Corridasi est de retour

Après 5 jours d’absence nous voilà revenu. Cette absence dans un moment crucial, la féria de Nîmes, est due à une attaque pirate particulièrement virulente sur notre serveur. La remise en route a été longue et difficile. La violence de l’attaque dont on ne peut qualifier la provenance aurait été exceptionnelle. Ainsi va le monde du numérique et on se demande ce qui se passera le jour du grand court circuit ou de la panne générale qui nous guette tellement nous sommes connectés, interdépendants, à la merci d’actes malveillants, à la merci aussi de quelques techniciens qui possèdent un savoir que le commun des mortels n’aura jamais…

Nous souhaitons que vous reveniez plus nombreux encore sur http://corridasi.com que vous n’étiez avant cet accident non seulement pour nous suivre mais aussi pour nous écrire. Je voudrais remercier à cette occasion toute l’équipe qui s’est élargie ces derniers temps et qui a réalisé une magnifique temporada. Mais comme dans toutes les temporadas, il y a des impondérables qui font baisser la moyenne des résultats…

Cette équipe est composée essentiellement pour les textes de Thierry Reboul si utile par sa présence et sa fidélité, Paul Hermé de torofiesta.com, Antonio Arévalo et de moi-même, Pierre Vidal, créateur de ce site qui en garde la pleine responsabilité. Nous avons par ailleurs de nombreux collaborateurs ponctuels comme Jésus Hernandez. Côté image nous bénéficions de l’aide régulière de très bons photographes comme Roland Costedoat, Ferdinand De Marchi, Matthieu Saubion, Joël Buravand, Nicolas Couffignal, Alain Sabathier et tant d’autres que je ne peux nommer ici car ils sont réellement très nombreux à nous apporter leur aide comme « El Califa ». Tout cela constitue une équipe fournie compétente, mobilisée, unie surtout. A eux tous, tous bénévoles, un grand merci.

Nous sommes, ici, et j’y veille personnellement animé d’une même et unique volonté: faire vivre la corrida. Nous le faisons hors de tout esprit de polémique, sans esprit partisan, en insistant sur l’aspect positif des choses, sans arrières pensées sans non plus s’épargner les critiques quand elles sont nécessaires. Nous évitons les anathèmes, la violence verbale, le sectarisme, la méchanceté qui sont la plaie du monde taurin. Nous voulons rester mesurés: quand c’est bien c’est bien et il faut le dire. L’inverse est vrai. Nous n’appartenons à aucune chapelle et nous considérons que toutes les sensibilités sont respectables.

Bien sur nous mettons l’accent sur la tauromachie française : toreros, novilleros et ganaderos. Il faut en avoir conscience: ils donnent sa légitimité à la corrida dans notre pays. Ils bénéficient d’un capital de sympathie que nous soutenons. Ils « font aficion »… Nous essayons aussi de rendre compte de tous les spectacles qui sont donnés en France et ils sont tous annoncés largement. Nous le disons aux organisateurs: nos colonnes vous sont ouvertes. Nous apportons un soin particulier à l’avenir des « petites » arènes confrontées à de graves difficultés.

Nous rendons compte aussi, de plus en plus, des grandes férias espagnoles Madrid bien sur mais aussi Séville, Bilbao, Pampelune et de spectacles moins brillants sur le papier mais qui ont leur intérêt. Nous prenons notre part dans la dure bataille pour la défense et la survie de notre passion. Nous avons sur ce plan un point de vue original qui n’exclut pas ceux des autres que nous invitons d’ailleurs à s’exprimer dans ces colonnes. Enfin, nous voulons faire une place aux arts qui ont toujours accompagné la corrida dans son histoire: la peinture, la littérature, la musique, le cinéma, la vidéo, la sculpture.

Ce site est le votre, réalisé par une équipe d’idéalistes qui croient, sans naïveté, à l’avenir de cette pratique artistique unique qu’est la tauromachie à condition qu’on se retrousse les manches…

Merci de votre fidélité.

Pierre Vidal

Gajan: CORRID’ART

L’image contient peut-être : une personne ou plus, chapeau et texte

Communiqué d’El Adoureño

Pour sa première année de matador, la vie d’El Adoureño, matador de toros gersois de Nogaro, se déroule comme il a commencé sa carrière de torero, c’est-à-dire en Espagne. Il vit dans la province de Segovia et n’hésite pas à rouler tous les jours une heure trente pour rejoindre dans la région de Madrid son banderillero de confiance pour s’entraîner.

Ancien matador, ce banderillero lui donne le week-end, les conseils avisés depuis le callejon pour appliquer les gestes maintes fois répétés dans la semaine.
Depuis son alternative à Dax le 9 septembre l’an dernier, El Adoureño a su s’entourer de bons professionnels avec trois anciens matadors comme banderilleros, deux picadors expérimentés dont un français, le seul de la cuadrilla.
El Adoureño a attaqué la temporada 2019 avec beaucoup d’ambition, il souhaitait montrer à ses confrères et au mundillo qu’il faudrait dorénavant compter avec lui, en Espagne comme en France. Il s’est fixé comme objectif de participer, pour cette première année, à une douzaine de corridas et de couper en moyenne deux oreilles par corrida. Acceptant toute ganaderia, sa temporada démarre en conformité avec ses objectifs, même si parfois ses adversaires ne possèdent pas les qualités des castes renommées. Fidèle à sa cuadrilla de départ, El Adoureño se sent de plus en plus en confiance, apprend vite, murit en digérant les conseils de son coach banderillero et confirme qu’il veut faire parler de lui.
Le 7 septembre, deux jours avant son anniversaire d’alternative, il coupe sa première queue à Utrillas à un toro de Don José Luis Pereda, et le week-end suivant, il récidive le dimanche 15 septembre à Sangüesa à un toro de Luis Albarran.
Dans l’attente de nouvelles dates éventuelles pour clôturer sa temporada européenne, El Adoureño affiche un classement très honorable pour sa première saison en se positionnant avec 9 corridas à la 41ème place, 3ème français, avec un palmarès exceptionnel : 15 oreilles, 2 queues.
Dernière minute : En attendant la date suivante, El Adoureño effectuera sa 10ème corrida dimanche 6 octobre à Mojados (valladolid).
Vous souhaitez mieux faire connaissance avec ce matador français talentueux, réservez votre soirée du vendredi 29 novembre à Nogaro, des informations plus précises vous parviendront prochainement.

Dans cette attente, suivez son actualité sur www.eladoureno.com

(communiqué)

Sortie du DVD de la FERIA 2019 de BÉZIERS

« Le bénéfice de la vente de ce DVD consacré à la Feria de Béziers 2019 – réalisé par Maurice Daussant – est reversé à l’école taurine de Béziers.  Prix  10 euros – 06 78 67 81 27 »

Communiqué Ecole taurine d’Arles

Vendredi 13 septembre septembre, arènes de la Torre de Esteban Hambrán (Tolède),
novillada sans picador,Tristán coupe une et une oreilles à deux novillos d’Hermanos
Sánchez de León, et sort a hombros; silence et ovation pour son compagnon de cartel,
Antonio Magaña.


Samedi 14 septembre, après son succès de la veille, remplacement pour Tristán à Astudillo
(Palencia), novillos de Conception Quijano, une et une oreille et sortie a hombros.
Tristán sera à Bouillargues le samedi 12 octobre.

Report Féria de Boujan

En raison des conditions météoroloqiques annoncées pour ce week-end, la Féria de Boujan est reportée au dimanche 20 Octobre.

Le prochain Café Toro

Palavas ce vendredi

Décès d’Andrés Luque Gago

Décès mercredi du grand torero de plata Andrés Luque Gago à l’age de 87 ans. Son nom rappellera de grands souvenirs aux anciens. A près avoir été novillero il a choisi de devenir banderillero effectuant plus de 1800 paseos aux odres des frères Gijon puis de Luis Miguel Dominguín, Pedrés, Antonio Bienvenida, Antonio Ordóñez, Antoñete et Rafael de Paula, qui lui coupa la coleta à la Maestranza de Séville le 14 avril de 1986.

Image

 

Quelques dates…

A Istres, en 2020, le Coso du Palio dirigé par Bernard Marsella accueillera son cycle taurin les 19, 20 et 21 juin. Présentation de la féria le 24 janvier 2020.

A Céret , l’ADAC a annoncé ses prochaines dates: les 18 et 19 juillet prochains. Les ganaderias seront annoncées dès le mois qui vient.

Image

Page 1 sur 832

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés