San Isidro jeudi : la tarde de tous les dangers.

Plaza de toros Palacio de Vistalegre (Madrid). Jeudi. Première corrida de la Feria de San Isidro. 1/3 de l’aforo autorisé.

6 toros de El Pilar, . 

LÓPEZ SIMÓN, ovation et ovation. Il a été sèchement pris à son second passage; sans blessure apparente.

ÁLVARO LORENZO, silence après avis et oreille après avis.

GINÉS MARÍN, silence après avis et oreilles après avis.

‘Mambrú’ a salué au premier, Jesús Fernández, au quatrième et Rafael Viotti au cinquième. 

Lot de toros bien dans le type, armés correctement, trapio à peu près identique pour tout le lot.Sans caste ni race. Tous nés en avril 2016, les toros , 4 colorados et 2 negros, se sont montrés faibles au cheval et aucun n’a pris deux piques.

Bel investissement des subalternes. « Mambru » a salué. Jésus Fernandez pris par le 4eme toro après une pose risquée a salué . Rafael Viotti a été ovationné pour deux paires de banderilles impériales .

Ce ne fut pas une partie de plaisir que ces toros offrirent au cartel de toreros courageux et audacieux de ce soir. Lopez Simon a sans doute essayé le maximum mais avec ces toros compliqués il subit plus qu’il n’imposa, j’allais dire plus qu’il ne toréa. Faibles au cheval , ses deux adversaires avaient du trapio et assez de vice pour envoyer en l’air le madrilène assez vilainement à son second adversaire alors que le premier l’avait déjà soulevé au mollet . Jamais à la bonne distance , Lopez Simon fit tout ce qu’il put de très près, mais sans ne convaincre vraiment ni les toros ni le public. A son second on vit un beau toro castaño à tête haute et très sombre, ojinegro, de 545 kgs. L’animal , peut- être pas assez piqué envoie le matador très haut en le projetant d’un coup de corne rigoureusement entre les cuisses et en le recherchant au sol. Une épée caïda, mais aussitôt un splendide descabello. Salut au tiers.

Une bonne pique de Juan Bernal permit à Alvaro Lorenzo de livrer combat à ce toro sérieux dont il fit offrande au public. Mais le bicho alla à menos, distrait, il refusa la faena que Lorenzo voulut construire. La corne toucha la cuisse du matador lors de l’estocade, un pinchazo et une entière d’effet immédiat. Silence mêlé de quelques applaudissements. Toro sorti sous quelques sifflets à l’arrastre.

Le plus toréable des six échut en cinquième position au torero de Tolède qu’il brinda au public. Faena appliquée mais sans grande transmission Alvaro Lorenzo s’essaya , épée jetée, à un final par Luquesina, sans résultat, le toro peu docile à ce genre d’exercice ne s’y prêtant pas. Bonne épée efficace, 1 oreille

Les meilleurs moments de cette première corrida de San Isidro on les doit à la toreria ferme et élégante d’un Gines Marin en grande forme. Il sut garder le troisième , negro,près de lui pour délivrer des capotazos magnifiques. Un seul puyazo rectifié par le piquero ,équivalent de deux piques.

Gines fit un quite plein de classe et de douceur avec remate à une main qui déclencha une belle ovation du maigre public.Une fois de plus on insistera sur l’importance de Rafael Viotti dans l’équipe de Gines Marin.Il fut parfait à la brega.Toro tardo, après son brindis à Lopez Simon, Ginés tente de construire une faena que le toro refus et n’acceptera de bonnes séries que juste avant l’épée. Pinchazo, 1avis, entière. Salut au tiers.

Enfin vint le 6ème, que Ginés reçut par des veronicas splendides. Une pique donnée par Guillermo le père de Ginés Marin. Quite par chicuelinas très ajustées . Confiant dans la corne gauche le matador de Jerez exploite à fond son art des naturelles , donnant ainsi une faena presque toute de la main gauche. Du courage, de l’art, une manière très personnelle de faire vibrer les qualités de ce toro difficile, on ne put que demander l’oreille de ce colorado de 562 kgs, long et fort estoqué d’une entière bien en place et d’effet rapide. 1 Oreille.

