Parentis-en-Born (Landes) – première novillada de la feria de Sen Berthomiu. Samedi. 3/.4 d’arène.

Novillos de Pages-Mailhan Nobles et astifinos. Mention spéciale au picador Sanguesa à la pique du 2ème novillo de Solalito

José Rojo, vuelta al ruedo et vuelta ;

Solalito, oreille et silence;

Christian Parejo, oreille et ovation.

Christian Parejo doit regretter ce matin sa mauvaise prestation aux aciers de son 2ème novillo. Un triomphe lui était promis, comme la veille, à Boujan. Mais la tauromachie c’est comme cela s’il n’y a pas de signature au bas du parchemin le contrat ne vaut rien. La bonne épée en est une (signature).

José Rojo ne sut pas résoudre les difficultés de son premier. Malgré une volonté évidente et beaucoup d’agressivité face à son lot. Il aurait dû bénéficier d’un appendice mais ouvrant le cartel, le public et la chaleur extérieure étaient pris à froid.

Solal Calmet « Solalito » sut donner de l’alegria à ses 2 taureaux avec les banderilles posées avec plus ou moins de bonheur mais toujours avec une prise de risque évidente.

Sur son 1er au nom prédestiné de « CAUDILLO » il ne pouvait que le tuer de manière élégante et lui couper une oreille. Dommage que le second novillo s’arrêta après la pique, malgré tout, il lui prodigua une faena honnête et sérieuse. Solalito est en train de monter les marches vers la maitrise de jour en jour, mais, il faudrait qu’il révèle sa vraie personnalité.

Le nimois-Sanluqueño en a encore dans le moteur.

Jésus Hernandes-Salinas

Photos Roland Costedoat