Auteur/autrice : Pierre Vidal Page 1 sur 1026

SergioAguilar quitte la profession

Sergio Aguilar, matadores de toros, banderilleros

Sergio Aguilar quitte la profession. Il fut matador puis banderillero. Dans sa première vie, il eut beaucoup de soutiens notamment chez les taurins « éclairés » et dans la presse qui voyait en lui la 7ème merveille du monde. Mais en réalité madame Irma s’était trompée et le succès ne fut pas au rendez-vous. Avec beaucoup de sagesse et de modestie Sergio troqua l’or pour l’argent et devint un excellent subalterne un des meilleurs du circuit et il en vécut fort bien.

Dans un communiqué il évoque ce départ « pour des raisons personnelles » et remercie les aficionados qui lui ont lui montré « du respect et de l’affection ». Nous regretterons ce personnage humble et réfléchi qui a su résister aux chants des sirènes et qui fut très efficace dans l’arène.

PV

Annulation au Cantaou

De Jean Louis Darré ce petit mot: « La journée au campo prévue le 31 octobre 2021 ne peut avoir lieu.

Rendez vous l’année prochaine dans les mêmes lieux en ASTARAC » .

ABRAZO DU GANADERO 

Pampelune, trois corridas supplémentaires (?)

Le maire de Pampelune , Enrique Maya , a ouvert le débat, dans un podcast avec sa propre voix réalisée par le journaliste de Diario de Navarra Belén Galindo, annonçant qu’il envisage de prolonger les ‘Sanfermines de 2022’ pour trois jours supplémentaires, qui pourraient se dé rouler si la pandémie le permet, et qui seraient celles du retour. 

Pour cette raison, et compte tenu de la situation extraordinaire de deux ans sans les festivités de Pampelune, Maya a expliqué que cela peut être une bonne solution de prolonger quelques jours de festivités, pour « récupérer les 18 jours de Sanfermines qu’ils nous doivent ‘, comme l’a expliqué le maire. 

Cette décision affecterait également la féria taurine. Selon les propres mots du maire, cette décision permet des fêtes plus longues, « avec une grande féria taurine et un autre événement ». Le motif? « Ce doit être une grande année, pour que les Sanfermines que nous voulons tous reviennent », a déclaré Enrique Maya . 

De même, 2022 marquera le centième anniversaire de l’inauguration des arènes. « Quelque chose d’important devrait aussi se passer dans la programmation taurine », ajoute-t-il. «Il va y avoir trois jours de festivités et maintenant le débat que nous devons avoir est de savoir s’il s’agit de trois jours officiels ou non. S’ils sont officiels, il pourrait y avoir trois autres courses de taureaux, trois autres corridas, trois jours de joie de plus à Pampelune » , a par la suite assuré Maya aux médias. 

Tristan Barroso vainqueur à la Alagaba

Image
Image
Image

Avant Irapuato, El Galo à Samadet

Image

André Lagravère El Galo » le jeune torero franco-mexicain sera en bonne compagnie ici à Irapuato (état de Guanajato) pour une corrida « monstre » comme l’on dit de l’autre côté du Charco: il défilera avec les trois têtes de séries mexicaines: Joselito Adame, El Payo et Diego Silveti. En attendant, le public français aura l’occasion de le voir à Samadet dimanche où il défilera l’après-midi dans un cartel très relevé: Julio Aparicio, Marc Serrano, Octavio Chacon, Yon Lamothe et le vainqueur de la matinale. Ce sera l’occasion de faire le point sur ce jeune espoir qui a une vraie personnalité et qui avait séduit le public du sud-ouest avant que le Covid ne frêne son élan.

Huéscar

Image

Tafalla

Image

Cazalla de la Sierra

Image

Octavio Chacon à Samadet après son triomphe d’Ubrique

3 Octavio Chacón con Rescoldo
Octavio Chacon, le bon torero gaditano, a encore brillé ce dimanche il vient de gracier un toro de La Palmosilla à Ubrique et il a été l’auteur de deux faenas historiques face à une corrida de Miura à Sanlucar de Barrameda, dans le sud-ouest il a défilé à Vic-Fézensac et à Orthez où il a coupé une oreille. Il défilera dimanche après-midi à Samadet pour le festival organisé par la peña El Violin.

La levée des tridents

Fichier:Marquis de baroncelli.jpg

HOMMAGE AU MOUVEMENT IMPULSÉ EN 1921 

En 1921, deux corridas organisées dans les Arènes de Nîmes ont été attaquées en justice par la Société protectrice des animaux, ce qui a constitué un point de départ d’un mouvement de révolte initié par le Marquis Folco de Baroncelli et Bernard de Montaut-Manse. 

Le 15 octobre 1921, apprenant que les matadors Belmonte, Torquito, El Gallo, Saleri ainsi que messieurs Puech, Blancou et Metge, co-directeurs des Arènes de Nîmes étaient assignés à comparaître le 17 novembre 1921 devant le Tribunal, le Marquis de Baroncelli invita les cavaliers à défendre la Course Libre et la Corrida face à l’assaut de la SPA. 

Le 31 octobre, un comité rassemblant notamment le Marquis et Bernard de Montaut Manse organisa la manifestation du 17 novembre « La levée des Tridents » à laquelle se sont joints de manière spontanée de nombreux cavaliers du midi et clubs taurins; avec pour objectif de préserver la langue d’Oc et les traditions taurines. Un discours fort fut prononcé par Bernard de Montaut-Manse, en cette journée, afin de faire entendre la voix du Peuple du Midi. 

100 ans plus tard, la Ville rend hommage au mouvement impulsé en 1921 en mettant ses dates fondatrices à l’honneur : 

Vendredi 15 octobre au Carré d’Art Jean Bousquet : 

18h : vernissage de l’exposition « La Levée des Tridents : un combat pour nos traditions » sur le Mur Foster 

19h : Conférences au Grand Auditorium : 

– La levée des Tridents : l’assaut pour la tradition en novembre 1921 par David Ribes, Mèstre d’Obro du Félibrige, président de la « Société Félibréenne La Tour Magno » de Nîmes

– Le Trident : Une arme, un outil, un symbole : Annelyse Chevalier, Majorale du Félibrige, Présidente de « L’’Escolo de Camargo » des Saintes Maries de la Mer 

Dimanche 31 octobre au Carré d’Art Jean Bousquet : 

11h : Conférences au Grand Auditorium 

– La Nacioun Gardiano et ses Capitaines : la transmission de l’idéal baroncellien de Guy Chaptal, Majoral du Félibrige, capitaine de la Nacioun Gardiano  – Manadier aujourd’hui : réalité et défis des manades de taureaux, vers une Camargue de Bérenger Aubanel, Félibre Mainteneur, Vice-capitaine de la Nacioun Gardiano et co président de la Fédération des Manadiers 

12h30 : Abrivado sur le boulevard du Victor Hugo avec la Manade Aubanel 

Vendredi 12 novembre au Carré d’Art Jean Bousquet : 

• 11h à 18h : Grand auditorium 5 tables rondes pour la défense de la culture et les traditions nîmoises : 

• 11h : Élevage et respect animal 

• 13h30 : Chasse et biodiversité 

• 15h : Agriculture et environnement 

• 16h30 : Économie et ruralité 

• 18h : Traditions et/ou modernité 

Dimanche 14 novembre : 

Reconstitution historique et rassemblement de 2000 cavaliers à Nîmes : 15h30 : Reconstitution historique de la levée des tridents avec discours théâtralisé du Marquis Falco de Baroncelli prononcé en 1921 face à 2000 cavaliers réunis sur l’Esplanade (face au Palais de Justice). 

Point circulation : Le public est attendu sur l’Esplanade pour le spectacle de reconstitution. Pour rejoindre le spectacle, les cavaliers formeront un convoi dont le départ est programmé au stade des Costières à 14h. La circulation sera gérée en tampon tout le long de leur parcours : Costières/Jean Jaurès /République/Palais de justice. 

A 17h, les cavaliers effectueront le parcours inverse : Palais de justice/République/Jean Jaurès/Costières stade des Costières. La circulation sera également gérée en tampon tout le long du parcours. 

EXPOSITION 

La « Levée des Tridents » : un combat pour la défense des traditions méridionales, 15 octobre au 14 novembre – Carré d’Art Jean Bousquet – Mur Foster, commissariat de l’exposition : Musée des Cultures taurines, en partenariat avec la Société félibréenne La Tour Magno 

L’exposition s’attache à retracer le contexte de cette journée de mobilisation du 31 juillet et du 18 septembre 1921, puis détaille le déroulé de la grande manifestation du 17 novembre 1921 et analyse les suites des affrontements entre les défenseurs et les adversaires de la sauvegarde de l’identité culturelle méridionale. Cette présentation s’organise autour de documents et de photographies, en grande majorité inédits ainsi que d’objets emblématiques des cultures taurines, provenant de collections privées et publiques… 

(communiqué de la Ville de Nîmes)

Page 1 sur 1026

© 2021 Corridasi - Tous droits réservés