Auteur/autrice : Bruno Lasnier Page 1 sur 5

Bayonne : encore une Puerta Grande pour Fernando Adrian avec 3 oreilles.

Photo Bruno Lasnier

Photo Bruno Lasnier

Arène de Bayonne. Corrida blanche des fêtes. Presque 2/3. Ensoleillé mais frais. Un poil de vent.

Fernando Adrian enchaîne les puerta grande. Une de plus à Bayonne.

3 taureaux de Juan manuel Criado : 1er, 3em et sixième et 3 taureaux de Monte La Ermita : 2em, 4em et 5em. Disparates mais globalement bien présentés avec un comportement assez satisfaisant sauf le second.

Mano a Mano avec :

Manuel Escribano. Blanc et or avec de belles roses rouges : silence avec 2 avis, silence avec 2 avis et Applaudissements.

Fernando Adrian grenat et or. Silence, 2 oreilles et 1 oreille.

Le premier taureau prends deux piques appuyées. Il est noble et charge plutôt bien mais il va ‘A menos’. Faena sympathique. Mais pas beaucoup de dominio. Manuel démarre par des passes changées dans le dos. Il y a quelques belles naturelles car le taureau est meilleur à gauche mais on reste un peu sur notre faim. Mise à mort difficile. Plusieurs pinchazos et deux descabellos. Le taureau est applaudi à l’arrastre. 2 avis, silence : il se rate 1 oreille.

Le second a une belle tête. Adrian réalise une larga d’entrée et on sent son envie d’en découdre. Le taureau perd vite de la force à la pique. Il a peu de charge. Fernando Adrian essaye mais le taureau s’arrête et est court de charge et regarde le torero. ll abrège. 1 épée qui traverse le taureau. silence.

Le 3em. Brindis au public. Escribano a envie. Le toro répète et est noble. Bonne série à droite et à gauche. Il réduit la distance et à la fin il y a des manoletinas pour terminer mais cela porte peu sur le public. Ce taureau peut être dans d’autres mains ? Une entière mais horizontale et le taureau met un temps fou à mourir. Le torero ne veux pas user du descabello. 2 avis et silence.

Le 4 em est mal piqué. On y croit moyen…..Mais il se révèle être un gentil toro avec un bon fond et la faena est variée avec un début à genoux. Puis plusieurs séries lentes à droite et à gauche. C’est propre, bien fait et le public apprécie. Fin de faena avec des Bernardinas en citant de loin puis de plus en plus proches qui portent sur le public. 2 oreilles avec une petite pétition de 2…

Globalement les Criado ont eu plus de fond que les Ermita mais il y a eu un Ermita qu’Adrian a bien torée.

Le 5 em taureau est fade. Début de faena assis de Escribano spectaculaire mais le toro s’éteint. Il n’y a pas d’émotion. Applaudissement pour l’engagement du torero.

Au 6em, Adrian trouve assez vite le rythme ce qui montre son assurance et ses capacités. Il nous surprend avec deux séries de naturelles suaves bien faites. La Fin de faena est très proche du taureau avec aisance et facilité dans les cornes. Il se fait passer le taureau très prêt dans tous les sens. 1 entière d’effet rapide et 1 oreille indiscutable.

Fernando Adrian est le triomphateur indiscutable de ce mano a mano

photos Bruno Lasnier

La Brède : Intelligence et toreo

Samedi 22 juin. Plus de trois quarts d’arènes. Temps couvert, pluie intermittente.

6 toros de Robert Margé, dans le type de la maison, nobles dans l’ensemble, mais sans mordant, certains très faibles. Le cinquième fut remplacé par un sobrero du même fer.

Uceda Leal vuelta et salut.

Adriano oreille et oreille.

Dorian Canton silence après deux avis et oreille après avis.

Adriano est sorti a hombros.

Uceda Leal

Uceda Leal

Uceda Leal

Uceda Leal est peut-être le torero dont s’inspire Dorian, il nous avait enchanté à Madrid. Il revenait en France après pratiquement vingt ans d’absence. C’est trop pour un torero qui a prouvé maintes fois toutes ses qualités. Devant un lot faible et sans transmission, peu de possibilités de briller.  Il y eut quelques détails à la muleta, mais guère plus, dommage.

