Vic, la corrida concours

Partido de Resina, Valverde, Peñajara, Rehuelga, Flor de Jara, Los Maños

Pablo Aguado avec Curro Vázquez

Curro Vázquez viendra renforcer cette année la paire Antonio et Fran Vázquez qui régissaient la carrière de Pablo Aguado. Ils géraient tous les deux depuis quatre temporadas la carrière de Pablo et ils avaient été précédés par Enrique Peña. Curro au passé de brillant matador, lié à la famille Ordoñez, dont il a géré la carrière ne passe pas pour un tendre. Sans doute, cette arrivée correspond aux ambitions nouvelles d’Aguado actuellement au Mexique dans l’attente de de débuter à la féria d’Aguascalientes, la première du Nouveau Continent.

Le tercio de piques débattu à Vic

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Vendredi 22 novembre 2019 à 21 H Salle des Conférences de la Mairie de Vic-Fezensac (organisation Club Taurin Vicois) 00.33.(0)5.62.06.56.55 ctv@clubtaurinvicois.com www.clubtaurinvicois.com

Nouveau succès…

Guadalajara

Guadalajara, Jal.- Plaza « Nuevo Progreso ». Trois quart d’entrée. Deuxième corrida de la Temporada. Trombe d’eau durant le spectacle.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et plein air

Toros de Jaral de Peñas bien présentés et de bon jeu les 1o., 4o. et 5o.  Ce dernier arrastre lent.


Antonio Ferrera : Deux oreilles et oreille.
Joselito Adame : Palmas et oreille.
Andrés  Roca Rey : Oreille et silence.

Actualité de Michelito

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

México

México.- Plaza México. Troisième corrida de la Temporada Grande. Moins d’un quart d’entrée, tarde humide et venteuse.

Toros de La Estancia, bien présentés, le second a été récompensé par l’arrastre lent.

Miguel Ángel Perera : Silence et silence. 

Arturo Saldívar : Ovation après avis et ovation. 

Gerardo Adame: palmas et silence après avis.

Ángel González, a salué après avoir bandérillé a salué au second.


Rion des Landes: clap de fin

Arènes de Rion des Landes, Fiesta Campera (photos de Matthieu Saubion)

Quatre novillos de la ganaderia Jalabert  (nobles et donnant du jeu, les deux premiers) et un eral d’Alma Serena pour

Domingo Lopez Chaves : deux oreilles

Manuel Escribano : deux oreilles

Adrien Salenc : deux oreilles

Kike : une oreille

Jean Baptiste Lucq : deux oreilles

Six piques, cuadra Bonijol

Pour le soleil et les mouches , il faudra attendre la prochaine temporada

Une demi-arène

La pluie s’est invitée à partir du quatrième toro mais n’a pas réussi à empêcher que se déroule la traditionnelle Fiesta Campera de Rion des Landes. Avant le début du spectacle , un hommage a été rendu à Pierre Bats, le ganadero landais récemment décédé.

De cette dernière course de la temporada, on retiendra l’excellente faena de Domingo Lopez Chaves. Avec le sens de la lidia qu’on lui connait, le torero de Ledesma a su faire aller à mas un bon novillo de Jalabert dont il a corrigér les défauts (faiblesse et tendance à serrer à gauche) et mis en évidence les qualités (noblesse)

Manuel Escribano, face à un noble bicho du même fer, a construit une faena élégante mais un peu distante et manquant de transmission.

Bonne prestation d’Adrien Salenc face à un utrero exigeant qui l’a mis en difficulté avant que l’Arlésien ne prenne le dessus pour un bon final de faena.

Kike a alterné de bons passages avec d’autres où il n’a pas exploité la noblesse de son opposant.

Jean Baptiste Lucq, face à un eral d’Alma Serena, a continué son apprentissage avec des séries courageuses et efficaces et des erreurs de jeunesse qui lui ont valu quelques accrochages.

rt

Les arts et la tauromachie

flyers montblanc29-11-19

Victor Mendes sur le projet d’interdire les arènes aux jeunes : « c’est une faillite démocratique »

Résultat de recherche d'images pour "victor mendes images"
Souvenirs!

La semaine dernière Victor Mendes, le grand torero portugais, était l’invité de la semaine culturelle qui fêtait les quarante ans de la peña Jeune Aficion à Saint-Sever. Victor qui compte de nombreux amis à Saint-Sever et dans le sud-ouest a fait une carrière sensationnelle de matador banderillero, unique dans l’histoire du toreo. C’est aussi un esprit libre qui manie très bien le français avec une grande culture. Il nous a dit ce qu’il pensait du projet d’Aurore Bergé et Samantha Cazabonne d’interdire l’entrée aux jeunes aux arènes :

C’est une stupidité. La France est un exemple pour le monde entier pour la défense de la liberté. Toujours, dans ce pays, ce sont les parents qui ont décidé de l’éducation de leurs enfants. C’est une attaque contre une culture locale, contre des régions comme celles-ci car ce n’est pas toute la France qui est taurine. Un projet comme celui-là s’attaque à des valeurs fondamentales : aux valeurs de la démocratie en limitant la liberté d’agir des individus.

-S’agit-il d’attaques isolées ?

. Non. Ces attaques sont globales, structurées, planifiées. Huit jours après la discussion autour de ce projet de proposition de loi en France, un député a eu la même intention au Portugal : interdire aux moins de seize ans d’entrer dans les arènes. C’est incroyable, c’est une faillite démocratique. On ne parle de majorité ou de minorité, on parle du droit à être différend. La famille taurine a toujours été sereine, tranquille. Nous ne sommes pas violents… Les mots me maquent pour m’expliquer : Tout cela est bizarre, va à l’encontre de tous les droits pour lesquels les hommes ont lutté : la démocratie, la liberté. Car le principe de la vie en société est de respecter l’autre. On a toujours été attaqués, blessés, méprisés par ces opposants et nous ne leur avons fait aucun mal. Pourquoi ?  

-Tu es ici à Saint-Sever sur le lieu de tes premiers exploits. Quel sentiment éprouves-tu ?

-Imagines-toi que je suis venu ici quarante ou cinquante ans en arrière avec les projets d’une vie à construire. L’illusion, l’espoir car je ne savais pas où je pouvais aller. Je suis arrivé ici à ce moment-là. Au départ je parlais Français cela m’a aidé à établir des contacts humains. J’ai ressenti une grande responsabilité dès les premières novilladas que j’ai toréées dans le sud-ouest. Ça a été dans cette région que j’ai eu mes premières opportunités dans la France taurine. Retrouver ceux qui ont fondé cette peña Jeune Aficion avec leurs rêves quand ils avaient vingt ans et qui sont désormais sexagénaires mais qui ont gardé la même passion c’est incroyable. On retrouve la mémoire, le passé. C’est un bonheur…

Recueilli par Pierre Vidal

Page 1 sur 867

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés