasi - Tous droits réservés