J’attendais de revoir Lopez Simon, hélas, toujours incimista, ce dernier n’a pas fait évoluer son toreo, déception parce qu’en réalité j’ai eu l’impression qu’il ne pourra pas changer son style , à trente et un ans maintenant. Alvaro Lorenzo fournit des efforts mais ne me touche pas , cela vient il des toros dont il a hérité ? Seul, une fois encore , avec une transmission « ultra chic » Ginés Marin a exposé son talent son audace, sa précision. En trois jours il aura coupé quatre oreilles à Madrid ! Olé Maestro !!

Jean François Nevière

Sanlucar: mano à mano Juli/Aguado le 6 juin

Image

Le cartel de la corrida de la feria de la Manzanilla de Sanlucar qui se déroulera le 6 juin prochain est connu il s’agit d’un mano à mano entre El Juli et Pablo Aguado, toros de Salvador Domecq. Sur la photo, Carmelo Garcia gèrent de ces arènes du « Coso del Pino » présente cette tarde.

Des Dieux des toros des hommes

Auteur : Jacques Lanfranchi, El Kallista

Après  » Pierre Schull, le réve brisé, Cornitologie et le Cercle Rouge, Jacques Lanfranchi « El Kallista » nous propose, par ce quatrième ouvrage, de découvrir le monde des Ex-votos . Son propos n’est pas éloigné des Tauromachies, bien au contraire, comme en témoigne la préface écrite par José Manrubia, matador de toros, plasticien : « La tauromachie comme l’ex voto vient raconter une histoire, le conte de miracle accompli. L’histoire d’une humanité naissante, hésitante et fragile, ayant pour seule arme disponible à sa survivance dans cet univers d’une férocité terrible et sauvage; l’intelligence. Cette impérieuse nécessité de survivre, déterminant l’homme à se dresser et regarder l’horizon. Se mettre debout pour scruter et comprendre la terre et par delà percevoir les étoiles. Comprendre les mystères de l’inconcevable s’en faire des alliés. L’ex-voto traduit cette recherche, le prodige de l’appel au Divin, la quête
d’une connexion directe auprès des forces cosmiques…. »

Nourri de nombreuses incursions en Provence, en Corse, en Espagne et surtout au Mexique, sur une durée de quatre ans, ce livre, haut en couleur (plus de 100) illustrations commentées) nous interpelle sur nos rapports intimes aux « entités » divines, surnaturelles ou familières. Les Toros y ont une place originale et peu décrite à ce jour. Format 230 x 170 mm, couverture 4 pages , pelliculage recto net, 72 pages sur papier offset 120 g, dos carré collé cousu, couverture rigide. Graphistes Associés Arles.
A compte d’auteur.
Sortie officielle le 1 mai 2021.
L’ouvrage dans de « futurs jours meilleurs » fera l’objet de soirées rencontres, de dédicaces !
Envoi : Jacques Lanfranchi 20 chemin de la redingote,13990 Fontvieille France
Tél 0643219020
Courriel : evelyne.lanfranchi@gmail.com, jacqueslanfranchi@orange.fr

Une parenthèse en or…

EL JULI

 Le 2 mai 2021, Las Ventas

Par Inca Virgo Arte

El Juli, en gesto triunfan en el festival de Albacete

Hier, il défrayait la chronique. Il déplaçait des foules subjuguées, séduites par ce torero franchissant le seuil de l’adolescence. Foules admiratives de la fougue de ce sans barbe qui, avec détermination technique, enthousiasme et passion, osait se mesurer à l’énorme quadrupède habillé de muscles nucléaires. Élève doué de l’école taurine de Madrid, il s’engageait avec caractère et fougue sur le sable des arènes, animé par la faim du champion…

La première fois que je le vis, subjuguée, je pensai : « Ce jeune torero a dans sa tête, la tête du toro ! » J’avais la sensation qu’il pensait comme le toro, une empathie qui l’amenait vers une symbiose avec la bête, trouvant le terrain adéquat pour le combattre, et assurait ainsi une forte domination.

Il a côtoyé les sommets de l’« Escalafón », de la gloire. Chez lui, dans sa fondation d’Arganda del Rey (Madrid), siège également de son école taurine, dans une « salle – mémoire », les prix inondent les étagères, les habits de lumières les vitrines… Témoignage d’une carrière impressionnante…

Et pourtant, malgré ce chemin de succès, El Juli n’a pas ralenti son toreo. Peu importe les arènes qui l’engagent, El Juli devant un toro, veut toujours imposer sa puissance, sa fougue, sa technique, révélant toujours son désir impétueux de vaincre, de dominer la bête et peut-être lui-même… Un grand torero !

Et ce prodige du toreo nous surprend encore aujourd’hui… Il présente un autre chapitre de son histoire de torero…

Dimanche 2 mai, un festival est proposé à Las Ventas, date historique qui célèbre la rébellion des madrilènes contre les troupes napoléoniennes. Date, résonnant aujourd’hui comme un désir de reprendre le terrain au coronavirus ! Une autre bataille…

Et là, sur le sable de cette impériale arène, El Juli se présente face à un toro de Garcigrande, élevage qu’il connaît bien.

Et là, mes amis, cœur et corps à la réception d’un toreo grandiose d’Art. El Juli, comme jamais vu, atteint un sommet de rêve, un sommet où communient la grâce, l’élégance… et la « sagesse », dans les volants de cape et de muleta. Une maturité guidée par une âme incarnée dans le toreo de ce champion qui, encore, aujourd’hui, montre la richesse d’une évolution…

Au premier tercio, le mouvement délicat des poignets imprègne le capote d’une douceur séductrice. Face à l’impulsivité de la bête, le capote répond légèreté, domination aérienne…

Qui tombe amoureux de la bête ou du torero ? Mystère de la rencontre !

El Juli prend la muleta, et il écrit, non… il dessine, non… il peint, non… Il étend le drap rouge dans un relâché éphémère, suspendu dans le temps des incroyables, pour envelopper un accouplement dans la profondeur de la trajectoire du toro. Il créée un toreo qui nous laisse sur les pointillés d’un rêve… Et, il conclut cette union enchanteresse, avec précision et engagement, par une magistrale épée jusqu’à la garde…     

Les volants du capote et de la muleta ont chanté, ont dansé sur une partition de justesse, maturité, sagesse, générosité… Le tout auréolé de la caresse de l’âme d’un Juli exceptionnel, merveilleux… et heureux…

C’est une rencontre, non, pas seulement ! C’est une œuvre généreuse, riche, qui nous offre le plaisir, oh, pas seulement, qui nous offre un écrin de rêve dans lequel l’âme trouve son expression la plus intime…

Gracias Torero… Enhorabuena !

Inca Virgoarte

4 mai 2021

Nouvelle date en Tobarra

Image

Céret, les corridas maintenues

La Mairie de Céret a annoncé l’annulation de la Féria 2021 L’ADAC a confirmé que les corridas programmées les 17 et 18 Juillet auront bien lieu.

Vistalegre télévisée

Toros en Hita

Image

Novillada en Hita gnado de Polo Saiz pour Ignacio Olmos, Victor Hernandez, Arturo Gilio.

Les ganaderias du Plumaçon

https://fb.watch/5rq2Vu9NAi/

Ganaderia Fernay: les Lundi de l’été

Peut être une image de une personne ou plus et texte qui dit ’GANADERIA FERNAY ARLES LES LUNDIS DE L'ÉTE SINEPADA 12 ET 26 JUILLET ET 23 AOûT 2021 LEMADSTRO L'ÉIVE RICHARD MILLAN 1 VACHE LUCQ BECERRO ADOUR AFICION PATRICK VARIN 1 VACHE QUENTIN BECERRO CFT NIMES MEDHI SAVALLI VACHE LUCA SPAGNA BECERRO ETpA ARLES TOMAS CERQUEIRA VACHE LENNY MARTIN BECERRO ET BEZIERS Infos et Résa 0607668558 TAPAS ET AMBIANCE FLAMENCA DAN'S LEPATIO 19H30- ENTRÉE 20 も SERVICE RESTAURATION www.masdesjasses.com CARTE’

Chamusca (Portugal)

Sicaya

Page 1 sur 1083

© 2021 Corridasi - Tous droits réservés