Auteur : Thierry Page 2 sur 5

Le festival de Rodilhan 2019

Le Club Taurin Paul Ricard Toros y Caridad de Rodilhan souhaite vous communiquer la date de sa Journée Taurine de l’Aficion 2019.

Comme à l’accoutumée, notre manifestation se déroulera le troisième dimanche d’octobre. Chers amis aficionados notez donc la date du 20/10 dans votre agenda taurin.
Pour les personnes souhaitant aider notre association à se pérenniser, il vous est possible de devenir adhérents du CTPR Toros y Caridad. Pour cela nous vous invitons à prendre contact, soit par téléphone au 0698892034, soit à l’adresse mail suivante: p.charmasson@gmail.com.
Bon début de temporada à tous et rendez vous le 20 octobre 2019 dans nos arènes.

(communiqué)

Rappel : ce dimanche au Houga

Thomas Dufau au Pérou

Le triomphateur intégrera un des cartels de la prochaine Féria de Lima

La cour administrative d’appel de Marseille a décidé, ce lundi, de donner raison au centre de tauromachie de Nîmes et à l’école taurine.

Quel grand plaisir que de reproduire ici l’article de notre confrère nîmois Objectif Gard.

Déjà rejetée première instance devant le tribunal administratif de Nîmes, la requête déposée par le CRAC Europe a de nouveau été retoquée en appel dans la cité phocéenne.

 Les deux écoles taurines pourront continuer d’enseigner aux jeunes

« L’activité des écoles de tauromachie est contraire à la dignité des mineurs et elle trouble l’ordre public », estimait dans son dossier le CRACLe but des anti-corridas était d’obligé l’École taurine et le Centre de tauromachie de Nîmes de cesser leurs activités car « les corridas mettent en danger les mineurs ». « Les pratiques enseignées par la douleur qu’elles infligent aux animaux, sont contraires aux conventions européennes relatives à la protection des animaux », affirmaient les anti-corridas dans le dossier déposé devant la justice administrative.

Pour le bâtonnier gardois, Jean-Pierre Bigonnet, qui défend les structures taurines et plus particulièrement le Centre tauromachique de Nîmes, les arguments du CRAC ne sont pas crédibles. Il a développé de nombreux points de droit. L’un de ses arguments est pour lui imparable : « Il résulte des dispositions de l’article 521-1 du code pénal que le législateur a entendu autoriser la pratique tauromachique, tel que c’est le cas à Nîmes, car il s’agit d’une pratique locale ininterrompue. Il ne saurait dès lors être prétendu que l’enseignement de cette pratique […] qui s’adresserait à des mineurs, porterait atteinte à l’ordre public et que cet enseignement constituerait une infraction « .  L’avocat gardois a ensuite abordé l’autre argument avancé par les anti-taurins : les « mauvais traitements à animaux ».

« Le fait, publiquement ou non d’exercer des sévices graves, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique ou apprivoisé est puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende…. Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux, lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée« , soutient maître Bigonnet. Des éléments imparables que la justice administrative en première instance et en appel a pris à son compte. Le CRAC perd donc son bras de fer contre les écoles taurines qui pourront donc continuer à accueillir les jeunes passionnés.

(article Objectif Gard www.objectifgard.com )

Le prochain Café Toro

Les aficionados girondins revivent 20 ans (1987 -2006) de corridas à Floirac

Photo Bruno Lasnier

Floirac 14 mars 2019,

Les aficionados girondins revivent 20 ans (1987 -2006) de corridas à Floirac

Quelques années de lutte (et de victoires) dans les prétoires et vingt ans de corridas, telle est l’histoire de la tauromachie à Floirac. Alain Labouyrie et Serge Milhé ont uni leurs plumes pour la raconter dans un livre, publié par l’UBTF, et dont le titre, « Les arènes de Floirac, 20 ANS d’une tumultueuse histoire »,  résume cette aventure.

La coordination des associations taurines de Gironde a reçu, à la Maison du Sport et de la Culture Pierre Garmendia  à Floirac, les deux auteurs pour présenter leur ouvrage.

Quasi lleno pour cette soirée animée par Pierre Darrouzet, aficionado floiracais et statisticien de la Plaza girondine qui, après avoir rendu un hommage à Jean Darriet, aficionado et  courageux maire de Floirac de l’époque et son adjoint Maurice Villena, a rappelé en quelques chiffres l’importance prise par ces arènes dans le paysage taurin français. Quarante trois paseos dont dix quasi llenos et quatre « No Hay Billetes » pour une capacité de plus de sept milles places, cent quatorze toreros et toreras ont défilé sur le sable girondin lors des 67 manifestations taurines, corridas, novilladas, NSP, corridas de rejon et portugaises organisées, dont presque toutes les figuras et surtout vingt sept français.

Les deux auteurs ont décrit la genèse de ce livre qui n’aurait pas pu être sans la contribution de Marc Gauthier, vice président de l’UBTF, récemment disparu et dont la mémoire a été également honorée.

Alain Labouyrie, aficionado mais aussi Directeur Général des Services de la mairie de Floirac en 1987, a résumé les péripéties juridiques qui ont précédé le premier, et les autres, paseos floiracais.

Serge Milhé, après avoir présenté Bruno Lasnier, le photographe taurin qui a illustré le livre, a évoqué sa contribution à cet ouvrage et à l’historique des différents spectacles taurins qu’il a pu reconstituer.

A l’issue de cette présentation, les participants, dont les enfants de Jean Darriet, ont pu revivre l’histoire des arènes à travers une exposition de  coupures de presse et d’affiches consacrées à vingt ans de « toros bravos » dans les arènes de Floirac.

La liste des libraires dépositaires du livre figure sur le site de l’UBTF (www.ubtf.fr), site sur lequel il est également possible de le commander en direct.

Communiqué Coordination des Associations Taurines de Gironde

Les autres festejos du week end

Teziutlán. Toros de El VergelEduardo Gallo, silence et silence; Luis Ignacio Escobero, oreille et palmas; Héctor Gabriel, oreille et oreille. Entrée: Media plaza.  Antonio Magaña a lidié un astado de Arroyo Zarco.sans picador ovation.

San José Villa de Allende. Cinq toros de Los Cues et deux de Huichapan. Le rejoneador Leonardo Zatarain, vuelta al ruedo; Jorge Sotelo, deux oreilles; Ocaña Serrano, silence après deux avis ; Abraham Ortega, ovation; Héctor de Ávila, oreille; Alejandro Reyes, palmas; Ángel Sánchez, silence. Entrée: Lleno.  .

 Zacamulpa. Novillos de HuiscashdáMaxime Solera, palmas; Moctezuma Romero, silence; Enrique de Ayala, silence après  trois avis ; Juan Querencia, deux oreilles et rabo. Entrée: Lleno.  

 Apizaco. quatre astados de La Soledad, un  de Manuel González et un de Felipe GonzálezLuis Pimentel, oreille; Rafael Ortega, deux oreilles; Jerónimo, palmas avec un avis; José Luis Angelino, deux oreilles et rabo; Alfonso Zamora, oreille; Ismael Rosas, deux oreilles et rabo. Entrée: Un quart

Cieza (Murcia). Toros de El Canario,  . AndyCartagena, oreille et deux oreilles; Sergio Galán, deux oreilles et oreille; Lea Vicens, oreille et deux oreilles. Entrée: Media plaza.

Calamonte (Mérida). Festival. Novillos de Couto de Fornilhos,  . Le rejoneador Joao Moura Caetano, silence et vuelta al ruedo; Jairo Miguel, oreille et oreille; Tomás Angulo, oreille et deux oreilles .

Dorian Canton aux Arsouillos

Cartelazo ce jeudi au local de la Peña Los Arsouillos !Ce jeudi 21 mars à 19h30, pour notre 2ème soirée « Toros y Tapas », nous aurons la chance d’accueillir l’un des trois novilleros qui fouleront le sable des Arènes Maurice Lauche, le mercredi 1er mai prochain : Dorian Canton !
Le jeune torero béarnais, qualifié par certains comme le meilleur de sa génération, et annoncé comme la révélation de cette temporada, évoquera avec nous son parcours, son actu, ses objectifs pour 2019 et après…Avec lui, ses 2 banderilleros de confiance, 2 grands toreros, qui excellent aujourd’hui et s’épanouissent pleinement dans ce rôle :
Le premier, Mathieu Guillon El Monteño nous parlera de cette première temporada en tant que banderillero.
Le second, Julien Dusseing « El Santo », évoquera aussi avec nous sa trajectoire. Lui qui est bien connu des aturins puisqu’il a pris l’alternative dans les Arènes Maurice Lauche, le 15 juin 2008
.Sous la baguette de Pierre-Albert Blain, Monsieur « toro » de France Bleu Gascogne, ils évoqueront ensemble les liens d’amitiés et de confiance qui se tissent au sein d’une cuadrilla…Côté tapas, les membres de la section « Toros » de la Peña seront cette fois encore aux manettes pour satisfaire les palais les plus exigeants.Venez nombreux, la soirée est bien entendue ouverte à tous.PAF (Participation aux frais) :
– 10 € pour les socios (cartes en vente lors de la soirée).
– 20 € pour les extérieurs.Pour qu’on ne manque de rien, réponse souhaitée par mail (contact@arsouillos.com) ou sur événement Facebook https://www.facebook.com/events/1101068616734977/A jeudi !
(communiqué)

Communiqué Peña los del Sol, Solalito

Bonjour à tous !
À vos agendas:  le dimanche 5 mai 2019  pour passer une magnifique journée avec notre novillero Solalito .
À la Cour des Bœufs chez les frères Tardieu se déroulera la 2ème Fiesta Campera de la Peña:
tienta d’une vache et lidia d’un toro de Frédérique et Alain Tardieu !
Buvette et repas proposés
Bientôt, l’affiche officielle et les inscriptions.
À très vite ! 

🏻

Fourques : non piquée

FOURQUES (texte et photos Paul Hermé , Torofiesta)

Agréable journée taurine qui a bénéficié de la clémence de la météo avec en fin de compte, le triomphe de Tristán qui s’est imposé face à un eral de Jacques Giraud, par ailleurs président de l’école taurine organisatrice, celle de Rhône Aficion.

Devant environ trois quarts d’entrée, ont défilé dans l’ordre de sortie Clément Hargous, du CFT, pour combattre un novillo de François André, Solalito, de l’école Campo de Gibraltar, un Jalabert, Alejandro Rivero, de Badajoz, un Pagès Mailhan, et Tristán, de l’école Rhône Aficion, qui a fermé la marche avec un exemplaire de Giraud.

four17w

Jacques Giraud est intervenu en piste micro en main pour exprimer ses remerciements envers tous ceux qui d’une façon ou d’une autre ont contribué par leur action ou leur soutien, à la réussite de cette journée. Il a aussi expliqué la nécessité des novilladas sans picadors avant le paseo, au terme duquel une minute de silence a été observée à la mémoire  de Frédéric Cabasse, « Fredo », qui tenait le bar des Lices…

ch17k

Clément Hargous (oreille) a reçu son adversaire par larga cambiada de rodillas puis capoteo appliqué avant un bon quite de Solalito avec qui il partagea ensuite les banderilles pour une ovation elle aussi partagée. Brindis à l’assistance puis deux cambios au centre avec ensuite quelques derechazos valeureux, entrecoupés d’un sérieux avertissement sur un hachazo. La suite sera inégale mais volontaire, Clément signant plusieurs naturelles ajustées avant que l’eral ne termine rajado. Demi-lame.

sol17k

Solalito (oreille) était venu remplacer Yon Lamothe. Son opposant afficha rapidement, pour s’être invalidé, des signes de faiblesse qui ont contrarié une faena brindée au public au demeurant agréable, mais qui relation de cause à effet, manqua un peu de transmission. C’était d’autant plus regrettable que Solalito avait bien pris la mesure du Jalabert, au demeurant noble. Entière.

ar17k

Alejandro Rivero (oreille) tomba sur l’exemplaire le plus intéressant de la tarde. Après une bonne réception capotera et une réplique applaudie de Tristán, le pensionnaire de l’école de Badajoz a brindé sa faena à Juan Bautista puis a démarré à genoux, devant toutefois bien vite se relever. Par la suite, Rivero donna la distance et enchaina les passes en profitant de la bonne embestida du bicho lors de séquences d’inégale portée artistique. Atravesada suivie de deux coups de verdugo.

tr17k

Tristán (deux oreilles) eut en partage un pensionnaire de Giraud qui sauta dans le callejón puis tenta à deux reprises d’atteindre les spectateurs de la barrera ! Après ce moment de susto, le Giraud  s’en prit à Clément Hargous sur un quite puis dans la foulée à Tristán, les deux se trouvant un moment en bien mauvaise posture, sans toutefois trop de dégâts apparents. Brindée au conclave, la faena comprit de bons moments face à un eral qu’il ne fallait pas douter, mais qui possédait notamment une bonne corne gauche, ce dont profita Tristán pour distiller quelques naturelles méritant la mention. Entière au second envoi en se retrouvant au sol après bousculade avant d’aller recueillir les deux oreilles du triomphe…

four17k

A l’issue de la course, Juan Bautista est venu remettre en piste les trophées Terre d’Argence (tableaux de Tom Garcia) à Tristán, triomphateur, et Pascal Mailhan, pour la récompense au meilleur novillo.

jer17k

En matinée, devant environ 200 personnes, la jeune génération de l’école a été invitée à se produire, d’abord Jérôme Bélinguier « Jeronimo » qui faisait sa présentation  en public avec un eral en capea. Evidemment, il n’en est qu’à la base de la pyramide, mais il a mis pas mal de cœur à l’ouvrage et malgré un bagage qui n’en est qu’à ses balbutiements, il a su s’attirer la sympathie des gradins.

je17k

Ensuite, José Espinosa « El José » a combattu un novillo de Barcelo pour sa première épée, une épreuve qui le vit quelque peu à la peine, mais sans se décourager, José tira tout de même quelques muletazos méritoires. Avec les aciers, ce fut un peu plus délicat, mais lui aussi mérite des encouragements…

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés