Que fais tu demain matin ? Une journée taurine ordinaire à Jerez de la Frontera.

Javier Pérégrino et Myriam Cabas après le tentadero. Photo JD

Dix heures du soir ce samedi, le téléphone sonne « que fais tu demain matin » me demande Rafael Valenzuela président de la Fondation Cultura Taurina de Jerez, «  rien de spécial » répondis-je «  parfait tu viens avec nous au campo ». Huit heures du matin et nous voilà partis en compagnie de deux autres anciens toreros Chotesco et Henrique qui fit partie des équipes de Talavante et Jose Tomas,. sur la route des toros en direction de Médina Sidonia . Quelle meilleure compagnie pour profiter d’une matinée de toros !

Nous arrivons à la finca de Juan Torres, La Canaleja, pour un tentadero. Au programme quatre vaches d’encaste Domecq et Nunez la première une anora pour un tout jeune « nino prodigio » de la province qui, ma foi, donna une bonne faena à une becerita de très grande noblesse, même si l’animal était à la taille de son tout jeune torero.

Les choses furent plus sérieuses pour les adversaires de Xavier Pérégrino et Myriam Cabas avec deux vaches de bon trapio. La première vache vint trois fois au cheval et la dernière depuis la porte du toril avec une alegria certaine. Pérégrino s’accorda parfaitement avec son exceptionnelle noblesse et donna une faena très templée toute en douceur bien dans son style. L’animal fit montre d’une très grande noblesse et d’une caste certaine. Le jeune novillero jerezano se montra sous son meilleur jour alternant avec goût un toreo très sauve sur les deux bords.

Myriam Cabas qui est à quelques jours de se présenter dans la Real Maestranza de Séville, parut elle aussi très en forme devant une vache de grande qualité. Elle aussi fût très brave au cheval venant de loin au galop dans trois bons puyazos. Par la suite la vache ne se fatiguait jamais dans la muleta de Myriam qui put elle aussi profiter de sa noblesse extrême, un excellent entraînement avant ses futurs rendez-vous.

La matinée touche à sa fin autour d’un verre de fino, évidemment !! encore une bonne journée dans ce campo bravo béni des dieux pour tous le aficionados.

Jean Dupin

Alicante, décision contestée du palco

Plaza de toros de Alicante, Comunidad Valenciana. Dernière de la Feria de Hogueras 2024. 6412 spectateurs.

 Toros de Victorino Martín, le cinquième vuelta al ruedo.

RAFAELILLO, ovation et ovation.

MANUEL ESCRIBANO, oreille après avis et oreille et deux vueltas .

BORJA JIMÉNEZ, ovation et oreille.

Grande bronca au palco au cinquième pour avoir refusé la deuxième oreille à Manuel Escribano (ça tombe souvent sur lui! )

Tentadero sous la lune

LES FÊTES D’ARLES SONT AUSSI TAURINES !

COMMUNIQUÉ

LES FÊTES D’ARLES SONT AUSSI TAURINES !

L’Ecole Taurine du Pays d’Arles organise ce samedi 29 juin une Novillada Sans Picador à 19 heures dans les Arènes d’Arles.

4 jeunes novilleros prometteurs issus d’écoles espagnoles et françaises pour affronter 4 novillos de qualité de l’élevage de Frédérique et Alain TARDIEU.

Une invitation prestigieuse

Vainqueur du Trophée Sébastien Castella de Bellegarde, VICTOR a laissé une forte impression tant à Valence qu’à Nîmes ou Saint-Etienne-du-Grès. Le saintois sera le 18 juillet à Séville, seul élève d’une école taurine française retenu cette année pour le cycle de Novilladas sans Picador organisé par la Maestranza de Séville dans ses prestigieuses arènes. La chance aidant, il a le sérieux espoir de se qualifier pour la finale qui aura lieu le 25 du même mois : « ¡Suerte ! ».

Cette invitation hors tout système d’échanges (mécanisme par ailleurs très utile pour multiplier les opportunités des élèves d’écoles taurines) viendra compléter une saison où VICTOR a représenté et représentera l’école dans des arènes importantes  lors de la Novillada Sans Picador du 29 juin à Arles, à Saint-Vincent de Tyrosse le 27 juillet et Béziers le 16 août.

