Hagetmau. Soleil et chaleur, petite demi-arène, deux heure quarante de spectacle. Six novillos de Montealto, parfaitement présentés et plutot bien présentés, et armés à part le sixième pauvre de tete. premier, quatrième, et sixième, deux piques, le troisième un chˆatiment et le deuxième trois rencontres avec le picador. Tous toréables, mais compliqués.


Yon Lamothe (bleu marine et or), au premier, un entière, un pinchazo, deux descabellos, salut ; au quatrième, deux pinchazos, une entière, salut.


Diego Garcia (gris souris et or), au deuxième, trois pinchazos, une entière, salut ; au cinquième, quatre pinchazos, une entière, avis, salut.


Mario Navas (marron et or), au troisième, neuf pinchazos et une entière, silence ; au dernier, une demi-lame, trois pinchazos, un descabellos, silence.

Cette novillada de reprise,sans oreile ni vuelta fut tout de mˆeme un peu triste d’autant que le lot de Montealto, sans homogénéité présentait six novillos magnifiques. Compliqués certes, mais Yon Lamothe aborda le sujet parfaitement avec quelques sévères passes de chˆatiment genou plié. Très vite à droite il déclencha la musique et passa un moment sur l’autre min avec beaucoup d’aisance. Pourquoi, par la suite devait-il aussi longuement insister à droite, sans imprimer un soufle à sa faena ?
Alors qu’à sa première sortie il avait été parfait à la cape il ne s’attarda pas longtemps sur ce tercio. Son grand mérit sera de s’imposer à gauche et de se montrer conquérant. Mais il ne put concrétiser son final.
Diego Garcia commença parfaitement, à la cape d’abord puis dans passe de chˆatiment maˆitrisée ce furent de longs muletazos à gauche soulignés par la musique. Une longue séquence mais qui tout de mˆeme manquait d’émotion que ne remplaça pas un desplante sans intérˆet. Avec son seconq adversaire un solide client qui renversa la cavalerie il fut un moment débordé avan de se reprendre avec une certaine élégance à gauche.
Mario Navas un brave garçon, qui ne trouva jamais la distance du premier et fut débordé par le second qui renversa violement le cheval qui dut ˆetre changé. Un garçon perdu face à une situation qui le dépassait.
Heureusement il y avait de beaux novillos… mais il manquait des toreros acomplis.
Jean-Michel Dussol

Samedi 30. Demie arène. Erales d’Alma Serena inégaux en présentation et en jeu.

Nino Julián : vuelta.

Juanito : vuelta et silence.

Andoni Verdejo : saluts aux deux.