Adriano

Adriano

Adriano

Corrida d’une fade noblesse de Margé, sans le piquant et la caste qui caractérise souvent ce fer. Maniables, mais certains trop faibles pour que l’émotion soit au rendez-vous. Par contre, Adriano l’a été. Avec un toreo très intelligent, adapté aux comportements et aux difficultés engendrés par ses toros.

Le premier avait de la qualité, un peu faible, surtout à sa sortie et jusqu’au début de la faena de muleta. Adrien l’a convaincu petit à petit, a bien structuré sa faena, en lui demandant au fur et à mesure d’aller plus encore loin. Bonne lidia, avec des moments de relâchement et quelques beaux muletazos. S’il n’avait pas pinché, il aurait peut-être coupé deux oreilles et non une. Il brinda son second toro au maire de La Brède, qui avait bien chauffé le public avec un discours en défense de la corrida et des cultures minoritaires. Salenc l’en remercia avec ce brindis. Une nouvelle fois, devant un toro remplaçant et faible, il parvint à le maintenir debout et à nous faire oublier parfois ce handicap. Des passes bien dosées, toujours suaves virent le jour, il parvint même à les enchaîner. L’oreille coupée à ce toro lui permit de sortir en triomphe.

Dorian Canton

Dorian Canton

Dorian Canton

Dorian Canton, encorné au visage dimanche dernier, revint en piste comme si de rien n’était. Très belle attitude du Béarnais avec un toreo de belle facture. Comme devant son premier, qui ne dura pas longtemps, mais son début de faena avec des passes droitières fut d’une rare élégance, d’un classicisme hors d’âge. On le retrouva à son dernier, un animal fade mais collaborateur, dans une longue faena en quête du geste le plus épuré. Il toréait pour lui, sous une pluie battante, comme s’il était seul au campo. Dorian coupa une oreille. Seule critique, son mauvais maniement du descabello, il faillit recevoir les trois avis à son premier.

Texte Antonio Arevalo

Photographies Bruno Lasnier

Les vidéos du grand final d’Istres

Enrique Ponce

David Galvan

Clemente

Istres : final en apothéose. Ponce gracie son dernier toro et les trois toreros en triomphe

Istres. Dimanche 16, après-midi, quatrième et dernière corrida de feria , arènes combles, temps ensoleillé, température agréable, deux heures quarante-cinq de spectacle. Six toros de Juan Pedro Domecq, bien présentés, de 480 à 528 kilos chez l’éleveur, tous une pique prise avec une honnête bravoure, de grande noblesse à la muleta, le quatrième gracié.

Enrique Ponce à reçu son portrait offert par la mairie d’Istres et Bernard Carbuccia.

Présidence Louis Colin, assesseur Gille Raoux . Musique Chicuelo II, Cavalerie Alain Bonijol.

Enrique Ponce (blanc et azabache), au premier, deux pinchazos, une entière, avis, salut ; au quatrième, une queue symbolique, toro indulté (grâcié).

David Galvan (bleu marine et or), au deuxième, une entière, deux oreilles ; au cinquième, une entière, avis, une oreille

Clemente (bleu roi et or) au troisième, une entière, avis deux oreilles ; au dernier, une entière, avis, une oreille.

Comme un ange qui passait… l’arène devenait silencieuse, comme retenant son souffle, au centre du ruedo, le torero vêtu de blanc et de noir continuait d’aligner des passes. Mais ce n’étaient plus des passes, des signes portés par un « drapelet » qui se contorsionnait sur le sable et attirait inlassablement ce toro de Juan Pedro Domecq. Près de cinq cents kilos de muscle, des cornes pour tuer, mais celui qui fut le prince, aujourd’hui le roi d’Istres, le grand Enrique Ponce poursuivait avec cette indolence qui fait que la muleta est toujours très basse et caresse le sable. Un art inimitable de la tauromachie. Dans le public on entendit les premiers cris « indulto… indulto ». Le torero se tourna vers la présidence et poursuivit quelques minutes encore. Le grondement s’amplifiait « Indulto… Indulto ». Ne tuez pas ce toro de tant de noblesse ! Et soudainement le mouchoir orange jaillit sur la table de la présidence.

Enrique Ponce qui faisait ses adieux à l’aficion d’Istres, venait de gagner son pari et de lui offrir ce qui lui tenait le plus à cœur… Lui qui avait toréé en smoking sur ce sable se retirait en empereur. Entre Ponce et Istres il y avait comme une passion fusionnelle. On l’a parfaitement, ressenti pour cette dernière corrida de la feria. Derniers gestes d’un très grand Monsieur, Enrique Ponce continuant d’enchaîner des passes conduisait le Juan Pedro Domec jusqu’à l’entrée du toril et d’un geste lui indiqua le chemin que suivit l’animal qui disparut sous les arènes. La queue symbolique en main Ponce entame un énorme tour d’honneur, passant devant les areneros au garde à vous, puis devant les hommes de chevaux et les monosabios, le maître de ces hommes, Alain Bonijol retirant sa casquette. Un baiser au sable de l’arène, Ponce avait rempli son contrat et les arènes d’Istres offert un des plus beaux hommage à ce maître la tauromachie pour sa dernière sortie.

Ce respect, cette amitié mutuelle allait se poursuivre après la sortie en triomphe des trois acteurs car cette corrida fut celle d’une réussite totale.

Revenons quelques instants sur cette course… Enrique Ponce accueilli par des applaudissements à l’issue du paseo, se montrait séduisant à la cape à la fin de son tercio brindant au public il offrait ses longues séries de derachazos et de naturelle, dans un style dépouillé et très lent quelques rond coimplet. De quoi triompher mais l’échec à la mort remettait tout en question.

Venait ensuite David Galvan avec un tercio de cape illustré de quelques chicuelinas et après avoir brindé à Ponce signait de grandes séries sur la main gauche. Avec son second adversaire il ouvrait par une séquence de châtiments prélude à une immense séries de naturelles. Un belle réussite qu’il essayait de poursuivre sur le même style mais en séduisant un peu moins la présidence.

Le troisième homme était un petit lutin Clemente… qui avait peut être un vieux compte à régler avec Ponce mais sur l’art du fleuret moucheté. Le garçon bordelais d’origine ayant choisi le Sud-est n’a jamais oublié que quelques semaines après son alternative il avait été au cartel avec le Maestro Ponce. Arènes sulfureuses, celles de l’amiral Carrero Blanco, éminent franquiste, que Santoña où le sable disparaît sous la mer qui monte avec la marée. Ce jour là le petit jeune, Clemente avait donné une leçon au Maestro mais avait été blessé à la mise à mort. Dimanche à Istres les deux oreilles coupées à son premier toro lui permettaient de sortir en triomphe, aux côtés de Ponce ce qu’il aurait du faire une quinzaine d’années auparavant. Clemente n’avait pas lésiné sur les moyens. Une faena essentiellement sur la main gauche, un temple parfait et dans les moments de domination dansant devant les cornes du Juan Pedro Domecq. Il revenait avec autant de volonté servant d’entrée deux faroles et une véronique à genoux. Ce toro brindé à Ponce il allait le « distiller » tout en douceur, muleta au bout des doigts et sachant tirer les derniers soupirs à cet animal qui allait a menos. Du grand Clemente.

Un final de la feria d’Istres que personne n’imaginait, marqué par l’émotion, la qualité tauromachique et une belle réussite.

Jean-Michel Dussol

Photographies bruno Lasnier

Istres : Triomphe de Carlos Olsina

Istres. Dimanche 16 juin, matin, jolie petite entrée, temps ensoleillé, deux heures quinze de course. Six toros de Pages-Mailhan, bien présentés, sans excès de cornes, de 470 à 500 kilos, tous une pique, d’une très grande noblesse à la muleta. Un joli lot de toro pour triompher. Vuelta posthume au quatrième.

Président, M. Dagnan, assesseurs, C. Buttet et Gilles Raoux. Musique Chicuelo II. Cavalerie Bonijol.

Rafael Roucoule El Rafi (bleu marine et or), au premier, trois quarts de lame, une oreille ; au quatrième, une entière, vuelta.

Carlos Olsina (rioja et or), au deuxième, une entière, une oreille ; au cinquième, une entière deux oreilles, vuelta au toro.

Jorge Martinez (rouge et or), au troisième, une entière, un descabello, avis, salut ; au dernier, une demi lame, avis, silence.

Attendait-on véritablement Carlos Olsina, comme triomphateur de cette troisième corrida de Feria. Beaucoup misaient sur El Rafi. Mais la hiérarchie a été bousculée par le phénomène Olsina qui a croisé sur sa route un excellent toro de Pagés-Maihan, primé d’une vuelta posthume. Le torero avait le recours nécessaire pour ne pas laisser passer cet animal. Le garçon avait déjà coupé une oreille après une faena débordante de temple et marquée par de grande série à gauche. Très souvent il avait cité de loin et s’était imposé sur son adversaire. Pour lui tout se jouait avec ce cinquième. Comme un diable il se jeta dans la « bagarre » et commença, à la cape, par deux faroles à genoux, avant d’ouvrir sa faena par quatre statuaires et une longue série de naturelle. Son meilleur complice fut le toro qui répétait sans cesse et aussitôt dans la muleta. Carlos Olsina prenait confiance dans sa réussite, un peu trop même au point de le payer par une voltereta spectaculaire sans conséquence. Ayant retrouvé ses esprits il fut le maître d’une énorme estocade. Deux oreilles et vuelta au toro. Au cours de son tour d’honneur, Carlos Olsina, invita Pascal Mailhan et son fils Pierre à partager son succés. Le garçon s’est inscrit dimanche dans la liste des prétendant au titre de meilleur torero français.

Cette course de Pages-Mailhan s’était ouverte avec El Rafi. Toujours dans un style très épuré il nous avait offert d’impeccables véroniques. Puis à l’heure de la muleta se positionnant au centre du ruedo il citait de loin ses premières passes. Des séries à couper le souffle… surtout des naturelles que l’on peut qualifier comme celles du diable, le bon dieu ne pouvant approcher une telle perfection. Son épée un peu basse ne lui permit que d’empocher une oreille. On pensait le retrouver, débordant de désir de victoire à son second adversaire, mais El Rafi fut beaucoup moins à l’aise et malgré une nouvelle belle collection de naturelles et une belle épée il n’emporta pas l’adhésion de l’arène.

Jorge Martinez, n’a pas bien compris les toros de Pascal Mailhan. Ils venaient pourtant sans se faire prier. Aussi il fut rapidement inintéressant avec une faena sans queue ni tête. Il ne sera guère mieux avec le dernier toro du lot.

Il était ainsi plus facile à Carlos Olsina de dominer cette course, sorte de corrida de l’opportunité pour ces jeunes.

Jean-Michel Dussol

Photographies Bruno Lasnier

Istres : Triomphe majeur de Christian Parejo, quatre oreilles.

Istres. Samedi 15 juin après-midi, deuxième corrida de feria, fort belle entrée aux arènes du Palio, temps, enfin, ensoleillé, deux heures trente cinq de spectacle. Six toros de Victoriano del Rio, bien présentés, de 510 à 545 kilos sur la balance de l’éleveur. Tous une pique, à l’exception du quatrième, deux châtiments. Ils ont tous poussé fort sous le fer. Le troisième récompensé d’une vuelta posthume. Tous toréables à la muleta.

Présidence, R. Abid, assesseurs, J. Collin et Gilles Raoux. Musique Chicuelo II. Cavalerie Bonijol.

Sébastien Castella (bleu nuit et azabache), au premier, une entière, avis, une oreille ; une demi lame, deux avis, salut.

Sébastien Castella

Leo Valadez (rouge vif et azabache) au deuxième, une entière, une oreille ; au dernier, un pinchazo, une entière, un descabello avis, salut.

Léo Valadez

Christian Parejo (rioja et or), au troisième, une entière, deux oreilles ; au dernier, une entière, deux oreilles.

