Catégorie : non-classé Page 1 sur 46

Résultat du festival taurin de Huelva

Curro Diaz ovation

El Cid deux oreilles

Fandi oreille

Cayetano oreille

David de Miranda une oreille

Novillero Carlos Tirado une oreille

Don Benito: festival pour le jour de l’Estrémadure

“Vamonos ! sur le chemin du Rocio”

Flamenco

Bonnes nouvelles d’Hector Gutiérrez

•Blessé gravement à Mexico, touché à la fémorale le mexicain récupère avec succès de la forte cornada. Après une nuit passée avec douleurs mais sans fièvre, la blessure évolue normalement. Gutiérrez se montre surtout déçu de ne pas avoir pu continuer la lidia et de tuer le toro alors qu’il avait demandé l’épée pour le faire. L’hémorragie importante fit que son entourage lui imposa de partir à l’infirmerie. Aucunement amer mais surtout fier d’avoir pû montrer sa tauromachie face à un bon toro, le mexicain se tourne déjà vers l’avenir et sa récupération. Il devrait quitter l’hôpital mercredi prochain.

Au Pedro Romero

Clemente à Pouillon

Jairo Lopez deux oreilles, gagne la competencia dans les arènes de Arzacq-Arziguet

Présidence : Frédéric Marcel, assesseurs : Pascal Bouneau-Lavedan & Samuel Long

Public : remplissage à 90%

Musique : La Lyre Arzacquoise

6  novillos des frères Gallon

Bruno Martinez ( E.T Huesca)    : applaudissements et une oreille

Tomas Bastos     ( E.T Badajoz)  : une oreille et applaudissements et un avis   

 Prix de l’union des clubs taurin et des critiques taurin 

Jairo Lopez.    (E.T Citar Madrid) : silence et deux oreilles après avis et demande de vuelta du novillo par une partie du public Prix de l’Acosso

Sortie en triomphe de Jairo Lopez

Cette année la Ganaderia présente un ensemble avec un trapio homogène et de tête désigual. Tout au long de la course, on a eu un lot avec de la noblesse, une charge courte et de l’exigence. Le quatrième a eut un comportement légèrement manso et avisé.

Naturelle de Bruno Martinez

Bruno Martine sur son premier toro, le novillero effectue de jolies véroniques particulièrement appuyées à la cape. Les derechazos sont compliqués à effectuer, car le toro passe mieux à gauche qu’à droite. Les naturelles, qu’il effectue, sont plus appuyées. Le public l’encourage avec des applaudissements et la musique retentie. Au fer, il met une épée entière. Une pétition minoritaire  ne le récompense pas.

Face à son second toro tête haute Bruno Martinez a su montrer sa technique qui répond correctement aux sollicitations du toro . Des olés raisonnent lors du premier tiers. À la muleta, il appuie sur les derechazos ainsi que sur les naturelles afin de le fixer dans la muleta pour obtenir une oreille.

Tomas Bastos lors de la pose de banderilles
Tomas Bastos est vivement attendu après une bonne temporada 2023, dans le premier tiers le novillero a tendance à être légèrement dominé. Une de ces qualités et de poser les banderilles sur ses deux toros. Plein centre avec la muleta, il enchaîne de belles séries de derechazos. Il n’insiste pas trop sur la gauche. Il exécute un très joli changement de main. Sur sa première tentative il pinche et mets une épée engagée sur le second. Le président agite le mouchoir sur une pétition légèrement majoritaire.

Tomas Bastos n’exploite pas son second toro. Il exécute une faena propre qui ne porte pas sur le public. Il fait une série de naturelles. Les derniers derechazos sont plus profond qu’en début de faena. A l’épée, il est obligé d’utiliser le descabello. Il reçoit des applaudissements du public.

Derechazo de Jaire Lopez sur son second novillo


Jairo Lopez  : son premier novillo est un peu manso. Dans le premier tiers, il se fait prendre deux fois à la cape. Comme son prédécesseur, il pose les banderilles. Il fait de remarquables séries à droite et se fait prendre à deux reprises quand il attaque les naturelles. Sans convaincre, il n’a que le silence comme récompense.

Sur son second novillo le jeune Mexicain montre un tout autre visage. A la cape, il fait une série de lopesinas qui réveille le public. Aux banderilles, il exprime encore plus son talent que lors de son premier passage. Contrairement à son premier novillo, il trouve le sitio et la bonne distance. Il exploite la qualité de noblesse du novillo sur la droite comme à gauche avec de la profondeur lors de la faena. Cela transmet au public. Une épée entière légèrement de travers n’empêche pas le public très majoritairement de demander l’oreille. Le palco résiste plusieurs minutes avant de lâcher la seconde. Une partie du public demande vuelta qui n’est pas accordé. Le public sort ravi de cette première journée en attendant de se retrouver à Magescq.

Photos Roland Costedoat

Texte E.C

Décès d’Emilio Oliva

Le matador de toros Chiclanero Emilio Oliva Baro vient de décéder. Il était bien connu en France et notamment dans le sud-ouest où il était apparu dans de nombreuses confrontations sérieuses et rudes à Saint-Sever ou Roquefort notamment car il avait fait une carrière de novillero puntero avec une réputation de torero solide et courageux. Son père Emilio Oliva Farnell né en 1936 prit l’alternative en 1962. Il comptait deux frères matadors de toros Abel et David. Emilio avait pris lui l’alternative  le 19 mars 1985, au Puerto de Santa María (Cádiz). Parrain: Rafael de Paula. Témoin : José Luis Feria, Galloso. Toros de Gabriel Rojas (3 oreilles). En 1986 il avait toréé 51 corrida avant de partir en Colombie. Après une carrière faite de hauts et de bas, il était réapparu en 2006 à Chiclana sans succès. C’était un homme charmant et facile d’abord. A sa famille de Chiclana, nos sincères condoléances.

VENEZUELA Talavante triomphateur absolu de la feria de Merida

La Commission Taurine de la Mérida (Venezuela) a officialisé la liste des triomphateurs de sa Feria del Sol 2024. Alejandro Talavante en ressort grand gagnant. Les principaux prix sont les suivants :
•Meilleur torero local: Jesús Enrique Colombo.
•Meilleure ganadería: Juan Bernardo Caicedo.
•Triomphateur de la Feria: Alejandro Talavante.
•Meilleure faena: Alejandro Talavante.
•Meilleure estocade: Francisco de Manuel

Page 1 sur 46

© 2024 Corridasi - Tous droits réservés