Catégorie : non-classé Page 1 sur 88

Andalousie, annulation de Santisteban del Puerto

La Junte d’Andalousie vient d’interdire le festejo prévu ce dimanche à Santisteban del Puerto au cartel étaient annoncés le rejoneador Diego Ventura et les matadors de toros Enrique Ponce et Curro Díaz. Toros de Luis Terrón pour rejones et Sancho Dávila pour la lidia à pied.

Ramon Valencia le directeur des arènes de Séville a déclaré qu’une féria d’automne était prévue mais qu’elle ne pourrait avoir lieu en raison des incidents du Puerto de Santa Maria.

Villaseca de la Sagra suspend l’ « Alfarero de Oro »

La mairie de Villaseca de la Sagra a suspendu le XXI Certamen de Novilladas Alfarero de Oro pour novilleros avec picadors programmé du 9 au 13 septembre les fêtes traditionnelles seront également suspendues en raison de la pandémie de covid-19.

Añover del Tajo

Les novilleros qualifiés pour « Los raices del toreo »

 
Voici les points obtenus par les novilleros qui ont participé au certamen « Los Raices del toreo » qui s’est déroulé à Carmona sous la houlette de Tomas Campuzano:

CRISTOBAL REYES…15 Points

KIKE DE FRANCIA… 15 Points

GARCÍA CORBACHO…22 Points

ELOY HILARIO… 20 Points

“EL CHORLO”… 48 Points

EMILIO SILVERA…37 Points

Le jury était composé de Rafael Valenzuela (Asociación Antiguos Alumnos EMTJ), Antonio Ramirez (Matador de toros de Carmona), Fernando Artesiano (Aficionado Taurino, de Ecija), David Márquez (Comentarista y periodistas taurino), Antonio Fernandez (La Taberna de Arjona, Sevilla), Manuel Martínez (Exnovillero de Carmona) y Carlos López (Director de Toroflix).

Sont donc qualifiés pour la finale: El Chorlo, Emilio Silvera, Garcia Corbacho et Eloy Hilario le 11 de Septembre avec des novillos de la Ganadería de AGUADULCE en la VENTA  » EL TENTAERO de Carmona. Elle sera télévisée sur Toroflix.  

Bataille à Fuengirola

Plaza de toros de Fuengirola (Málaga). Jeudi. Nocturne. Lleno de la jauge autorisée.

Toros de Manuel Blázquez, le second comme sobrero.

ENRIQUE PONCE, oreille et oreille.

 EMILIO DE JUSTO, ovation et oreille.

FORTES, silence après avis et silence.

Morenito de Arles et José Manuel Pérez Valcarce ont salué au cinquième.

Personne ne s’attendait à ce type de corrida dans une arène de troisième catégorie. Corrida bien présentée, et armée sérieusement sauf le second, sorti comme sobrero. Ce dernier, noble fut le seul à ne pas poser de problèmes. Le premier avait une bonne corne droite. Les quatre autres ont développé du sentido, du genio, mettant les toreros sur la défensive et ne permettant pas les envolées attendues. Le sixième manso sin casta était intoréable.

Image

Il fallait donc s’accrocher et c’est justice de dire que les trois toreros le firent avec cette verguenza torera qui fait la véritable beauté de cette profession. Enrique Ponce, évolua dans un premier temps dans son registre traditionnel, sans surprise véritable. Il se retroussa les manches à son second passage, n’esquivant aucun des mauvais sentiments de son adversaire. Il se battit comme un jeune homme qui a tout à prouver lui qui a obtenu toutes les récompenses possibles. C’est assez admirable… Faena accrochée, en s’engageant sur les deux côtés, finissant par soumettre le morlaco achevée d’une entière. Son entraga aura convaincu les plus réticents : il en a encore sous la semelle. c’est justice de le reconnaître.

Image

Après avoir gâché à l’épée une faena de deux oreilles exécuté avec classe et temple au seul toro qui se laissait faire, dopé par la prestation de Ponce, Emilio de Justo partit la bataille contre le dur cinquième. Il s’arrima comme il sait le faire en prenant un maximum de risques: travail décousu et compromis parfois mais émouvant et conclut par un estoconazo. L’ensemble fut justement primé. Ainsi c’est l’ancienne version d’Emilio (celle du combattant généreux) qui aura triomphé… Ce n’est sans doute pas ce qu’il souhaitait.

Image

Fortes dont c’était le grand retour écopa du mauvais lot: un duo catastrophique, le dernier surtout, véritable alimaña. Il resta digne dans l’adversité. Il occit ses deux adversaires rapidement et sans trembler. Que pouvait-il faire de mieux? Le torero malagueño -et ses fans- rêvait sans doute d’un retour plus glorieux mais ce sont les toros qui décident, le reste n’est que littérature. Il n’a pas perdu la guerre à Fuengirola même si la bataille fut dure.

Paradoxalement, cette angoissante soirée crédibilise cette temporada bis montée par la volonté d’Enrique. Il ne s’agit pas forcément d’une simple promenade de santé…

Pierre Vidal

La corrida de Ronda suspendue

Alors que les choses semblaient s’arranger en Andalousie, région favorable à la tauromachie, la Junte de la Région a imposé des normes sanitaires très dures. Elles sont motivés par le regain de cas de Covid en Espagne en général et en Andalousie aussi avec de nombreux clusters à Séville notamment. Elles sont dues aussi au déroulement de la corrida du Puerto de Santa Maria où pour les autorités les normes sanitaires exigées n’ont pas été respectées.

Anoet, l’association qui rassemble les impresarios a d’ailleurs condamné l’organisateur de la corrida en soulignant à juste titre dans un communiqué: « que les faits qui se sont déroulés au Puerto ont fait un mal terrible à la tauromachie, suscitant de nombreuses critiques (…) Ils ont conduit les administrations à prendre des mesures restrictives, rendant invivables la réalisation de spectacles programmés ».

Plaza de toros de Ronda, Malaga - Andalousie (Espagne)

Résultat de l’irresponsabilité de l’empresa « Lances de Futuro » de nombreux projets vont tomber à l’eau et parmi eux le premier et le plus symbolique la corrida de Ronda qui vient d’être suspendue. La seconde corrida prévue au Puerto a été interdite, purement et simplement. Cela va donc coûter très cher à l’ensemble du monde taurin et des projets supplémentaires vont être annulés. Les taurins ont toujours eu le chic de se tirer des balles dans le pied dans des moments cruciaux.

ANOET appelle ses adhérents à appliquer strictement les mesures sanitaires en vigueur et « à montrer une fois de plus le sérieux et la grandeur de la fiesta ». Ces faits très concrets devraient faire réfléchir les aficionados, qu’ils soient professionnels ou non, espagnols et français. Attention! On nous regarde…

Pierre Vidal

PS Pour le moment, la corrida de Miura de Sanlucar est maintenue bien que la jauge sera de 1000 spectateurs, grâce à la venue des caméras de Movistar. La novillada qui doit s’y dérouler aussi car elle est subventionnée et télévisée sur Canal Sur. Encore une fois: merci la télé…

Les qualifiés des écoles taurines andalouses

Journée Campera

byc07h

Les Victorinos télévisés

Justice pour Eloy Hilario!

Pourquoi Eloy Hilario, de l’école taurine de Sanlucar de Barrameda novillero expérimenté et reconnu a-t’il été éliminé du certamen de novilladas piquées qui va se dérouler en Andalousie ? Du côté du coso del Pino on s’interroge. Selon l’ABC Séville le choix a été fait sur tirage au sort à partir d’une liste élaborée par l’ Asociación de Escuelas Taurinas «Pedro Romero», dans cette liste on trouve des novilleros qui débuteront avec les chevaux à cette occasion et d’autres qui avaient annoncé qu’ils voulaient abandonner la profession. C’est sur cette base « maladroite » que Eloy Hilario a été éliminé alors même qu’une de ces novilladas se déroulera à Sanlucar. C’est un coup très dur pour le Sanluqueño qui a beaucoup de mérite, du talent et un moral d’acier. Une solution avancée serait de mettre quatre novilleros ce jour-là.

Bien sur, on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs et on ne saurait trop féliciter la junta de Andalucia d’avoir monté ce certamen de novilladas piquées aux dates suivantes: Aracena (23 août) bétail de Espartaco; Sanlúcar de Barrameda (29 août) bétail de Rocío de la Cámara, Antequera (14 septembre) Domínguez Camacho. Finale en Úbeda le 27 septembre 6 novillos de Guadalmena.

Page 1 sur 88

© 2020 Corridasi - Tous droits réservés