Christian Parejo

Poursuivant sur sa confirmation d’alternative, plutôt réussie, il y a quinze jours à Madrid Christian Parejo, l’hispano-bitterois, a frappé un grand coup, pour cette deuxième course de la feria d’Istres. Une sortie en triomphe avec quatre oreilles en main. Pourtant tout n’avait pas très bien commencé et il s’était fait plusieurs fois accroché la cape par ce troisième Victorino qui revenait sans cesse sur les leurres et ne laissait que peu de temps au torero pour se replacer. Mais il renversait soudaiment la vapeur par une série de quite par chicuelinas. Il commençait par une série de derechazo très bas étant parfois obligé de reculer sous la pression constante du Victoriano mais jamais le garçon n’a renoncé se payant même le luxe de terminer par quelques ayudados sur les deux mains. L’estocade est sûrement à montrer dans les écoles taurines…Deux oreilles et vuelta pour le toro, un vrai combattant. A son retour Christian Parejo attaque dans le domaine de l’émotion en signant quelques passes changées dans le dos citées de très loin. Il va multiplier ces figures ajoutant une longue série de naturelles a faire rêver. Puis une nouvelle démonstration à l’épée pour s’offrir deux nouveau trophée. Certes à Istres, les présidences sont parfois généreuses mais samedi, personne n’a boudé son plaisir.

Leo Valadez, le jeune Mexicain qui nous revient avec des envies de victoire fut un instant le roi de cette fête. Un excellent tercio de cape et dans les quites qui suivirent ce fut une palette de figures enluminées, certes très mexicaines, mais séduisantes. Il poursuivra à la muleta par une séquence châtiments cherchant le sitio en citant de loin. Mais si par moment il était débordé il sut chaque fois rectifier la situation par des séries conclues par des pechos. Belle estocade pour un premier pavillon.

Même s’il aborda, lui aussi, le registre de l’émotion, il ne peut continuer sur sa lancée et malgré une passe changée dans le dos, à genoux au centre de la piste… il fut souvent obligé de rompre. Un petit cafouillage avec l’épée l’obligea à se retirer déçu.

Il y eut aussi dans cette course le cas Sébastien Castella. Avec cette corrida de Victoriano et ses dernières sorties à Madrid on a l’impression que le torero traverse un mauvais moment. Hier avec son premier adversaire, il fut parfait, mais pas extraordinaire. Des véroniques parfaites, des quites par chicuelinas à couper les souffle. Et par la suite, à la muleta on l’a vu plusieurs fois reculer, se replacer, chercher le sitio sans véritablement pouvoir dominer. Ce n’est pas son habitude. Une grande estocade sauvera ce premier passage. Il revient dans un style plus accrocheur, premières passes aux planches, des desplante, il touche la pointe des cornes de son adversaire, prend des airs et des statures de fakir. Il devra se contenter de saluer. On souhaite revoir très vite au mieux de sa forme le Sébastien Castella que nous aimons tous.

Jean Michel Dussol

Photographies Bruno Lasnier

https://feria.tv/video/4409/istres-grand-triomphe-de-christian-parejo/

Feria d’Istres : novillada. Le baroque et le classique Marco Perez triomphe.

Istres. Samedi matin, 15 juin, demie entrée, temps couvert mais température agréable, une heure quarante de spectacle. Quatre novillos de Juan Pedro Domecq, bien présentés, tous une pique prise avec bravoure et nobles à la muleta.

Nino Julian (violet et azabache), au premier, trois pinchazos, une entière et deux descabellos, un avis, salut ; au troisième, un pinchazo, une demi lame, une entière, cinq descabellos, avis, silence.

Marco Perez (rose et or souligné de noir), au deuxième, une entière, deux oreilles ; au dernier, trois pinchazos, une entière, avis silence.

Animation musicale, Chicuelo II, Gilles Raoux parmi les assesseurs.

Nino Julian

Marco Perez

La rencontre du baroque et du classique… on pourrait par cette phrase résumer la novillada de la feria d’Istres. Elle s’est jouée avec quatre merveilleux novillos de Juan Pedro Domecq, certains relativement lourds. Nino Julian ouvrait les hostilités… Le baroque depuis ses premiers pas en novillada sans picadors, ce garçon a compensé son manque de technique taurine par le courage et la volonté. Mais un jour, a-t-il pensé que la corrida est aussi une affaire de style et de bon goût. Son courage lui a fait poser les banderilles, mais il revenait en marchant comme un soldat tapant les pieds. Il a pourtant signé quelques belles véroniques et vinrent comme par hasard deux ou trois jolies trincheras. Le reste n’était que chaos et brouillon ajoutons à cela deux mises à mort calamiteuses et l’on a retrouvé le Nino des débuts qui pourtant avait fait de très gros progrès. Le poids de la course était sûrement trop lourd, car Marco Perez est l’étoile montante chez les novilleros.

Avec lui on a trouvé un garçon très classique toréant avec calme et précision. Après être entré pour une grande série de véroniques, on le retrouve dans des derechazos après une folle passe changée dans le dos. Il y aura même un moment où il semble arrêter le temps avec d’interminables naturelles très lentes et basses comme caressant le sable. Ajoutons un coup d’épée et tout cela lui vaudra sans conteste les deux oreilles. Il fut encore très classique lors de sa deuxième sortie, malheureusement elle se termina par un échec à la mort.

En plus de ces deux trophées, Marco Perez remporta le prix de la ville d’Istres. Alors que Nino Julian effondré quittait les arènes au bord des larmes. Il savait qu’en cette matinée il avait perdu beaucoup. Marco, en triomphe, visage barré par un large sourire avait gagné une nouvelle étape dans sa suprématie de jeune torero.

Jean-Michel Dussol

Photographies Bruno Lasnier.

https://feria.tv/video/4408/istres-marco-perez-simpose-dans-son-mano-a-mano-avec-nino-julian/

Istres : Triomphe de Luque et Jimenez, Thomas Joubert coupe une oreille

Photo Bruno Lasnier

Istres. Première corrida de feria, plus de trois-quarts d’arène, temps nuageux et par moment frais, un peu de vent, deux heures trente de spectacle. Trois toros de Jandilla, premier, deuxième et sixième et trois Vegahermosa. Tous une pique, prise avec une honnête bravoure, certains compliqués à la muleta mais jamais intoréables.

Daniel Luque (orange et or), au premier, une entière, une oreille ; au quatrième, une entière, un descabello, avis, deux oreilles.

Daniel Luque

Thomas Joubert (bleu et or), au deuxième, deux pinchazos, une entière, un avis, salut ; au cinquième, une entière, une oreille.

Thomas Joubert

Borja Jimenez (vert et or), au troisième, une entière, avis, deux oreilles ; au dernier, trois pinchazos, une entière, avis, silence.

Borja Jiménez

Présidence. C. Buttet, assesseur, L. Floret et Gilles Raoux. Cavalerie Bonijol. Musique Peña Chicuelo II

La sortie en triomphe des deux toreros les plus en vue de l’escalafon Espagnol prouve tout l’intérêt de cette première corrida de la feria d’Istres. Pour Daniel Luque et Borja Jimenez un succès de plus… Mais dans cette corrida où les Jandilla (un deux et six) et les Vegahermosa se partageaient les sorties du toril on aurait pu espérer un éclat de plus. Un peu plus de présence des élevages aurait apporté beaucoup à cette course.

Mais ne renions pas notre plaisir ce fut un agréable moment de tauromachie, dans lequel Thomas Joubert après nous avoir fait passer un grand frisson retrouvait toute sa personnalité et sa technique avec son second adversaire. Après un tercio de cape trop classique et sans invention on trouvait à la muleta un garçon calme, posé et serein qui rapidement trouvait un temple parfait. Mais cette tauromachie qui aurait pu paraître superficielle témoignait d’une belle domination. Il donnait le maximum avant de conclure d’un splendide coup d’épée. Une oreille, parfaite récompense, d’une tauromachie sans prétention mais particulièrement séduisante. A son premier adversaire, il avait salué après une mise à mort difficile.

Daniel Luque reste le grand maître. Mais avec son premier Jandilla il avait présenté un service minimum. Certes de splendides statuaires d’ouverture pour déclencher la musique avant de s’attarder sur quelque naturelles volées à un toro s’épuisant. On le retrouvera dans des quites séduisant avec le deuxième Vegahermosa avant d’ouvrir une faena en mode lent sur des derechazos prémices à de somptueux changements de mains. Soudainement il active sa faena avant de donner une excellente leçon de dominio. Une entière et un descabello pour faire tomber deux oreilles du palco.

