Six erales de la Condesa de Sobral tous bons ; vuelta al ruedo du troisième et au quatrième.
pour :

Myriam CABAS deux oreilles


           Javier PEREGRINO Deux oreilles
           Julio ROMERO une oreille
            Ivan REJAS deux oreilles et la queue
            Angel DELGADO une oreille
            Pepe MARTINEZ deux oreilles



Arrêtons-nous tout d’abord devant ce lot phénoménal de la Condessa de sobral (les Torealta du Portugal) des erales magnifiquement présentés firent impression à la sortie des chiqueros puis tout au long de la lidia un lot homogène, pas un qui ne présente pas un grand intérêt. Le premier complique rapide et fougueux au retours parfois imprévisible de quoi mettre en doute un jeune novillero compliqué mais plein d’intérêt le second obligent son adversaire à toréer avec beaucoup de vigilance et de précision parfaits les troisième et quatrième d’une noblesse à toute épreuve force et bravoure la vuelta al ruedo qui leur fut octroyée n’était en rien superfétatoire les cinquième et sixième très nobles aussi mais manquant peut être un peu de cette étincelle qui fait monter la température mais facilitant le travail aux jeunes novilleros. Il est rare de sortir des arènes avec cette sensation d’avoir vraiment vu six toros suffisamment rare en fait pour en parler avant les toreros


Des hommes nous avons vu une Femme de grand courage Marian CABAS a démontré une fois de plus son envie de toréer et sa volonté face au plus compliqué du lot qui lui infligea deux sévères voltéreta  à chaque fois elle revint sourire aux lévres pour finalement dominer pleinement son adversaire terrassé d’une entière fulgurante elle méritait bien ses deux oraeilles du courage.


Le novillo de PEREGRINO n’était pas simple non plus et demanda au jeune jerezano toute sa vista pour éviter la rentre des cornes et de ses mollets. C’est une faena tout en art et en technique qu’il distilla sur les deux bords après avoir démontré au capote tout le panel qu’il détient. Javier à démontré ce soir qu’il peut passer à la catégorie supérieure il possède tout le bagage du futur novillero piqué. Un pinchazo porté en toute sincérité avant une entière parfaite l’empêchèrent certainement de couper la queue qu’aurait mérité sa faena deux oreilles toutefois  furent chaleureusement fêtées.

 Julio ROMERO  toucha l’un des bonbons de la soirée aliant élégance et temple en début de faena il se laissa vite aller à la facilité oubliant de dominer le noblissime animal il le paya par plusieur désarmés et surtout à la mort. 5 pinchazos et une entière trasera une oreille « cadeau bonux » pour lui et une vuelta àl ruedo pour son adversaire bien audessus de lui.

Le quatrième fut lui aussi un adversaire de très haut niveau accueilli à puerta gayola quasiment du centre de l’arène Ivan REJAS le banderilla quatre paires pas toujours heureuse mais cela porte sur le public. Entame de faena à genoux au centre puis une grande faena des deux mais avec un toro aussi bon d’un côté que de l’autre toute la faena se déroule quasiment au centre. Une entière sin puntilla fit tout d’abord tomber eux oreilles et le bleu puis sur l’insistance d’un public en folie le troisième blanc sortit permettant à REJAS d’être le triomphateur de la soirée au nombre de trophées.

Difficile après cela de parler d’Angel Delgado qui fit paraître soso son adversaire qui pourtant ne demandait qu’à transmettre un vilain bajonazo et un descabello après avis terminèrent mais pour que la fête soit complète on lui offrit quand même une oreille

Un peu terne fut aussi le labeur de Pepe MARTINEZ qui paraissait gêné par le vent pourtant le même tout au cours de la soirée il brinda à Octavio CHACON présent dans les tendidos une faena en demi-teinte sans grand défaut à son noble opposant mais on n’atteint jamais les sommets trois quart de lame desprendida suffirent à faire tomber deux oreilles


En résumé une très bonne soirée dont le toro fut le Roi .

Jean Dupin