De cette manière il porte avec panache l’étendard du Pays d’Arles et prépare avec sérieux son passage dans la catégorie supérieure, tout en constituant un exemple à suivre pour ses camarades de l’école.

Rejoints tout récemment par Manuel FUENTES, Juan de MORENA, MATIAS, MATHIS MESSEGUER poursuivent une formation prometteuse au sein de l’école. Ils ont fait valoir leur envie de devenir torero à Alès, Vic, Manduel, Broca, Dions, Gimeaux, ou Arles et le prouveront encore à Tarascon (le 6 juillet), Pérols (4, 11 et 18 juillet), Riscle, les Saintes-Maries-de-la-Mer ou Saint-Martin-de-Crau.

Encore bécerristes, LISARES, BAPTISTE ou LUCA animent tientas et capéas publiques – ils le feront à Fontvieille le 22 août ou lors des prochaines Journées au Campo de l’école -intégrant progressivement ANDY, ENZO, YONIE, ELIAN ou Juanito de VALVERDE.

Grâce à l’aide des collectivités locales et en premier chef l’ACCM et la ville d’Arles et le soutien des aficionados, l’Ecole Taurine du Pays d’Arles demeure un des principaux lieux de formation préparant l’éclosion des toreros de demain. Elle poursuit, avec l’ensemble de ses élèves placés sous la direction du maestro Mehdi SAVALLI, son rôle de transmission d’une culture taurine à laquelle nos territoires sont si fortement attachés. 

Finales de la Copa Chenel samedi et dimanche

Luis David Adame, José Fernando Molina et Víctor Hernández sont les noms retenus pour la finale à trois de la Coupe Chenel qui aura lieu samedi 29 juin prochain à Móstoles. Ils affronteront un défi d’élevage ‘ Adolfo Martín et Zacarías Moreno, et concourront pour une place dans la finale à deux, qui aura lieu le lendemain dans la même corrida à Mostoleño avec une corrida dans laquelle les taureaux de Baltasar Ibán , Victoriano del Rio et Pedraza de Yeltes seront combattus

–S 29/06. Móstoles, Madrid – Finale à 3 de la Coupe Chenel. Luis David Adame, José Fernando Molina et Víctor Hernández toros d’Adolfo Martín et Zacarías Moreno

Et dimanche donc finale à deux. Toujours à Mostoles télévisée sur TVMadrid

Torrejón de Ardoz: blessure de Javier Gómez Pascual

Le banderillero Javier Gómez Pascual a été pris cet après-midi dans la ville madrilène de Torrejón de Ardoz alors qu’il était en train de banderiller le premier taureau de l’après-midi d’El Pilar. Le subalterne se réfugiait dans les planches lorsque le taureau l’a fait à sa place, le blessant à la jambe gauche. Le rapport officiel révèle qu’il souffre d’une « blessure par corne de taureau à l’extérieur de la jambe gauche d’environ 20 cm avec une trajectoire ascendante et descendante avec saignement actif ».

Par ailleurs voici le résultat de la corrida:

Plaza de toros de Torrejón de Ardoz, Madrid. Deuxième de la Feria Taurina 2024. Trois quart.

 Toros de El Pilar.

 CAYETANO, palmas et deux oreilles.

BORJA JIMÉNEZ, deux oreilles et silence.

GINÉS MARÍN, silence et palmas.

Badajoz: nouveau succès de Perera

Plaza de toros de Badajoz. Deuxième de la feria.

Toros de Núñez del Cuvillo. 

MIGUEL ÁNGEL PERERA, deux oreilles et deux oreilles

JUAN ORTEGA, ovation et ovation

ROCA REY, oreille et ovation.

Madrid

Plaza de toros de Las Ventas de Madrid. Corrida de toros. Moins d’un quart. 7445 spectateurs.

Toros de Valdefresno.

MORENITO DE ARANDA, silence après avis et vuelta al ruedo après avis.

FRANCISCO JOSÉ ESPADA, vuelta al ruedo et silence après avis.

JUAN DE CASTILLA, palmas après avis et vuelta al ruedo.

Alicante, les adieux de Ponce

Plaza de toros de Alicante. Septième de la Feria de Hogueras 2024. 8.124 spectateurs.

Toros de Daniel Ruiz.

ENRIQUE PONCE, oreille et oreille après deux avis et deux vueltas al ruedo

DAVID GALVÁN,  oreille après avis et oreille après avis

TOMÁS RUFO, ovation et deux oreilles après avis

Juan Carlos Rey et David Pacheco ont salué au 3ème. Sergio Blasco et Fernando Sánchez au sixième.

SAINT-SEVER : LE NOUVEAU VENU TRIOMPHE

Plaza de toros de Saint-Sever corrida des fêtes. Lleno de ‘No hay billetes’.

Toros de Santiago Domecq

SEBASTIEN CASTELLA, lilas et argent: palmas et oreille

DANIEL LUQUE, framboise et or: silence et saluts

FERNANDO ADRIÁNneige et or: deux oreilles et oreille

Une minute d’applaudissements à la mémoire de Thierry Dupouy membre de la commission taurine a été observée avant le paseo.

Sébastien Castella a brindé son premier toro à Michel Bertrand cheville ouvrière de l’organisation.

Fernando Adrian a brindé son second toro à Sébastien Castella.

Second lleno consécutif dans les arènes du Cap de Gascogne avec une nouvelle sortie en triomphe, celle de Fernando Adrian nouveau venu dans le sud-ouest. L’épilogue du rendez-vous Saint-Séverin est donc positif et l’ambiance générale était à la satisfaction sans équivoque. On ne saurait être plus royaliste que le roi, car aux cassandres il faut le rappeler : le but de ce genre de manifestation est au final de donner du bonheur aux gens.

Le lot de Santiago Domecq homogène et dans le type était de petit gabarit et discret de tête, il venait, précédé d’une réputation flatteuse aux vues de ses dernières prestations mais Morlanne n’est pas la Maestranza ; faut-il le rappeler ? Au moral, l’ensemble a été noble et mobile. Il a manqué de transmission et de force, donnant peu d’émotion au bout du compte. Le troisième a été le plus complet. Le cinquième s’est vite arrêté et le sixième auteur d’une superbe pique s’est tourné rapidement vers les planches.

A Sébastien Castella il faut une opposition plus rude pour donner la plénitude de son toreo technique, dominateur et sur de lui-même. Il fut donc quelque peu discret mais toujours précis, un peu trop à son aise sans doute. Il eut cependant d’excellents passages surtout face au second de ses opposants. Il l’accueillit par des véroniques très templées qui furent les meilleures de la tarde puis son début de faena emporta l’adhésion : immobile en citant de loin le Santiago, lui donnant ainsi une importance qu’il n’avait pas.

Mais la faena dura -ce qui est rare chez lui- et elle ira à menos. Il tua l’animal d’une entière et une pétition minimale lui permit de couper un trophée. Il avait occis le précédent avec une difficulté inhabituelle de sa part.

Daniel Luque hérita du mauvais lot mais le torero de Gerena ne fit pas l’effort nécessaire pour convaincre. Un quite vulgaire par chicuelinas donné d’emblée laissait présager du pire : la faena qui suivit fut sans entrain, sur le voyage, décentrée et conclue maladroitement à l’épée. Le cinquième n’avait guère d’avantage. Voyant que l’animal n’avançait pas Daniel raccourcit les terrains sans réussir à connecter avec les gradins. Sans doute aura-t-il à cœur de briller samedi à Mimizan où il est une sorte d’invité d’honneur afin de redorer un blason qui brille au firmament de l’aficion gasconne. C’était un jour sans… Il paraît qu’il a un aller-retour express au Pérou dans son agenda. Ceci expliquerait-il cela?

Nouveau venu à Saint-Sever mais certainement pas inconnu des aficionados, Fernando Adrian a fait la bonne affaire du jour en sortant en triomphe de Morlanne. Il le doit à son entrega et par exemple à ce début à genoux au centre de la piste lors de son premier passage. L’animal s’y prêtant il dessina une faena engagée, agréable à voir et qui connecta avec les gradins. Une entière légèrement tombée et la mort rapide de l’animal lui permit de couper deux oreilles. Il ne put garder le sixième au centre de la piste, le Domecq cherchant rapidement les planches. Il y eut néanmoins quelques séries brèves mais cadencées et une mort (en deux temps) suffisamment rapide pour qu’il coupe un troisième trophée. Rematant par le haut la tarde, car tout est bien qui finit bien…

Pierre Vidal

Photographies Bruno Lasnier

Page 1 sur 187

© 2024 Corridasi - Tous droits réservés