Auteur : Pierre Vidal Page 1 sur 783

Palavas ce vendredi

Décès d’Andrés Luque Gago

Décès mercredi du grand torero de plata Andrés Luque Gago à l’age de 87 ans. Son nom rappellera de grands souvenirs aux anciens. A près avoir été novillero il a choisi de devenir banderillero effectuant plus de 1800 paseos aux odres des frères Gijon puis de Luis Miguel Dominguín, Pedrés, Antonio Bienvenida, Antonio Ordóñez, Antoñete et Rafael de Paula, qui lui coupa la coleta à la Maestranza de Séville le 14 avril de 1986.

Image

 

Quelques dates…

A Istres, en 2020, le Coso du Palio dirigé par Bernard Marsella accueillera son cycle taurin les 19, 20 et 21 juin. Présentation de la féria le 24 janvier 2020.

A Céret , l’ADAC a annoncé ses prochaines dates: les 18 et 19 juillet prochains. Les ganaderias seront annoncées dès le mois qui vient.

Image

Corridasi est de retour

Après 5 jours d’absence nous voilà revenu. Cette absence dans un moment crucial, la féria de Nîmes, est due à une attaque pirate particulièrement virulente sur notre serveur. La remise en route a été longue et difficile. La violence de l’attaque dont on ne peut qualifier la provenance aurait été exceptionnelle. Ainsi va le monde du numérique et on se demande ce qui se passera le jour du grand court circuit ou de la panne générale qui nous guette tellement nous sommes connectés, interdépendants, à la merci d’actes malveillants, à la merci aussi de quelques techniciens qui possèdent un savoir que le commun des mortels n’aura jamais…

Nous souhaitons que vous reveniez plus nombreux encore sur http://corridasi.com que vous n’étiez avant cet accident non seulement pour nous suivre mais aussi pour nous écrire. Je voudrais remercier à cette occasion toute l’équipe qui s’est élargie ces derniers temps et qui a réalisé une magnifique temporada. Mais comme dans toutes les temporadas, il y a des impondérables qui font baisser la moyenne des résultats…

Cette équipe est composée essentiellement pour les textes de Thierry Reboul si utile par sa présence et sa fidélité, Paul Hermé de torofiesta.com, Antonio Arévalo et de moi-même, Pierre Vidal, créateur de ce site qui en garde la pleine responsabilité. Nous avons par ailleurs de nombreux collaborateurs ponctuels comme Jésus Hernandez. Côté image nous bénéficions de l’aide régulière de très bons photographes comme Roland Costedoat, Ferdinand De Marchi, Matthieu Saubion, Joël Buravand, Nicolas Couffignal, Alain Sabathier et tant d’autres que je ne peux nommer ici car ils sont réellement très nombreux à nous apporter leur aide comme « El Califa ». Tout cela constitue une équipe fournie compétente, mobilisée, unie surtout. A eux tous, tous bénévoles, un grand merci.

Nous sommes, ici, et j’y veille personnellement animé d’une même et unique volonté: faire vivre la corrida. Nous le faisons hors de tout esprit de polémique, sans esprit partisan, en insistant sur l’aspect positif des choses, sans arrières pensées sans non plus s’épargner les critiques quand elles sont nécessaires. Nous évitons les anathèmes, la violence verbale, le sectarisme, la méchanceté qui sont la plaie du monde taurin. Nous voulons rester mesurés: quand c’est bien c’est bien et il faut le dire. L’inverse est vrai. Nous n’appartenons à aucune chapelle et nous considérons que toutes les sensibilités sont respectables.

Bien sur nous mettons l’accent sur la tauromachie française : toreros, novilleros et ganaderos. Il faut en avoir conscience: ils donnent sa légitimité à la corrida dans notre pays. Ils bénéficient d’un capital de sympathie que nous soutenons. Ils « font aficion »… Nous essayons aussi de rendre compte de tous les spectacles qui sont donnés en France et ils sont tous annoncés largement. Nous le disons aux organisateurs: nos colonnes vous sont ouvertes. Nous apportons un soin particulier à l’avenir des « petites » arènes confrontées à de graves difficultés.

Nous rendons compte aussi, de plus en plus, des grandes férias espagnoles Madrid bien sur mais aussi Séville, Bilbao, Pampelune et de spectacles moins brillants sur le papier mais qui ont leur intérêt. Nous prenons notre part dans la dure bataille pour la défense et la survie de notre passion. Nous avons sur ce plan un point de vue original qui n’exclut pas ceux des autres que nous invitons d’ailleurs à s’exprimer dans ces colonnes. Enfin, nous voulons faire une place aux arts qui ont toujours accompagné la corrida dans son histoire: la peinture, la littérature, la musique, le cinéma, la vidéo, la sculpture.