Mais en ce vendredi d’ouverture, Borja Jimenez n’était-il pas la vrai vedette du Palio ? encore auréolé de son titre de triomphateur de la San Isidro, on retrouvait le torero d’école, parfait dans ses véroniques de début. Il signait une belle faena sur les deux mains et plusieurs fois venait danser sur les cornes du toro. Toréant parfois de manière superficielle il savait faire plaisir à son public. Certes une belle épée, mais cela valait-il les deux oreilles immédiatement décernées ? L’avenir prouvera le bien fondé de la décision. Tout d’abord obliger Luque à se battre et surtout ne pas avoir à prendre une décision avec le dernier bicho… difficilement mis à mort. Et pourtant, cette dernière faena était largement supérieure à la première, diversifié, ornée de trincheras, toujours dans le bon sitio. Oui Borja Jimenez méritait de sortir en triomphe avec Luque… Mais on était nombreux à regretter que Thomas Joubert n’ait pas rencontré un peu plus de réussite.

Jean Michel Dussol. Photographies Bruno Lasnier

Galerie photo Bruno Lasnier

Captieux : Tristan Barroso se distingue

Captieux, dimanche 2 juin. Lleno sur les gradins. Trois premiers novillos de La Golosina, de petit format, nobles, surtout le second, mais faibles et trois de Jalabert, avec plus de volume mais manquant de race.

Jarocho : oreille sans à peine pétition et salut.

Tristan Barroso : oreille et silence après avis.

Tomás Bastos : silence et silence.

Sur le papier, il aurait pu y avoir une belle rivalité entre trois des novilleros les plus intéressants de l’actualité. Mais malheureusement et malgré l’idée originale de confronter les deux fers de la famille Jalabert, celui de Juan Bautista, « La Golosina » et celui de son oncle Marc, « Jalabert », les toros n’ont pas permis aux novilleros de pouvoir vraiment s’exprimer. Plus nobles ceux de La Golosina, en particulier le second qui fut un bon novillo mais faible sur ses pattes, et manquants de fougue, de piquant, de bravoure ceux de Jalabert.

Malgré tout on a pu voir un novillero se distinguer : Tristan Barroso. Par sa conception de la tauromachie, sans doute influencée par son mentor Emilio de Justo, par la profondeur de certaines ses passes, par son engagement et son enthousiasme juvenil. Il y eut de beaux passages et s’il était parvenu à bien tuer, il serait sorti en triomphe.

Petite déception avec Jarocho, dont on attendait beaucoup après son triomphe madrilène. Quelconque devant son premier, trop frileux, s’il est vrai qu’il parvenait parfois à enchaîner les passes, son toreo était toujours à distance, avec trop de précautions. Il réussit à intéresser par moments son novillo de Jalabert mais sans trop d’écho sur les gradins.

Tomás Bastos aura laissé une meilleur impression au dernier de la novillada, où il s’est  montré tenace et a réussi à conecter avec le public lors des deux séries finales.

Signalons pour finir la très belle entrée, le « lleno » dans ces belles petites arènes girondines.

Gallerie Photos Bruno Lasnier

Le matin, novillada non piquée, et présentation en habit de lumières de Léo Pallatier, fils du peintre Loren. Très vert, il a quand même réussi à dessiner quelques naturelles de bon aloi. Plus intéressante a été la prestation du novillero de l’école de Badajoz, Julio Mendez, qui a déjà un certain bagage, une esthétique variée mais auquel il manque encore de l’engament, il faudrait qu’il s’arrime un peu plus. Novillos du fer français « La Espera », corrects de présentation, nobles mais faibles. Il y eut un tour de piste excessif au troisième et dernier novillo. 

Julio Mendez

Léo Pallatier

Texte Antonio Arévalo et photographies Bruno Lasnier

Replay TV : Toro d’Alcurrucen gracié par Gomez Del Pilar

A voir en replay sur Castilla La Mancha Media Toros sur internet.

Arène de Orgaz (Toledo) España dimanche 26 mai 2024 – Toros de Alcurrucén, le cinquième gracié par Gómez del Pilar. Esaú Fernández, oreille et oreille, Gómez del Pilar, oreille et “indulto” et Álvaro Alarcón, silence et silence.

Page 1 sur 5

© 2024 Corridasi - Tous droits réservés