Le ciel peut attendre

Tel était le titre de la conférence d’Antonio RUIZ LOPEZ  dédiée au Maestro Juan Jose PADILLA dans l’hommage que lui a rendu la pea Jose Luis GALLOSO du Puerto de Santa Maria. Plus de cent aficionados portuense ont suivi le diaporama commenté aussi vibrant qu’une faena du maestro. Du jeune novillero de l’école taurine de CADIZ sous le houlette du Maestro LUIS PARA “JEREZANO” au Cyclon de Jerez puis au Pirata toute la carrière de PADILLA fut évoquée. Carrière faite de sang et de sueur marquée par une volonté extraordinaire qui lui permit de dépasser les blessures terribles et en particulier la pire, celle de SARAGOSSE. Jamais PADILLA n’a baissé les bras revenant inlassablement vers la corne dont son corps porte l’empreinte indélébile. 
La soirée fut marquée par l’émotion en particulier lors des remerciements du maestro à tous ceux qui l’ont accompagné dans cette aventure des temps modernes.
    En effet, le ciel peut encore attendre celui qui tant de fois a frôlé la mort.

Texte et photo Jean Dupin