Trophée gagné ex aequo par SOLALITO, 1 et 2 oreilles et Cristian PAREJO, 1 et 2 oreilles.

SOLALITO : 1 épée et 1 descabello, 1 oreille, puis en finale 1 épée concluante, 2 oreilles.

TRISTAN : 3 épées, salut.

ALVARO BURDIEL : ½ épée et 1 descabello, silence.

CRISTIAN PAREJO : 3 épées, 1 oreille puis en finale 1 épée, 2 oreilles.

Sortie par la grande porte de SOLALITO ET PAREJO, déclarés à juste titre ex aequo par le jury composé par les présidents des clubs taurins de la ville.

Saluons d’abord la volonté des organisateurs pour organiser un spectacle plaisant pour tous, public et aficionados. Volonté récompensée par une belle entrée.

Après un ténor chantant en direct le fameux air de Carmen « Toréador » il y eut un paseo comme nous ne l’avions jamais vu, les cuadrillas défilant, toujours au son de Carmen, joué cette fois par l’harmonie municipale, entre une haie d’honneur composée de danseuses flamencas de tous âges. Le plus beau paseo que nous n’ayons jamais vu.

Saluons également le choix des novillos car l’ambition de créer une vraie compétition entre les quatre novilleros ne pouvait fonctionner que si les chances étaient égales, ce qui fut le cas pour la première partie de « sélection » avec 4 novillos de BLOHORN de présentation et de jeu irréprochables, tous bien dans le style Jandilla, prenant chacun deux piques puis âpres, se retournant comme des chats, mais se laissant toréer pour peu que l’on se croise devant eux et que l’on allonge les passes, ce que les toreros réussirent à faire avec plus ou moins de réussite.

Les 2 novillos de la finale, de Camino de Santiago, d’origine Domecq, très bien présentés également mais ne prenant qu’une petite pique, qui permirent à leur tour à Solalito et à Parejo, sélectionnés par le jury pour cette finale, de donner l’essentiel de leur répertoire sans trop de danger : des passes de cape joyeuses, trois « al alimon », des banderilles de Solalito extra faisant se lever le public, puis des passes  droitières, gauchères, agenouillées, de face, de dos, inversées, liées, ….tout ce que l’on apprend dans les écoles taurines fut donné avec joie et bonheur .

Vuelta au premier Camino et Vuelta finale de Jean Louis Darré, le propriétaire, en compagnie des deux triomphateurs de l’après-midi.

Saluons enfin les deux autres novilleros non qualifiés pour la finale, TRISTAN pour sa combativité face au toro le plus compliqué de l’après-midi et Alvaro BURDIEL pour la qualité de ses trois naturelles données en se croisant qui auraient fait rugir de plaisir le public de Madrid, incontestablement les trois meilleures passes de l’après-midi pour les puristes.

Saluons enfin ma voisine de gauche qui voyait en SOLALITO de Nîmes une sorte de réincarnation de NIMENO, même costume bleu, même coupe de cheveux et même façon de banderiller puis de toréer, et saluons mon voisin de droite, ancien torero, qui voyait en PAREJO, de Chiclana, un futur grand d’Espagne.

Et merci SOUSTONS pour cette très belle novillada de toros et de toreros.

EXIR

Photos Jésus Hernandez