Ce site est le votre, réalisé par une équipe d’idéalistes qui croient, sans naïveté, à l’avenir de cette pratique artistique unique qu’est la tauromachie à condition qu’on se retrousse les manches…

Merci de votre fidélité.

Pierre Vidal

Bargas, nouveau succès de Juan Leal

Bargas (Toledo). Lundi. Toros de Conde de Mayalde, bien présentés, braves, nobles mais justes de force. Le cinquième Fortunito, n° 43, castaño, vuelta al ruedo. 2/3 d’arène

Eugenio de Mora, silence et oreille; 

Octavio Chacón, silence et deux oreilles; 

Juan Leal, qui remplaçait Javier Cortés, qui remplaçait lui-mêmeDavid Galván, deux oreilles et silence.

Saluts de Marco Leal et Manuel de los Reyes au 3°, et d’Agustín de Espartinas et Manuel de los Reyes au 6°.

Le festival de Samadet le 26 octobre

Comme chaque année,  Marc Serrano avec le Peña Al Violin organiseront le Festival de Samadet le 26/10/2019.

Grâce à la collaboration altruiste et désintéressée de tous, la totalité des bénéfices obtenus seront remis à l’Association de Pédiatrie de l’Hôpital Mont de Marsan.

L’affiche, une année de plus, sera réalisée et offerte par Loren . Le cartel sera connu dans les jours avenirs.

Alabacete, Castella: chantons sous la pluie.

Albacete, mardi. Toros de Montalvo . 3/4 d’arènes.

 Sebastián Castella, ovation et saluts et deux oreilles; 

Paco Ureña, ovation et saluts et silence; 

Pablo Aguado, palmas et silence.

Iván García a salué au sixième.

Paci Ureña a salué à l’issue du paseo pour son retour.

Pour Sébastien Castella ce sera la dernière corrida de la temporada comme l’a annoncé son apoderado Curro Molina. Sébastien se ressent de sa blessure au poignet reçue à Nîmes.

http://www.feria.tv/index.php?Language=fr

Murcie, Ferrera super star

Murcie, mardi. Deux tiers. Toros de Victoriano del Río. 

Enrique Ponce, silence et oreille; 

Antonio Ferrera, deux oreilles et ovations y ovación;

Cayetano, silence et deux oreilles.

Madrid, Javier Cortes va mieux après sa blessure de dimanche.

Madrid, dimanche corrida concours marqué par une très grave blessure à l’oeil du torero madrilène Javier Cortés. On ne craignait qu’il ait perdu la vision. Il semble que la blessure se soit stabilisé après une longue opération qui s’est bien passée il n’y a pas de signe d’infection mais une inflammation demeure. On ne sait pas encore l’ampleur réelle de la blessure et si le madrilène retrouvera toute sa vision. Mais il semble que l’on soit optimiste dans l’environnement du torero.

PRix du concours DE GANADERÍAS

Meilleur toro: ‘Matorrito’, de La Quinta

Meilleur picador: ‘El Legionario’ (cuadrilla Robleño)

Meilleur lidiador: Jesús Romero (cuadrilla Robleño)

NIMES, DIMANCHE, par Paul Hermé torofiesta.com

jl15wx

Journée de clôture marquée par le triomphe de Juan Leal qui a coupé trois oreilles aux toros de Fuente Ymbro…

Beau temps, un tiers environ. Six toros de Fuente Ymbro bien présentés, formant un lot sérieux, avec plus ou moins de forces et de moteur. Un sobrero du même fer sorti en 6 bis.

A l’issue du paseo, une minute de silence a été observée à la mémoire du ganadero du Sud-Ouest Pierre Bats (Alma Serena).

als15h

Alberto López Simón (saluts puis silence)  débuta avec un toro qui prit deux piques sans style avant un quite por saltilleras de Juan Leal très applaudi. Bon second tercio avec saluts de Yelco Álvarez et Jesús Arruga, puis brindis à l’assistance d’une faena ambidextre qui comprit d’excellents redondos, mais surtout des naturelles au tracé délicat, le maestro de Barajas profitant de la bonne charge répétée du pupille de Gallardo. Final encimista puis entière au troisième envoi. Bon capoteo de réception du quatrième avant deux rencontres et à nouveau un quite applaudi de Juan Leal précédent une faena axée sur la meilleure corne de son opposant, la gauche, sans que cela n’atteigne outre mesure les gradins. Deux estocades.

jl15h

Juan Leal (deux oreilles et oreille) prit un premier client qui alla deux fois au cheval pour deux piques préservées. Aux banderilles, on nota une paire des plus périlleuses à charge de Manolo de los Reyes qui évita l’accrochage de quelques millimètres. Saluts. Brindis au conclave puis début agenouillé au centre suivi de plusieurs séquences ajustées avant un final encimista arrodillado qui mit les étagères en ébullition. Entière caídita engagée et bondissante. En recevant le quinto par véroniques puis chicuelinas, Juan se fit accrocher, mais malgré la douleur, il poursuivit la lidia d’un astado qui s’employa en deux rencontres avant un bon second tercio, puis une faena débutée par deux cambios pieds joints. La suite par derechazos templés puis redondos qui déclenchèrent l’interprétation de « Caridad del Gauadalquivir ». Pour maintenir le rythme d’un trasteo qui avait tendance à baisser à cause d’un toro allant a menos, suite rapprochée avec notamment une suerte du téléphone gonflée  avant entière bondissante au second envoi qui libéra l’oreille de la Porte des Consuls.

gm15h

Ginés Marín (oreille et silence) débuta avec un adversaire qui prit deux piques, la seconde en simulacre. Faena suave sur les deux rives qui lui valut une récompense après entière. Avec l’ultime, les choses allaient se compliquer à partir du moment où le bicho perdit la pointe de sa corne gauche, pour ce qui est appelé un « accident de lidia », ne nécessitant pas un changement. Mais le président en décida autrement, provoquant des réactions diverses une fois le toro, au demeurant manso, invité à quitter les lieux, ce qui nous valut un long intermède… pour refus d’obtempérer ! En définitive, Marín dut prendre les trastos pour en finir avec lui, son peón Manuel Izquierdo se faisant blesser à la main au moment de le puntiller et devant gagner illico l’infirmerie. Lidia sans sans grand intérêt d’un sobrero malgré la volonté du Jerezano qui s’en défit  en deux envois.

Matin. Beau temps, deux tiers environ. Six toros de Victoriano del Río et un sobrero du même fer sorti en 3 bis, l’ensemble donnant un jeu inégal.

ep15z

A l’issue du paseo, Enrique Ponce a été invité à saluer, ce qu’il fit nons sans avoir invité ses compañeros à le rejoindre…

ep15h

Enrique Ponce (silence puis oreille) ouvrit la séance par bon capoteo, son adversaire allant par la suite deux fois au cheval sans marquer les rencontres de son empreinte. Vuelta de campana puis faena allant rapidement a menos à cause d’un bicho vidé de sa substance après quelques échanges harmonieux. Entière tombée puis descabello. Son second fit une entrée très remarquée à cause de… sa mollesse ! En effet, il sortit au pas, léchant le sable puis traversant la piste à deux à l’heure ! Toutefois, il s’alluma ensuite sous le fer lors d’un premier assaut poussé puis une seconde pique trasera.  Second tercio médiocre avant que le maestro de Chiva ne fasse grimper la note  pour ce qui restera comme le meilleur moment de cette matinée pour avoir administré, bien en phase avec la musique, plusieurs séquences templées. Estocade qui mit du temps à coucher le fauve.

pu15h

Paco Ureña (vuelta et saluts) se fit remarquer avec les capotazos saluant l’entrée de son premier qui prit deux piques, la première poussée puis la deuxième brouillonne. Brindis à l’assemblée d’un trasteo suave, notamment à gauche, administré à un toro dont les forces n’étaient pas le principal atout. Entière avec pétition non suivie d’effet. Le quinto invita le lancier de puerta à une séance de montagnes russes avant une seconde pique rectifiée par le titulaire. Ensuite, Ureña traça quelques muletazos valeureux, mais qui eurent du mal à atteindre les travées à cause d’un opposant peu enclin à la bagarre. Entière tombée.

pa15h

Pablo Aguado (silence et applaudissements) vit son premier réintégrer le toril après la pique pour faiblesse caractérisée. Deux rencontres du réserviste puis entame de faena décidée par plusieurs séries droitières avant d’alterner le bon et le moins bon lors d’un labeur effectué face à un bicho qui jouait du chef et qui finit par se défendre sur place. Mauvais usage des aciers. Bonne réception de l’ultime par véroniques avant deux rencontres, appuyée la première. A la muleta, brindis au public du Sévillan qui soigna le geste, surtout à bâbord, lors d’un trasteo agréable, mais  hélas ponctué sans éclat.

Page 1 sur 783

© 2019 Corridasi - Tous droits réservés